Vous avez l’opportunité de lire sous cette rubrique

des textes « patois et patois – français » parus dans les journaux de la région fribourgeoise,  
ou mis à disposition par divers compositeurs.
Une aubaine pour apprendre à lire le patois
Vous pouvez retrouver les articles en patois d’Anne-Marie Yerly
publiés dans le journal La Gruyère
sous la rubrique
Le Patois
et écouter la lecture en patois
 
 
annemarieyerly

Cliquer ICI pour écouter les textes patois-français d’Anne-Marie

Ouna gougenèta nêre è byantse

Mafi dè chè travunyi lè charvalè po chavê lè tyintè kolà i bayèrê ou gonfanon dè Furboua, Berthold IV chè dèchidâ dè fére la ryoula.

A la tsejête dè la né, apri avê tchotâ mé tyè on bochaton dè roukin, l’a tsanpâ la pouârta d’ouna gargota. Chè inmandji avu na trabyâye dè dzoyà luron. Di danthè, avu kotyè dèvèrgondâyè ke li akokalâvan le kotson, l’an édji a oubyâ chè pochyin.

Kan la gargota l’a kotâ cha pouârta, avu la kouète ke tinyê è le rodzo léchi chu chè poté pê lè  grahyàjè damejalè, l’a pâ oujâ chè rapêrtchi, dè pouêre ke cha Duchesse li rèmontè lè pouârta-tsôthè.

Mô prê, nouthron Duc chè teri a chotha din ouna rèfetse ke tinyan dè mitya le bolondji è le martsô. L’a inpantchi cha karkache chu dutrè cha dè tsêrbon pu, l’a dèkucheri on cha dè farna po n’in fére cha kouvêrta. Po ch’indremi, l’a pâ j’ou fôta dè kontâ lè fayè ke choutâvan la deléje.

Ou tsan dou pu, kan ch’è abadâ, l’a rèmarkâ ke l’avê le boudyon byan è le ku nê. Adon, on’èyudzo l’a travèchi le trayin di hyotsè ke trèkordenâvan adi din cha bôla:

– Chakrebleu! Inke lè kolà dè mon gonfanon.

Dinche, la charvala tràbya ma le kà rapikolâ, l’a koru tyirâ la novala a chè dzin:

– Nêrè è byantsè, inke lè kolà di Fribordzê.

 Bèrnâ Chaney

Samedi 23 septembre 2017

Ekri dè Bèrnâ Chaney

Lè chajon de Djan di Panê
Djan Currat, a nekoué on bayivè le chorèmon de « Djan di Panê », l’è vinyê ou mondo l’an mile nou thin vouète, chon chènya irè a non Charles è cha dona Mayon. Apri ouna vilèdjatura in Franthe, la famiye ch’è tinyête a Thavayi-le-Lé, dèvan dè rèmouâ a Grâtavatse. Le chènya a Djan irè gâpyon.
Orijinalo, ma fêrmo chuti, Djan l’avê pâ j’ou l’akouè d’aprindre on mihyi adon, on kou bâ dè l’èkoula, i boutikâvé de ché de lé. Dzouno kouâ, amâvè la mujika. L’è dinche k’outre cha rèkruva, irè j’ou inkorporâ tronpètèri, l’avê mimamin j’ou l’èpâhyo dè dzuyi on tsan-cholè po le Konchèye Fèdèrale.
Djan chè marmedjivè, tru intèledzin po chè kontintâ di piti travô, l’a rèyi d’ithre fanfrelu. On artichte k’amâvè la poèji, l’a optâ dè chobrâ din ouna kabâna doulon dè la « Sionge », a ruva dè l’ivouè. Du adon, cha ya l’a taraboulâ, l’a keminhyi dè chè tinyi in mârdze dou mondo.
I chobrâvè din cha karbôla, gugin è notin to chin ke chè fikâvè i j’alintoua ; lè travô di payijan, lè j’oto ke pachâvan, l’àra dou trin, to l’è j’ou èkri, on trèjouâ dè prà dè kayé ke l’an dèjayâ : damâdzo !
Djan tinyivê du pri tèlamin bin cha goye è chè pèchon, ke to le mondo l’a batchi l’indrê «la Goye a Djan ». Avu dou vuji è dou fyèrtsô, i konfèkchyenâvè ouna drôla dè trapa ke rèchinbyâvè a on panê ke l’avê le ku parê on’ inbochyà. Tyin pyéji d’alâ avu li rèlèvâ ha fameuje « nasse » : di viron, di tanche, di karpè, n’in d’avê dè totè lè chouârtè. La pye fro delé bala dè chè konchtrukchyon, irè ouna bârka ! Tyin bouneu no j’avan, môgrâ la pouêre ke l’avê nouthra dona dè no vêre a chaveri, dè fére a frebiyi l’ivouè avu hou galé kou dè ramè.
Chuvin lè chajon, lè j’andrenâyè dè Djan chandjivan ; le tsôtin rèpri, i fenâvè intche Martin è vêr no. Intrè dou, i prenyê cha bèkane tanty’a la « halte », por alâ a la Vèryére. Di kou, i chè rapèrtchivè on bokon dè biga… Djan modâvè djêmé chin chon cha dè tourichte, l’avê todzoua on litro « d’Algérie » è kan i rinkontrâvè kôkon i li dejê :
– T’â prà dè pêna ! Prin liji dè bêre on vêro.
Tinke l’outon, lè premi j’èfrethon. Djan tsapyâvè lè vuji è lè j’inpatchotâvè. Irè on chuti krebiyi. Kan le frê anyatâvè lè ruvè dè cha goye, on kou cha bèkane rodze a chotha, le Djan arouvâvè vêr no avu kotyè badyè dè vanèri. L’è vêr no ke chobrâvè du le mi dè dèthanbre tantyè ou mi dè fèvrê.
Chityi chu ouna tyéche in bou, i trèhyivè di bin galé panê. On’achounâvè le chonnabon dou chôdze ke ch’ètsoudâvè chu la kouvêrta dou forni. Djan dremechê ou pêyolè dêrê, irè mi tyè la kabâna dou pèchenê. Du tsan dou pu, trè totèvi i bayivè on kou dè man pê l’èthrâbyo. Irè alêgro dè l’avê intche no.
On dzoua, vo chédè kemin va la ya, Djan l’è j’ou menâ vê la méjon di j’anhyan dè Vuadin. L’è lé, ke l’a léchi chon dêri chohyo ch’ètsapâ.
Ora, mè duvè chèrè botyaton adi la foucha dè Djan di panê : on originalo, on fanfrelu, ma… tyin grô filojofe.
Traduction et adaptation en patois du texte de René Vial « Les saisons de Jean des paniers », parut dans la gruyère du 16 juillet 2016 sous la rubrique :
Fribourgeois, le dictionnaire des anonymes, des inconnus, des oubliés, 1840-2015.
Société d’histoire du canton de Fribourg.                                                                                                                           Bèrnâ Chaney


Feuille fribourgeoise

Articles en patois

Robert Grandjean

Hymne nachyonal dè la Yanna

Dan la Yanna, kan lou chèla
Ch’abadè o déchu dou Dzubià
No chin ti bénirà
Pri dè Dyu
Lè biotâ dè nouthron dichtri
Rèdzoyon totè lè ârmè
O hyi montè pye dzoyâ (bis)
Lè j’èmodè dè nouthron kâ
Lè akchan totchi
Don kâ dévouhya
Kan la nê chè règrènya
Ke lè botyè chayon dza
No chin ti kontin dè rèvêre
Lou furi
Kan l’éko di gran vani
No rinvouyè nouthron dzouyo
O hyi montè…
Kan dan ouna né nêre
Lè nyolè déchindon chu la têra
Kan lè èlyudzè éhyèran
La yê
No jan lou ka ke frebiyè
Dèvan lou Chinyâ nouthron Dyu
O hyi montè…
Hymne national de la GIâne
Dans la Glâne, quand le soleil
Se lève au dessus du Gibloux
Nous sommes tous heureux
Près de Dieu
Les beautés de notre district
Réjouissent toutes les âmes
Au ciel monte plus joyeux (bis)
Les élans de notre cœur
Les accents émus
D’un cœur pieux
Quand la neige s’est retirée
Que les fleurs sortent déjà
Nous sommes tous contents de revoir
Le printemps
Quand l’écho des grands vanils
Nous renvoie notre joie
Au ciel monte…
Quand dans une nuit noire
Les nuages descendent sur la terre
Quand les éclairs illuminent
Le ciel
Nous avons le cœur qui frémi
Devant le Seigneur notre Dieu
Au ciel monte…

RG août 2017

 

Ma yo èthe?

Chan porè pou-t-ihre achebin no j’arouvâ. La chenana pacha Zabèta do Pyan l’è jelâ in komichyon in vela. L’a adon léchi che n’oto din on park à katro ètâdzo, chin vouityi a tyin ètâdzo irè, nè lou numèro dè la pyathe. Kan l’a volu rèmodâ, inpochubyo dè chin choviny. Enèrvaye, irè pâ mé chur do numéro dè cha pyaka, pâ pi la mârka dè chon oto, chavê djuchto la kolà. Adon l’a fê lou toua dè totè lè rintsè di katro étâdzo, in gugin chuto lè j’oto nêrè. Ma rin inpochubyo dè la rètrovâ. L’a abandenâ, pu l’è jelâ bêre on vêro po chè rapikolâ, d’in l’échpoâre dè chè chovinyi d’omintè dè otyè. Ma rin, le vudjo, pâ la mindro di tsoujè.

Lè j’àrè avanhyvan è lou konteu do tiket do park achebin. L’a kru dè veri kajaka. Apri oun’àra dè rètsêrtse po rin, l’è chayête a pi dè chi fotu garâdzo, è l’è rintrâ a la méjon, avouê le bus, furyàja contre cha krouye mémoâre.

Arouvaye ver li, tyinta chorèprêcha dè vêre che n’oto dèvan cha méjon. Irè modâye in bus. Tokeléta! L’é toparê la mémoâre ke hyntchè.

R.G.juillet 2017

Mais ou est-elle?

Cela pourrait peut être aussi nous arriver. La semaine passée, Elisabeth du Plan est allée en commissions en ville. Elle a alors laissé son auto dans un parc à quatre étages, sans regarder à quel étage elle était, ni le numéro de la place Quand elle a voulu repartir, impossible de s’en souvenir. Enervée, elle n’était pas sûr du numéro de sa plaque, même pas la marque de son auto, elle savait juste la couleur. Alors elle a fait le tour de toutes les rangées des quatre étages en regardant surtout les autos noires. Mais rien, impossible de la retrouver. Alors elle a abandonné, puis elle est allée boire un verre pour se revigorer dans l’espoir de se souvenir de au moins quelques choses, mais rien, le vide, pas la moindre des choses.

Les heures avançaient et le compteur du ticket du parc aussi. Elle a cru devenir folle. Après une heure de recherche pour rien elle est sortie à pied de ce foutu garage et elle est rentrée à la maison avec le bus, furieuse contre sa mauvaise mémoire.

Arrivée chez elle, quelle surprise de voir son auto devant sa maison. Elle était partie en bus. Sotte, elle a tout de même la mémoire qui flanche.

R.G.juillet 2017

On’ infanè

Lou dzoua yo ma fiye a betâ ou mondo chon premi infan, chin ke volê dè to kà. Tota la famiye, chin le volê, l’è montâ d’on ètsèlon. No j’an ti prê on grade chin fére on èfouâ. Chu viniyê gran-pére. No j’iran ti kontin, bènirà dè betâ on bordzon a nouthron âbro di j’anhyan. Ma chin no radzounè pâ, i moujâvo ke chan tsandzèrè pâ gran tsoujè por mè.

Ma po cha dona, lè premirè né chin chono a kouja di pyàrè oubin di dzemotâye dè l’infanè ke l’avê rintyè perdu cha lolèta è n’avê rin mé a tourdji tantyè ke ch’indremichè, djuchto a l’àra dè chè lèvâ. Pu lè tsoujè van ti lè dzoua mi, ma pâ po grantin. Lè premirè din è lè j’ôtrè fan tô a rèkeminhyi. E kan èpravèrè dè fére lè premi pâ, l’i fudrè bin dè la pahyinthe kemin por aprindre à mejdji.

Ma l’é a achebin di bi momin avouê lè piti j’infan, tyin dzouyo po cha dona, kan i di po le premi kou papa, maman è tan dè mo pye ou min èchtroupyâ.

R.G.juin 2017

Un enfant

Le jour ou ma fille a mis au monde son premier enfant, ce qu’elle voulait de tout cœur, toute la famille, sans le vouloir, est monté d’un échelon. Nous avons tous pris un grade sans faire d’effort. Je suis devenu grand-père. Nous étions tous content, heureux de mettre un bourgeon à notre arbre généalogique, mais ça ne nous rajeuni pas. Je pensais que ça ne changerait pas grand chose pour moi.

Mais pour sa maman, les première nuits sans sommeil à cause des pleurs ou des gémissements du petit enfant qui avait seulement perdu sa sucette et n’avait plus rien à sucer jusqu’à ce qu’il s’endorme, juste à l’heure de se lever. Puis les choses vont tous les jours mieux, mais pas pour longtemps. Les premières dents et les autres font tout à recommencer et quand il essayera de faire les premiers pas, il faudra bien de la patience comme pour apprendre à manger.

Mais il y a aussi des bons moments avec les petits enfants. Quel joie pour sa maman, quand il dit pour la première fois, papa, maman et tant de mots plus ou moins estropiés.

R.G. juin 2017

Bi furi

Bi furi, ti dè rètoua. T’â tséhyi l’evê, la nê é la pouta bije. Te rèdzoyè lè j’infan è lè j’anhyan. Lou chèla pye tso rèvèyè la nattera, i gatoyè lè hyà dè totè lè kolà din ti lè talu a l’adrê. Lè dzoua krèchon, la nê chè règrenyè. Lè vani l’an dza rèvou lo bounè byan. Lè j’oji chon dzoyà lo tsan no rèbayon do korâdzo. Lè j’â chon dza o travo. Din lè bochon, lè kadrè é lè chodzè chon bin hyori. La têra rètsoudaye tsanpè fro l’êrba pê lè j’adrê pê lè rèvê. Lè vatsè l’an dza apéchu, i pyaton dévan lo rèthè è fan la mina chu lou fin.

Lè fèmalè ginyon lo kurti. L’an dza chènâ lè fâvè è lè pê a la rèthèta do kurti. Lè fiyè beton di kotiyon pye kour, l’an fan dè bronjâ, lou chèlà lè j’a achebin rétsoudâye. Lè j’infan l’an rèvou lè chki è rèchayi lè polètse. L’an tsantâ le premi dè mé. Dyora lè riondênè cheron rè pri. Lè j’armayi gugon lè djithè. I inkotson le trin dou tsalè. Lè chenayè è lè hyotsètè cheron achebin prè po la poya.

Beau printemps

Ô beau printemps, tu es de retour. Tu as chassé l’hiver, la neige et la vilaine bise. Tu réjouis les enfants et les anciens. Le soleil plus chaud réveille la nature, il chatouille les fleurs de toutes les couleurs dans tous les talus à l’adroit. Les jours grandissent, la neige se retire. Les vanils ont déjà réduit leurs bonnets blancs. Les oiseaux sont joyeux, leurs chants nous redonnent du courage. Les abeilles sont déjà au travail. Dans les buissons, les noisetiers et les saules sont bien fleuris. La terre réchauffée pousse dehors l’herbe dans les adroits et les revers. Les vaches l’ont déjà aperçu, elles piétinent devant leur crèche et boudent sur le foin.

Les femmes guignent leur jardin, elles ont déjà semé les fèves et les pois à l’abri du mur du jardin. Les filles mettent des jupes plus courtes, elles ont envie de bronzer, le soleil les a aussi réchauffés. Les enfants ont réduit les skis et ressortis les billes. Ils ont chanté le premier mai. Bientôt les hirondelles seront de retour. Les armaillis regardent les gites. Ils préparent le train du chalet. Les sonnailles et les clochettes seront aussi prêtes pour la montée à l’alpage.

R.G.mai 2017

Achinbvâve

Lou dechandro dji-jè vouète do mê dè mâ, lè patêjan di j’amikalè do tchinton, iran in achinbyâye ou kabarè dè Méjire. Irè le toua do dichtri dè la Yanna d’organijâ l’achinbyâye. A duvè j’arè do dumidzoua, Moncheu Marcel Thürler prèjidan l’a ourâ l’athinbyâye pè lè chalutachyon d’ujâdzo ou j’invitâ è a la chaptantanna dè minbro prèjin. Pu l’a to tsô bayi la parola ou kâ-mixte dè l’amikala dè la Yanna, «Lè Yerdza» ke no j’a tsantâ quatro bi tsan in patê, chon j’à ti bin aplôdi. Pu l’achinbyâye chè pachâye d’apri lou tractanda

Cheti l’outan, du vintè-dou o vintè-katro dè chaptanbre, l’é arè la fitha Remanda è internachyonala di patêjan, ke chè tin, ti lè quatr’ an A oun’otra pyathe. Cheti an cherè à Yverdon. Moncheu Bernard Martin Préjidin dè ha fitha, no j’a prèjintâ lou programe avu chon bi patê vôdouâ. La demindze matin l’é arè lou kortèje in vela, la partya ofichièle, lou goutâ. Pu lou dumidzoua, l’é arè la nominachyon di mantinyarè è lè réjulta do concours littéraire.

R.G. avril 2017

Assemblée

Le samedi dix-huit du mois de mars, les patoisants des amicales du canton, étaient en assemblée au café de Mézières. C’était le tour du district de la Glâne d’organiser l’assemblée. A deux heures de l’après midi, Monsieur Marcel Thürler, président, a ouvert l’assemblée, par les salutations d’usage aux invités et à la septantaine de membres présents. Puis il a tout de suite donné la parole au chœur-mixte de l’amicale de la Glâne (Lè Yerdza) qui nous ont chanté quatre beaux chants en patois. Ils ont été bien applaudis, puis l’assemblée s’est passée d’après le tractanda.

Cet automne, du vingt-deux au vingt-quatre septembre, il y aura la fête romande et internationale des patoisants qui a lieu tous les quatre ans à une autre place. Cette année ce sera à Yverdon. Monsieur Bernard Martin, président de cette fête, nous a présenté le programme avec son beau patois vaudois. Le dimanche matin il y aura le cortège, la partie officielle et le banquet. Puis l’après-midi, la nomination des mainteneurs et les résultats des concours littéraires.

R.G. avril 2017

L’oura

L’oura chohyè yo i và. On intin cha vouê, ma on châ pâ du yo i vin. On pou pâ le tinyi, mimamin che on in da fan. On châ pâ yo i va. Le châthe li mimo, ma i chin va. On le vê pâ, ma on l’achin. I portè lè nyolè o payi di matin hyâ. A – te konprê chon mèchâdze? Chin ke vo dre din cha batoyiche ke modè vê le lordzo, vê d’otro rivâdzo michtèryeu.

I fâ di gran voyâdzo vê l’inkonyu, tan tyè chu d’otro yintin payi. I rachinbyè lè nyolè po fathenâ lè j’orâdze, di kou abimè le payijâdzo chu chon pachâdze. I pê pâ koradzo, mimamin che chovin i fâ di ravadzo, l’è damâdze po chon èmâdze, n’è pâ totèvi châdze. Din l’oura lèrdjêra, no vudran di kou no léchi portâ kemin ouna foye chétse din la libertâ, din le hyi vê la lumiére po on gran voyâdze.

I l’a divê non: l’oura di chenayè no j’anonthè le furi, l’oura di mèchon ke brinnè lè byâ. L’oura byantse anonthè la chètsrèche. Le Joran vin do Jura. La bije no vin do nouâ (dè la pâ dè Friboua) no portè la nê è le frê in’ evê E le bi tin dè tsotin. Dan l’intyamon, le Ruhyo, oura frètse, vin dè La Tine, é le Borgonyon pye dà chohyè du la Bourgogne.

R.G. mars 2017

Le vent

Le vent souffle où il veut. On entend sa voix, mais on ne sait pas d’où il vient. On ne peut pas le saisir, même si on en a envie. On ne sait pas où il va, le sait-il lui même, mais il s’en va. On ne le voit pas, mais on le sent. Il porte les nuages au pays des clairs matins. As-tu compris son message? Ce qu’il veut dire dans son bavardage qui part vers le large, vers d’autres rivages mystérieux.

Il fait de grands voyages vers l’inconnu jusque sur d’autres lointains pays. Il rassemble les nuages pour former les orages, des fois il abîme le paysage sur son passage. Il ne perd pas courage, même si souvent il fait des ravages, c’est dommage pour son image, il n’est pas toujours sage. Dans le vent léger, nous voudrions des fois nous laisser emporter comme une feuille morte dans la liberté, dans le ciel, vers la lumière pour un grand voyage.

Il a divers noms, le vent des sonnailles nous annonce le printemps. Le vent des moissons qui balance les blés. Le vent blanc annonce la sécheresse. Le Joran vient du Jura. La bise, qui vient du nord (du coté de Fribourg), nous apporte la neige et le froid en hiver et le beau temps en été. Dans l’Intyamon, le ruhyo, vent frais, vient de La Tine et le Borgognon plus doux souffle de la Bourgogne.

R.G. mars 2017

 

To l’ a tsandzi

To tsandzè, to l’a tsandzi, ma pâ to dè gran in bin. To tsandzèrè ankora mè achebin, vo achebin, ma poutihre min rido. Lè machinè, l’an rinpyathi lè omo o travo. Lè j’oto lè kamyon l’an invayi lè tsemin, lè route. L’ é a thinkant an le chèla irè dza le mimo. L’êrba irè dza vèrda, ma dan la natera lè âbro, lè botsalè, lè chê, l’an bin dèkrè. Lè route goudrenaye, lè fabrekè è lè méjon, di kou bin dè tru, l’an prê lo pyathe. Tyè volè vo i fô chuêdre le korin, po pâ chè pêdre en tsemin. Che la natera l’a bin dékrè, la populachyon l’a bin akrè. I fô do travo, dè la pyathe po to chi mondo. I fô chavê bayi d’ouna man, che on và rèchyêdre otyè din l’otra.    R.G.

Tout a changé

Tout change, tout a changé, mais pas toujours en bien. Tout changera encore, moi aussi, vous aussi, mais peut-être moins vite. Les machines ont remplacé les hommes au travail. Les autos, les camions ont envahi les chemins, les routes. Il y a cinquante ans, le soleil était déjà le même. L’herbe était déjà verte, mais dans la nature, les arbres, les buissons, les haies ont bien diminué. Les routes goudronnées, les fabriques et les maisons, des fois bien de trop ont pris leur place. Que voulez-vous, il faut suivre le courant, pour ne pas se perdre en chemin. Il faut du travail, de la place, pour tout ce monde. Il faut savoir donner d’une main, si on veut recevoir quelque chose dans l’autre.

R.G.février 2017

Dou-mil-chèdzè /
Dou-mil dii-jè-chate

Inke no on’an pye viyo. L’è ti lè j’an parê, lè dzoua pâchon bin rido, to dèkrè. Lè dzoua chè rakuchon, l’lou chèlà è min tso, lè dzoua chon pye kour. Lè mê chon kemin lè byè dè bankè dè than fran, on kou intarnâ chon vuto ou bè. Dinche bèniràjamin lè krouyè novalè douron achebin pâ grantin, ma chon ache vuto rinpyathi pè oun’ otra, chovin pye krouye, ma no fô vouêrdâ tyè lè momin lè mèyà dè nouthra ya chu têra. Lè piti pyéji chon kemin lè rio inthinbyo y fan ouna riviére, adon fô vouèrdâ korâdzo è totè lè pititè bounè novalè, po ithre dzoyà ti lè dzoua oumintè ouna vouêrbèta dinche la ya cherè achbin bala po tsakon dè no, vo kouâjo bon korâdzo po l’an ke vin, prà dè dzouyo, bouna chindâ a totè è ti lè patêjan, le richto vindrè to cholè dè li mimo.

R.G.janvier 2017

Deux-mille-seize /
Deux-mille-dix-sept

Nous voici un an plus âgé. Depuis la Toussaint, c’est toutes les années pareil, le temps passe bien vite , tout décroît, les jours diminuent, le soleil est moins chaud, les nuits sont plus fraiches, l’herbe s’en va, les fleurs font la moue. Il n’y a que les nuits qui croissent. Les mois sont comme les billets de banque de cent francs, une fois entamé ils sont vite au bout. De même heureusement les mauvaises nouvelles ne durent aussi pas longtemps, mais elles sont vite remplacées par une autre parfois plus mauvaise. Mais il ne nous faut garder que les moments les meilleurs de notre vie sur terre. Les petits plaisirs sont comme les ruisseaux, ensemble ils font une rivière. Alors il nous faut garder courage et toutes les petites bonnes nouvelles, pour être joyeux au moins un moment, ainsi la vie sera aussi belle pour chacun de nous. Je souhaite bon courage pour l’année nouvelle, beaucoup de joie, bonne santé à toutes et tous les patoisants, le reste viendra de lui même, tout seul.

R.G.janvier 2017

 

 

Chin Nikolé
Ti rèvinyê pêr’ intye no
A vu ta lota bala pyêna
Mankè dè rin, li a dè to
Po lè j’infan dè bouna mena
Ton trino l’è gayâ tsêrdyi
Ton âno gri l’è prê ou chohyo
T ‘è fô vêre po le choladyi
Betâ bâ ôtyè dè ton yâdzo
Li a tan prà dè pouro piti,
Ke t’an ékri é ke t’atindon.
I konton prà ke te vindri,
A ton bon kà chè rèkemindon
L’an dou mô dè lou j’indremi
L’an apêchu tyikâ la leka
E oyu ton âno tuchi
In pachin pri dè lou karbola
Ou pêyo in trin dè vêyi
Chènya è dona chon to trichto
Chti an l’an pâ dè tyè payi
On’ âyon a tréti lou bouébo
Déchida-tè, fâ lou pyéji
Léche rèpojâ ta bèthèta
Tô achurâ ôtyè po ti
Intra vuto ouna vouêrbèta
Kan te cheri rè pri pêr lé hô
Moujè a hou k’chon din la pêna
A hou j’infan k’lan tan dè mô,
E ke lou fô tan chufri chu têra.
Brodard
Décembre 2016
Saint-Nicolas
Tu est revenu par chez nous
Avec ta hotte bien pleine
Il ne manque rien, il y a de tout
Pour les enfants de bon caractère
Ton traineau est assez chargé
Ton âne gris est prit au souffle
Il te faut voir pour le soulager
Mets parterre quelque chose de ta charge
Il y a tellement de pauvres petits
Qui t’ont écrit et qui t’attendent
Ils comptent bien que tu viendras
A ton bon cœur , ils se recommandent
Ils ont du mal de s’endormir
Ils ont aperçu crisser la piste de neige
Et entendu ton âne tousser
En passant près de leur petite maison
A la chambre en train de veiller
Papa et maman sont tout tristes
Cette année ils n’ont pas de quoi payer
Un habit à tous leurs garçons
Décide toi, fait leur plaisir
Laisse reposer ta petite bête
Tu as sûrement quelque chose pour tous
Entre vite un petit moment
Quand tu seras de nouveau par là-haut
Pense à ceux qui sont dans la peine
A ces enfants qui ont tant de mal
Et qui leur faut tellement souffrir sur terre.
Traduction: R. G.

Décembre 2016

On gro pètchi
L’é a mé dè thinkant’an irè défindu dè medji dè la tsê ti lè devindro, in chi tin irè richkâ l’infê. On bucheron dè mihyi prenyè ti lè dzoua chon goutâ avoui li. Cha fèna li préparâvè chon rèpé. On dzoua l’a oubyâ k’irè devindro. A midzoua kan che n’omo àrè chon cha, li tràvè on gro mochi dè bakon. Tyè fére? Irè tru yin por alâ goutâ a la méjon, l’avé bin fan, le travo irè pènâbyo. Tan pi, chè di le brâvo omo. L’a fê on bon fu po chè rètsoudâ è kouêre chi bakon ou bè de n’a badjèta chu lè brâjè. Krénon k’irè bon, krêdè mè.
Lou dèvêlené cha fèna li di: mon Dyu! T’â to medji le bacon, on devindro! Tè fo alâ tè konfechâ. La demindze dè bon matin, i chin va o mohyi po chè konfechâ. I va le premi din le konfèchenêro po avouâ chi pétchi ke li pêjâvè chu la konhyinthe. I intrè lou premi din le kontichenéro, ma i di a l’inkourâ. L’è ran fê dè mô a nyon, pu l’avé ran d’otro a medji.
O bin tyè vouê, chin l’è on gro pètchi, tâ ofinchâ le Bon Dyu. Po la pènetinthe te mè portèrè on bon chetêre dè bou. Lou pènetin li amênè a la kura on piti tsê dè fachounè. L’inkourâ korohyi dè ha pouta fâcha, li di: tâ tronpâ le Bon Dyu! T’avé de: do bou. Bin che lè fago l’è pâ do bou. Adon le bakon n’è pâ de la tsê. L’inkoura l’è chobrâ mudo.
R.G novembre 2016
Un gros péché
Il y a plus de cinquante ans, c’était défendu de manger de la viande tous les vendredis. En ce temps, c’était risquer l’enfer. Un bûcheron professionnel prenait tous les jours son diner avec lui. Sa femme lui préparait son repas. Un jour, elle a oublié que c’était vendredi. A midi, quand son homme ouvre son sac, il trouve un gros morceau de lard. Que faire c’était trop loin pour aller diner à la maison. Il avait bien faim, le travail était pénible. Tant pis se dit le brave homme. Il fait un bon feu pour se réchauffer et cuire ce lard au bout d’une baguette sur les braises. Crénom qu’il était bon. Croyez-moi.

Le soir, sa femme lui dit: mon Dieu, tu as tout mangé le lard, un vendredi! Il faut aller te confesser! Le dimanche de bon matin, il va à l’église pour se confesser. Il va le premier dans le confessionnal pour avouer ce péché qui lui pesait sur la conscience. Mais il dit au curé: je n’ai rien fait de mal à personne. Je n’avais rien d’autre à manger.
Oh bien que oui, c’est un grave péché. Pour la pénitence tu me porteras un stère de bois. Le lendemain, le pénitent, lui amène un petit char de fagots. Le curé, fâché de cette vilaine farce, lui dit: tu as trompé le bon Dieu. Je t’avais dit du bois. Bien si les fagots c’est pas du bois, alors le lard c’est pas de la viande. Le curé est resté muet!
RG novembre 20

Le vivo kotyê

No j’an pri d’la méjon
On bi grô kotyê
Pye grô tyè dè réjon
Dèpâchè le tê
Kan chin vin la chêjon
Di kotyè n’in tsê
On piti krebiyon
Ke katso adrê
Mon chènya l’a bin fan
Dè le betâ bâ
Mè ke li tinyo tan
Ne chu pâ d’akouâ
Moujo a mè j’anhyan
Ke vinyon la vèprâ
Lou j’achtâ chun le ban
Po lou j’alonbrâ
Chin mè farè on kou
Che n’in fan di lan
Kan bin rapouârtè pou
Por mè l’amo tan
I lochè kotyè kou
K’min ti lè j’infan
Mè brêno k’min on fou
Pindu pê lè man
Bin kotyè j’an pye tâ
On dzoua dè tsotin
L’è j’ou to kartyalâ
Pê le fu do tin
L’è adon ke l’é moujâ
Ke to prenyi fin
Dè mè j’anhan amâ
Le ban achebi
A.Brodard

Le vieux noyer
Nous avons près de la maison
Un beau gros noyer
Plus gros que de raison
Il dépasse le toit
Quand vient la saison
Des noix, il en tombe
Une petite corbeille
Que je cache comme il faut
Mon père a bien envie
De l’abattre
Moi qui y tient tellement
Je ne suis pas d’accord
Je pense à mes ancêtres
Qui venaient l’après-midi
S’assoir sur le banc
Pour se mettre à l’ombre
Cela me ferait un coup
Si ils en font des planches
Quand même il rapporte peu
Pour moi je l’aime tellement
Aux branches quelques fois
Comme tous les enfants
Je me balance comme un fou
Pendu par les mains
Bien quelques années plus tard
Un jour d’été
Il a été mis en quartiers
Par la foudre
C’est alors que j’ai pensé
Que tout prend fin
De mes ancêtres aimés
Le banc aussi
traduction R. G.

octobre 2016

Travayi la demindze

On yâdzo, lè payijan dèvechin dèmandâ la permichyon dè fènâ, mèchenâ, oubin rèkordâ la demindze. On payijan pâ tan chkrupuleu avê rèvou cha mèchon ouna demindze dè gran bi tin, on’an dè chètsrèthe, richkâvè ran dè pyovê. N’avê bin chur ran dèmandâ a moncheu l’inkourâ. Din chi tin, irè on gro pètchi. L’inkourâ l’a apèchu, i va le trovâ, po le dèpuchtâ: tyè moujâdè vo. Vo chédè portan ke vouè l’y-è demindze, è ke n’è pâ on dzoua a travayi. Chin n’è pâ bin bi: Le Bon Dyu l’a travayi chê dzoua è chè rèpoujâ le chatyimo. L’y-è achebin dinche ke no dêvin fére. Lou payijan l’a bin akutâ, pu li rèbrekè: Vouê, vouê d’akouâ, le ché prà, ma le Bon Dyu l’avê fournê chon travo, ma pâ mè.

Ora nyon mé dèmandè la pèrmichyon. Lè Kuré l’an promatère dè travo chin chan, è bin d’ôtro pochyin
 R.G. septembre 2016

Travailler le dimanche

Autrefois les paysans devaient demander la permission de faner, moissonner ou faire les regains le dimanche. Un paysan pas tant scrupuleux avait rentré sa moisson un dimanche de grand beau temps, une année de sécheresse, il ne risquait rien de pleuvoir. Il n’avait bien sûr rien demandé à Monsieur le curé. Dans ce temps, c’était un gros péché. Le curé l’a aperçu. Il va le trouver pour le gronder. Que pensez-vous, vous savez pourtant qu’aujourd’hui c’est dimanche et que ce n’est pas un jour à travailler, ce n’est pas bien beau. Le bon Dieu a travaillé six jours et s’est reposé le septième. C’est aussi comme ça que nous devons faire. Le paysan l’a bien écouté puis lui répond: oui, oui d’accord je le sais assez, mais le bon Dieu avait fini son travail, mais pas moi.

Maintenant plus personne ne demande la permission. Les prêtres ont assez de travail sans ça et bien d’autres soucis.

R.G. septembre 2016

Omâdzo a la rouja

Oun’oura dàthe è alêgra anonhyivè on bi matin dè tsotin. Ouna boun’odeu inpyâvè lou kurti, irè ouna dzornâye dàthe è cherinna ke keminhyvè. On redzingon to dà chayivè dè la fontanna. L’è j’oji dèvejâvan d’on n’ê kontin è lè prevolè avan on’ê kokin din chi bal dzoyà. To por on kou, l’é apèchu ou fon do kurti, on rojê tot’in hyà ke chourâvan o chèlà. Ouna rouja cholèta ou bè d’ouna brantse chè brinnâvè è m’invouyivè ouna bon’odeu, ke mè gatoyivè lè nari. Cha bala kolà rodze vi aterivè lè j’â. Chè chèrè dè piti bri, hyè dè totè lè kolà fajan di bi bochon to le toua do kurti. I mè dèmandâvo kemin lou kurtiyâre do Bon Dyu l’a pu betâ tan dè tsârmo din ha hyà chuâdze por no j’ofri ouna vouêrba dè vré bouneu.

R.G Août 2016

Hommage à la rose

Un vent doux et agréable annonçait un beau matin d’été. Une bonne odeur remplissait le jardin, c’était une journée douce et calme qui commençait. Un refrain tout doux sortait de la fontaine. Les oiseaux discutaient d’un air content et les papillons avaient un air coquin dans ce bal joyeux. Quand tout à coup j’ai aperçu au fond du jardin, un rosier tout en fleurs qui s’ouvraient au soleil. Une rose solitaire au bout d’une branche se balançait et m’envoyait une bonne odeur qui me chatouillait les narines. Sa belle couleur rouge vif attirait les abeilles. Ses sœurs plus modestes, habillées de toutes les couleurs faisaient de beaux buissons, tout autour du jardin. Je me demandais comment le jardiner du Bon-Dieu a pu mettre tant de charme dans cette fleur suave pour nous offrir un instant de vrai bonheur.

R.G. août 2016

 
Novi lêvro
La chochyètâ kantonala di patêjan fribordzê, l’a fê on novi lêvro in patê: Rèkuyo d’èkri patê. Din chi lêvro dè dou-than pâdze, l’é a than-trinta èkri fê pè di j’oteu dè la chochyètâ di patêjan fribourdzê. Bin di tsapitro chon di j’èkri prèjintâ a on konkour litéraire ke chè fâ ti lè katr’an. Bin kotyè minbro fribordzê l’an fê chi konkour è l’an rèchu on pri. Hou j’ékri chon din chi lêvro lé in d’a achebin di Yannarè. Chi lêvro dê no j’idji a mantinyi la linvoua dè nouthrè j’anhian. Ha linvoua ke châ tan bin prèjintâ lè tsoujè dè la ya, di viyo mihyi, di viyè kothemè, din lè montanyè, lè velâdzo dè nouthron payi, è achebin lè tsoujè dè la ya do dzoua d’ora. No fô félichitâ è rèmarhyâ hou ke l’an fê chi lêvro, po pâ pêdre hou bi j’èkri, oubin lé lèchi muji o fon d’on teran.
On tràvè chi lêvro pèrto, i kothè pâ bin tyê, a pou pri ran, dji fran po dou- than pâdzè.  
R.G.
Juillet 2016
Nouveau livre
La société cantonale des patoisants fribourgeois a fait un nouveau livre: Recueil de textes en patois. Dans ce livre de 200 pages, il y a des écrits faits par des auteurs de la société des patoisants fribourgeois. Bien des chapitres sont des écrits présentés aux concours littéraires, qui se fait tous les 4 ans. Bien quelques membres fribourgeois ont fait ce concours et ont reçu un prix. Ces écrits sont dans ce livre. Il y en a aussi des Glânois. Ce livre doit nous aider à maintenir la langue de nos ancêtres. Cette langue qui sait tellement bien présenter les choses de la vie, des vieux métiers, des vieilles coutumes, dans les montagnes, les villages de notre pays. Et aussi les choses et la vie actuelle. Il nous faut féliciter et remercier ceux qui ont fait ce beau livre, pour ne pas perdre ces écrits ou les laisser moisir au fond d’un tiroir. On le trouve partout, il ne coûte pas bien cher, à peu près rien, 10 francs pour 200 pages.
R.G. Juillet 2016
 
Lè j’anhyan
 
Dévejâdè chuto pâ to dè gran dè vouthrè pititè mijére. Tsakon l’a lè chuvè ke no fan on bokon dè pochyin. On bokon dè rumatiche, lè dzenà è lè j’antsè oujâye. Lou chan chukrâ, le vintro bin tru nourè, la hyantere tru kourta. Lè din ke brinnon dévan dè modâ por a dè bon. La mémouâre a di pèrtè. On tsèrtchè chovin po rin di j’ichtoir dè chi viyo tin ke no chinbyè farmo yin. Lè j’yè chon tràbyo, on tràvè pâ chè bèrihyè k’on a chu le nâ. Lè pè vinyon gri, oubin àmon mi modâ, chon portan pâ pye pèjan. Che vo j’an ran dè to chin, vo j’ithè mouâ. Du ora vo fô to prindre dè la bouna pâ, rin mé n’è prèchin. Adon lou chèlà cherè din vouthron kà ti lè dzoua, por vo fére la fitha che vo le volè. Voyadjidè, inpyèyidè vouthron’ ardzin po vo fére ti lè dzoua ouna fitha. Tsouyidè pâ tm vouthron’ ardzin. Profitâdè dè la ya ti lè dzoua kemin che vo iran adi in vakanthe. Léchidè pâ tru dè fortena. Vouthrè j’èretâ, dza tru vouèthâ atindon le momin yo vo j’arin kotâ lè j’yè po todoulon. In atindin vo fô bin bère è bin medji, dèvan ke chè tru tâ. Bin rire, admirâ nouthron bi payi avoui chè dzà, chè lé è chè montanyè. Fédè vo ouna bala ya è la ya cherè bala dévan ke la granta chètse vo j’è tchirâ.
 
Les anciens
Ne parlez surtout pas toujours de vos petites misères. Chacun a les siennes qui nous font un peu de souci. Un peu de rhumatisme, les genoux et les hanches usés. Le sang sucré, le ventre bien trop nourri, la ceinture trop courte. Les dents qui branlent avant de partir pour toujours. La mémoire a des trous. On cherche souvent pour rien des histoires de ce vieux temps, qui nous semble très éloigné. Les yeux sont troubles, on ne trouve pas ses lunettes qu’on a sur le nez. Les cheveux deviennent gris ou bien ils aiment mieux partir. Ils sont pourtant pas plus lourds. Si vous n’avez rien de tout ça, vous êtes mort. Depuis maintenant, il vous faut tout prendre du bon coté, plus rien n’est pressant. Alors le soleil sera dans votre cœur tous les jours, pour vous faire la fête si vous le voulez. Voyagez, utilisez votre argent pour faire de tous les jours une fête. N’économisez pas trop votre argent. Profitez de la vie tous les jours comme si vous étiez toujours en vacance. Laissez pas trop de fortune. Vos héritiers, déjà trop gâtés, attendent le moment où vous aurez fermé les yeux pour toujours. En attendant il vous faut bien boire et bien manger, avant qu’il ne soit trop tard. Bien rire, admiré notre beau pays avec ses forêts, ses lacs et ses montagnes. Faites vous une belle vie et la vie sera belle avant que la mort vous ait appelé.      
  R.G.
juin 2016
 
Lou bourdyè

Ti lè j’an lou chèla d’âvri rèvèyè la natera. Lè premi botyè mothron lo bale kolà . Lè riondinnè chon dè rètoua. Lè prà rèprinnyon ya è tsandzon dè kolà. Ma le bourdyè ran prèchâ atin lou premi dè mé, po no rèdzoyi avoui chè hyotsètè byantsè é chon boun’odeu ke vin anyatâ nouthrè nari indremê pè le frê dè l’evê. I rèvin ti lè furi kemin on viyo èmi k’on atin du grantin. Le tin do boudyè dourè pâ grantin kemin le tin di mayintsètè, è po la fitha di donè, pu, i rèvou chè balè hyotsètè byantsè, tanty’a l’an ke vin. Lè foyè bale vêrdè fan di bi tèpi o chèlà a la ruva di dzà é di chê. Chê foyè rèchinbyon a l’ô di j’oua, ma n’alâdè pâ vo tronpâ, le bourdyè l’è pojon. N’alâdè pânyi l’agothâ. Léchidè le trantylo tantyè ô furi dè l’an ke vin.          R.G.

Le mugue

Toutes les années, le soleil d’avril réveille la nature. Les premières fleurs montrent leurs belles couleurs. Les hirondelles sont de retour. Les prés reprennent vie et changent de couleurs. Le muguet pas pressé attend le premier mai pour nous réjouir avec ses clochettes blanches et sa bonne odeur qui vient caresser nos narines endormies par le froid de l’hiver. Il revient tous les printemps, comme un vieil ami qu’on attend depuis longtemps. Le temps du muguet ne dure pas longtemps, comme les petits chanteurs du mois de mai et jusqu’à la fête des mères, puis il réduit ses belles clochettes blanches, jusqu’à l’année prochaine. Ses feuilles belles vertes font de beaux tapis au soleil en bordure des forêts et des haies. Ses feuilles ressemblent à l’ail de l’ours, mais n’allez pas vous tromper le muguet est poison. N’allez même pas le goutter, laissez le tranquille jusqu’au printemps de l’année prochaine.

RG mai 2016

La piodze

Du To lè Chin, n’è pâ l’ivouè ke no j’a mankâ. On vê adi di lordè goyè pèr to. Ma on in avê bin fôta. Pra dè borni iran a chè, lè rèjêrvè iran ou bè. Rin chè rèpâyè atin tyè le tin. A chta chajon atan dè piodze ne grâvè pâ tan.

Chan mè rapalè l’an mil-no-than-chouchantè trè, no j’a fayu la chuportâ gayâ to le tsotin è l’outon. Irè chur pâ tota bènête.

Lè payjan l’an du robâ le fin, to troulâ, intrè lè trinnè. Lou rèkouâ din lè échyèryè è lè mèchon apri la bénichon. On mache dè travô in dèpye, po dè la krouye martchandi. Po fourni lè pre dè têra l’an gayâ ti puri. Nyon n’an pu chènâ lè byâ ou mé d’oktobre kemin de kothema.

On chin rapalè, kan bin on di, k’on àbyè ache rido lè mâleu, k’on ch’abituè o bouneu. On di chovin, drôlo dè tin, ma l’è nouthra mèmouâre, ke no mankè.

La pluie

Depuis la Toussaint ce n’est pas l’eau qui nous a manqué. On voit encore des grosses gouilles partout. Mais on en avait bien besoin. Beaucoup de fontaines étaient à sec, les réserves étaient au bout. Rien ne se repaie autant que le temps. A cette saison autant de pluie ne gêne pas beaucoup.

Cela me rappelle l’année mille-neuf-cent-soixante-trois. Il nous a fallu la supporter presque tout l’été et l’automne. Elle n’était sûrement pas toute bénie. Les paysans ont dû voler le foin, qui avait été tout mouillé, entre les traines. Le regain dans les éclaircies, et les moissons seulement après la bénichon. Beaucoup de travail en plus, pour de la mauvaise marchandise. Pour finir les pommes-de-terre ont presque toute pourri. Personne n’a pu semer les blés au mois d’octobre, comme d’habitude.

On s’en rappelle, quand même on dit qu’on oublie aussi vite les malheurs qu’on s’habitue au bonheur. On dit souvent, drôle de temps, mais c’est notre mémoire qui nous manque.

R.G. avril 2016

 

Fô tè rèdzoy

Fô tè rèdzoyi è tsant
To pri di vani, yo te vâ poyi
No van ti choutâ chu le pon ke virè   
Din ch’ti bi payi, l’i fâ bon chobrâ
E no rèdzoyi, no dèmorâ. 
La bénichon, fô la fithâ
Tyédè vo grahyàjè
Vinyidè pi chin dèbredâ
Rèyi di j’èpajè. L’è rèvinyê, bi l’outon
On tin ke rèdzoyè, akuta vê, mariatson
Ara té j’oroyè.
Kan le tsotin vin dè fourni
Chin Déni aproutsè
Trèkoudenâdè chamouni
Bâ pè lè kayoutzè
Vuto pachâ, chti tsotin,
Chajon règrètâye. Mè chovindri
Bin grantin. Dè tan dè choupaye.
Apri l’evê lyè le furi
Piti riô batoyè, tsakon mothrè.
Chon fori. L’âbro l’a chè foyè
On gaIé chi koua l’payi
L’oura di chenayè … Kan to l’è prè,
Fô poyi, è fro lè j’armayè
Oscar Moret
mars 2016
 
Il faut te réjouir
Il faut te réjouir et chanter Gruyère
Tout près des vanils, où tu vas alper
Nous allons tous sauter sur le pont qui tourne
Dans ce beau pays, il fait bon habiter
Et nous réjouir, nous amuser.
La bénichon, faut la fêter
N’est-ce pas mesdemoiselles
Venez seulement sans cesse
Choisir des épouses. Il est revenu bel automne
Un temps qui réjoui, écoute donc fiancé
Ouvre tes oreilles 
Quand l’été vient de finir
Saint-Denis approche
Carillonnez petites sonnailles
En bas par les pierriers
Vite passé cet été
Saison regrettée. Je me souviendrai
bien longtemps, de tant de souper au chalet.
Après l’hiver c’est le printemps
Petit ruisseau bavarde, chacun montre
son sourire. L’arbre a ses feuilles
Un agréable courant d’air, coure le pays
le vent des sonnailles… Quand tout est prêt
il faut alper et dehors les vaches.
RG
mars 2016

 

L’ôtro mondo
Djan è chon vejin Luvi dévejâvan du ouna vouêrba dè l’ôtro mondo.
Djan dèmandè a Luvi athe pouêre dè muri?
Mè, na, portyè? Mè fâ ran, i l’é atan dè parin, dè j’èmi, dè konyechanthe dè la pâ delé, tyè de la pâ deché.
Vouê ma i parè ke Chin – Piéro n’è pâ tan alêgro avoui hà ke chè chon maryâ m’é don kou.
Trè j’omo chon arouvâ inthinbyo a la pouârta do Paradi. Chin-Pyéro démandè o premi che irè maryâ
Binvo
Adon te pou intrâ, t’â dza fê ton purgatêro chu têra.
Lou chèkon atindê chon toua, chondjivè intrâ a pi-djin. Chin-Pyéro li demandè achebin che irè j’à maryâ?
Bin vouê, chu j’à maryâ dou kou.
Ah t’i j’à maryâ dou kou, bin fo mè le kan du inke. Lou Paradi l’è po lè malirà , pâ po lè fou. Lou trèjimo k’irè j’à maryâ trè kou, chè dèmandâvè, tyè va-the mè dre Chin-Pyéro?
Oh l’y a pâ tan dè mô: li in bayèri ouna a chyêdre po l’adodâ.
 
L’autre monde
Jean et son voisin Louis parlaient depuis un moment de l’autre monde.
Jean demande à Louis: as-tu peur de mourir?
Moi, non, pourquoi? ça me fait rien, j’ai autant de parents, d’amis et de connaissances de l’autre côté que de ce côté.
Oui, mais il parait que Saint-Pierre n’est pas tant agréable avec ceux qui ont été marié plus qu’une fois.
Trois hommes sont arrivés ensemble à la porte du Paradis. Saint-Pierre demande au premier si il était marié.
Bien oui.
Alors tu peux entrer, tu as déjà fait ton purgatoire sur terre.
Le second attendait son tour, il pensait entrer à pieds-joints. Saint-Pierre lui demande aussi si il avait été marié?
Bien oui, j’ai été marié deux fois.
Ah tu as été marié deux fois. Et bien va-t-en d’ici, le paradis c’est pour les malheureux, pas pour les fous. Le troisième qui avait été marié trois fois, se demandait: qu’est ce qu’il va me dire Saint-Pierre.
Et bien il n’y a pas tant de mal. Je lui en donnerai une à choix pour le calmer.
R.G.
février 2016
 
L’an novi
Inke rè on an dè pachâ. L’an dou-mil-tyindzè chàbrèrè din nouthra mémouâre, on tsotin chpéchial, avouê di tsalà kemin no j’an djêmé yu, on bi l’outon è Chin-Martin, no j’a enkora vouêthâ avouê trè chenannè dè bi chèlà.
L’an chàbrèrè achebin gravâ din lô ya. I chondzo bin chur a ti lè malirà ke dêvon modâ du lô payi, chin chavê yô alâ nè yô i van, Iéchin ti lô bin po fuyi la dyèra. No lô kouâjon ouna ya mèyà po l’avinyi.
Cheti an pachâ kotyè j’on no j’an tchithâ po le payi di j’andzè, on pou kontâ di patêjan, di anhyan, ma achebin di dzouno.
A totè hou famiyè in dyu, no lou kouâjon bon korâdzo po l’avinyi Kemin ti l’è j’an, por ti l’é a j’à di bon è di krouyo dzoua. Di dzoua dè dzouyo po fére oubyâ lè mijérè. Adon a totè è a ti bon korâdzo po l’avinyi ,è bèniràja noval’ an dou-mil-chèdzè. Vouêrdâdè in chovinyi tyè lè mèyà momin dè la ya.      
R.G. janvier 2016
 
L’année nouvelle
Voici de nouveau une année passée. L’année 2015 restera dans notre mémoire. Un été spécial avec des chaleurs que nous n’avons jamais vu, un bel automne et Saint-Martin nous a encore gâté avec trois semaines de beau soleil.
L’année restera aussi gravé dans leur vie. Je pense bien sûr à tous les malheureux qui doivent quitter leur pays, sans savoir où aller, ni où ils vont, laissant leurs biens pour fuir la guerre. Nous leurs souhaitons une vie meilleure pour l’avenir.
Cette année passée, quelques uns nous ont quittés pour le pays des anges, on peut compter des patoisants, des personnes âgés, mais aussi des jeunes. A toutes ces familles en deuil nous leurs souhaitons bon courage pour l’avenir.
Comme chaque année, pour tous il y a eu des bons et des mauvais jours, des jours de joie pour faire oublier les misères. Alors à toutes et tous, bon courage pour l’avenir et heureuse nouvelle année 2016. Gardez en souvenir que les meilleurs moments de la vie.      
R.G. janvier 2016

Tru bin alèvâ

Ouna fèmala pâ mé tota dzouna, montè chu lou trin, ma lè vagon chon ti pyin. Pâmé ouna pyathe po ch’achetâ. Ou bè de n’a vouêrbèta, on dzouno ch’abadè è li léchè cha pyathe. La fèmala le rèmârhyè bin adrê chi dzouno bin alèvâ. Ma: l’i chondzo, Chu pâ inbarachya! Chu pâ èchtroupyâye! bin adon: chu viye! Mè chu chintu byochia . Kemin che l’avé rèchu on kou chu la titha. L’aré mi amâ ke ché min onitho. Chan la betâ dèvan la réalitâ.

Kan l’è dèchindu do trin, tota kapota, i rinkontrè ouna vejena dè mim’âdzo, è li kontè l’afére. Alin bêre kartèta, po no rèmontâ lou moral. On kou achetâye ou kabarè, i kemandon on vêro de vin. La dzouna chomyére dèmandè: do byan oubin do rodzo? La vejena li dit: lou rodzo. L’è po lè viyè. Achetou de: la dzouna chomyére arouvè avoui ouna botoye dè rodzo!… Inke no rè dèvan la réalitâ. Ou j ‘yè di dzounè no chin dza di viyè. Ma po ti, l’ou tin pâchè rido, chin rètoua. Vindrè achebin lô toua.                        R.G. novembre 2015

Trop bien élevé

Une femme pas toute jeune monte sur le train, mais les wagons sont tous pleins. Plus une place pour s’asseoir. Au bout d’un moment un jeune homme se lève et lui laisse sa place. La femme remercie bien comme il faut ce jeune bien élevé. Mais … j ‘y pense? Je ne suis pas enceinte, je ne suis pas estropiée. Bien alors …. je suis vieille! Elle s’est sentie blessée comme si elle avait reçu un coup sur la tête. Elle aurait mieux aimé que ce jeune soit moins honnête, ça l’a placé devant la réalité.

Quand elle est descendue du train, toute triste, abattue elle rencontre une voisine du même âge et lui raconte l’affaire. Allons boire un verre pour nous remonter le moral. Une fois assise à l’auberge, elles commandent un verre de vin. La jeune sommelière demande du blanc ou du rouge? La voisine lui dit: le rouge c’est pour les vieilles. Aussitôt dit: la jeune sommelière arrive avec une bouteille de rouge! … Nous voici de nouveau devant la réalité. Aux yeux des jeunes nous sommes déjà des vieilles. Mais pour tous, le temps passe vite, sans retour. Viendra aussi leur tour.

                      R.G. novembre 2015

On vajiyê

On viyo vajiyê chin va a la fêre. L’ é a grantin k’irè pâ rè jelâ. I pâchè dèvan on chtan dè viyèri, ke dyon ouna brokante. L’i avê totè chouârtè dè tsoujè ke li rapalâvan cho dzouno tin è mimamin enkora pye viyè, ke n’âvê djamé j’o yu. Relukâvè pèr inke, i verivè alintoua dè hou j’afére ke li rapèlâvan chè j’anhyan.
To don kou, i pâchè dévan on meryà, to chorèprê chè krê dè vêre on tablo do potré dè chon chènya. I fâ enkora kotyè pâ, pu to rèbuyi, chè rèvirè, ch’arithè dèvan chi meryà, bin in fathe, i rèvê chon chènya. L’è bin on tablo dè mon pére. Chan i pu pâ le léchi, le rèvêri pâ rè. I adzetè chi tablo.
Kan l’è arouvâ a la méjon, n’a pâ oujâ le mothrâ a cha féna, dè pouêre dè chè fére a brutâ por avê adzetâ ouna viye mârèri. L’è jelâ le betâ ou piti pêyo dèrê. To intrètsantâ, i alâvè chovin in katson rèvêre lou potré dè chon chènya. Cha fèna chè mèfiyâvè dè otyè, va vêre chin ke chè pachâvè.
I àrè la pouârta do pêyo, chè vê din chi meryà, chè rèvirè è di: E bin che l’è po ha viye toka, pâ mè ke vu ithre dzalàja. R.G.
 
Un garde-génisses
Un vieux garde-génisses va à la foire. Il y a longtemps qu’il n’y était pas revenu. Il passe devant un stand de vieux objets, qu’on appelle brocante. Il y avait toutes sortes de choses qui lui rappelaient sa jeunesse et même encore plus vieilles, qu’il n’avait jamais vu. Il regardait par là, il tournait autour de ces objets qui lui rappelaient ses ancêtres. Tout à coup il passe devant un miroir, tout surpris, il croit voir un tableau du portrait de son père. Il fait encore quelques pas, puis tout bouleversé, il se retourne, il s’arrête devant ce miroir, bien en face. Il revoit son père. C’est bien le tableau de mon père ça, je ne peut pas laisser, je le reverrai pas de nouveau. Il achète ce tableau. Quand il arrive à la maison, il n’a pas osé le montrer à sa femme, de peur de se faire gronder pour avoir acheté une vieille chose inutile.
Il est allé le mettre à la petite chambre derrière. Tout enchanté, il allait souvent en cachette, revoir le portrait de son père. Sa femme se méfiait de quelque chose. Elle va voir ce qui se passait. Elle ouvre la porte de la chambre, elle se voit dans ce miroir et dit: Et bien si c’est pour cette vieille toque, c’est pas moi qui veut être jalouse.           
R.G.
octobre 2015
 
Lou Kà di Yerdza
L’è j’ou fê pè lou premi prèjidin dè l’amikala di patêjan dè la Yanna, Moncheu Ferdinand Rey, dè Machounin, in mil-no-than-vouètantè-thin. L’a don trint’ an, cheti an. Irè diridji pè Moncheu Dominique Oberson, dè Méjire. Lé avê ouna karantanna dè minbro ke vinyan di j’alintoua dè Remon. Du mil-no-than-nonantè-katro, Moncheu Guy Cotting, dè Tsachounêye, l’a rèprê la badjéta po ouna tyandzanna dè j’an. Pu Madama Sophie Delaloye, dè Friboua, l’a rinpyathi po katr’an. No j’an ora on dzouno directeu, Moncheu François Jenelten, dè Medè. No l’i kouàjon to dè bon é bin dou pyéji avoui no.
Madama Huguette Clerc, dè Vuthernin-dèvan-Remon, l’è Prèjidanta dou Kà, ke kontè ora ouna trantanna dè mimbro, l’anbyanthe l’è farmo bouna. No tsantin in konchê kan no chin invitâ, oubin ke no j’organijin, on kou pèr’an achebin po d’otrè fithè, a nouthrè rinkontrè, po di mèchè din lè méjon dè rèpou, di mèchè dè mariâdzo, d’intèrèman è d’otro aniverchéro.
Che vo amâdè tsantâ, vinydè no rèdjindre, no tsantin achebin in franché. Lou patê n’è pâ on problème. Vo tsantâdè bin in latin o mohyi, in anglè è otrè linvouè. Nouthrè répétichyon chon lou delon né, ti lè tyindzè dzoua, a la châla dèje le mohyi dè Méjire. Po mé dè rinchènyèmin vo fô téléfonâ a nouthera Préjidinta, tél. 026 655 15 69 oubin 079 665 25 66.     R.G.
Le Chœur des Ecureuils
A été fait par le premier président de l’amicale des patoisants de la Glâne . Monsieur Ferdinand Rey, de Massonnens, en mil-neuf-cent-huitante-cinq, il a donc tente ans, cette année. Il était dirigé par Monsieur Dominique Oberson, de Mézières. Il avait une quarantaine de membres, qui venaient des alentours de Romont. Depuis mil-neuf-cent-nonante-quatre, Monsieur Guy Cotting, de Châtonnaye, a repris la baguette pour une quinzaine d’années. Puis Madame Sophie Delaloye, de Fribourg, l’a remplacé durant quatre ans. Nous avons maintenant un jeune directeur, Monsieur François Jenelten, de Middes. Nous lui souhaitons tout de bon et bien du plaisir avec nous.
Madame Huguette Clerc, de Vuisternens-devant-Romont, est présidente du Chœur qui compte maintenant une trentaine de membres. L’ambiance est très bonne. Nous chantons en concert quand nous sommes invités ou bien que nous en organisons une fois par année, pour d’autres fêtes, à nos rencontres, pour des messes dans les maisons de repos, des messes de mariage, d’enterrement et autres anniversaires.
Si vous aimez chanter, venez nous rejoindre. Nous chantons aussi en français. Le patois n’est pas un problème, vous chantez bien en latin à l’église, en anglais ou autres langues. Nos répétitions ont lieu le lundi soir, tous les quinze jours à la salle sous l’église de Mézières. Pour plus de renseignements, il vous faut téléphoner à notre présidente, 026 655 15 69 ou 079 665 25 66.            
R.G.
septembre 2015

Bian è nê

No puyin portâ fermo hô
No fribordzê
Le pye bi dè ti lè drapa
L’è bian è nê
Ne chuporton pâ d’ithre monété
Nothron drapo a no fribordzê
L’è bian è nê
Kan l’oura le fâ a brinâ
Défâ chè pyê
Po dre: Mè dzin n’oubiâdè pâ
Vothron dèvê
Adon lè chudâ chon pyin dè dzouyo
Kan bin l’an dou mô è ke fâ krouyo
 ouêvon ti, le drapo bian è nê
I fribourdzê
Lè to dè j’omo dèchidâ
Hou fribordzê
Chervechon chin nyon molèchtâ
E mârtson drê
Nothron bi tyinton la prou merto
Dè chè fiê chudâ chin travè perto
Po tinyi ho l’drapo bian è nê
I fribordzê
Kan le payi lè in dondyi
Lè fribordzê
Chan betâ, l’ouârdr’ è protèdyi
Hou ke fan adrê
Mon Dyu vo l’gran mêtre d’la pé, d’la dyèra
Vouêrdâdè no déchu nothra têra
Avu le bi drapo fribordzê
Le bian è nê
 
* *
Blanc et noir
Nous pouvons porter très haut
Nous fribourgeois
Le plus beau de tous les drapeaux
Il est blanc et noir
Elles ne supportent pas d’être sales
Notre drapeau à nous fribourgeois
Il est blanc et noir
Quand le vent le fait balancer
Défait ses plis
Pour dire: Mes gens n’oubliez pas
Votre devoir
Alors les soldats sont pleins de joie
Quand même ils ont du mal et qu’il fait mauvais
Ils suivent tous le drapeau blanc et noir
Aux fribourgeois
C’est tous des hommes décidés
Ces fribourgeois
Ils servent, sans personne molester
Et marchent droit
Notre beau canton a beaucoup de mérite
De ces fiers soldats, il s’en trouve partout
Pour tenir haut le drapeau blanc et noir
Aux fribourgeois
Quand le pays est en danger
Les fribourgeois
Savent mettre l’ordre et protéger
Ceux qui font comme il faut
Mon Dieu vous le grand maître de la paix, de la guerre
Gardez nous dessus notre terre
Avec le beau drapeau fribourgeois
Le blanc et noir

 RG Août 2015

La bouna choluchion
Po lè chudâ ke chon pâ mé din l’èlite, lé a du tin j’in tin ouna chenanna dè charvucho. Po na grôch’inpartya l’y è ouna chenanna dè dzouyo. Rèvêre lè j’èmi, bêre on vêro chin avi a rindre konta dè chon tin, chin tru kontâ lè fran, chin l’è otyè
L’è in moujin a to chin ke Fred do Kâro l’è modâ l’otro delon po le charvucho. Bin chur ke l’avi kanmimo do pochyin, po on payjan a la vèye di fin, lé a bin dou travavo Ché pra ke léchivè chon trin din lè man d’on bravo dyèrthon è ke cha fèna l’è ouna fèmala dè rèthèta.
Ou mitin de la chenanna, Fred l’a dèmandâ a kondji por alâ fére on toua intche-li. Po lè payjan y bayon chyâ. I arouvè a la méjon outre la vèya, chin ithre atindu, bin chur.
I intrè ou pêyo è tràvè cha fena achètâye chu le kanapè, on pou pri do dyèrthon . L’avan l’ê dè bin lou j’akordâ, chin vouityi apri le Fred. Chtiche n’a pâ fê dè gro cho, l’a fê kemin chi ke trovâvè rin dè drôlo a chin. Ma ou fon dè li, irè to rèmouâ. Le lindèman l’è rèmodâ po fourni chon tin. In arouvin ou kantenèmin, i kontè l’afére a on dè chè bon j’èmi, ke li di:
– A ta pyèthe, mè rinvouyèré le dyerthon.
– Bin chur, ma te châ kemin mè, k’on n’a tan dè mô de n’in trovâ chuto a chta chèjon.
– E bin rinvouye ta fèna…
– Ti pâ fou! è lè infan? E pu, n’a pâ fê tan dè mô dè dévejâ on bokon avui le dyèrthon; ché pâ tan chin ke mè fô fére?
Le lindèman in chè lèvin, l’avi mô dremê, Fred di a chon kamerâde:
– L’é bin rèmoujâ a to, ché chin ke vu fére, ora chu dèchidâ, dè vindre le kanapé.  
juillet 2015

La bonne solution

Pour les soldats qui ne sont plus dans l’élite, il y a de temps en temps une semaine de service. Pour la plupart c’est une semaine de joie. Revoir les amis, boire un verre, sans avoir à rendre compte de son temps, sans trop compter les francs, ça c’est quelque chose.
C’est en pensant à tout ça, que Alfred du Kâro est parti l’autre lundi pour le service. Bien sûr qu’il avait quand même du souci, pour un paysan à la veille des foins, il y a bien du travail. Je sais assez, qu’il laissait son exploitation dans les mains d’un brave domestique et que sa femme est une femme comme il faut.
Au milieu de la semaine, Alfred a demandé un congé pour aller faire un tour chez lui. Pour les paysans il donne facilement. Il arrive à la maison pendant la veillée, sans être attendu bien sûr. Il entre à la grande chambre et trouve sa femme assise sur le canapé, un peu près du domestique. Ils avaient l’air de bien s’accorder, sans regarder après Alfred. Celui-ci n’a pas fait de gros sauts. Il a fait comme celui qui trouvait rien de drôle à cela. Mais au fond de lui, il était tout remué. Le lendemain, il est reparti pour faire son temps. En arrivant au cantonnement, il raconte l’affaire à un de ses bons amis qui lui dit:
– A ta place moi je renverrais le domestique.
– Bien sûr, mais tu sais comme moi, qu’on a tant de mal d’en trouver, surtout à cette saison.
– Et bien renvoie ta femme ..
– Tu es pas fou! et les enfants? Et puis elle n’a pas fait tant de mal de parler un peu avec le domestique. Je ne sais pas tant ce qu’il me faut faire?
Le lendemain en se levant, il avait mal dormi. Alfred dit à son camarade:
– J’ais bien repensé à tout, je sais ce que je veux faire, maintenant. Je suis décidé de vendre le canapé.    RG Juillet 2015

 

Mére-Gran

Kan vo j’ iran dzounèta

Vo j’i krè è aprê avoui pou dè fran

Chin ke fayi fére por alâ de l’innan

Vo j’iran dza le chèkoua di

Pri dè vouthrè parin avoui lè j’an

Bayin dè bon kà to chin ke vo fajan

Vo j’i inkotchi vouthron gânye pan

E fê chi bri dè krin, é dè bou byan

Vo véyà yin, pye yin tyè Milan

Vo j’irâ galéja è pyèna dè bon chan

Chur dè trovâ on dzoua din l’an

Chi ke vo j’amâvè è ke vo j’âmâvan tan

Apri kotyè fûri, è kotyè boun’an

Vo j’i volu bayi vouthrè galéjè man

A on n’èpà, a vouthrè j’infan

Po lè vouèrdâ kemin a vint’an

Vo j’i felâ, brechi è préyi,

Vo j’i vouèrdâ tan dè bi chovinyi

Pintâ le grô tiyo, la dzà è lè vani,

Brodâ di j’èthêlè é di j’ékri

Vo fajê di bi j’âyon, ti lè j’an

Di triko, di metannè po la Chin Djian

Di bounè, di pyin po kamintran

Ou kurti vo j’y pyantâ di j’inyon

Mimamin, di kou, vo fajan le pan

Lè tsou tinpru, lè tsou d’outon

Lè pre-dè-têra novi po le patron

E to chin ke fô po la bénichon

Chu la loyèta ou pére-gran

Vo betâvan di botyè byan

Di gotràjè, di roujè dévan le ban

No vo rèmârhyin Mére-Gran

Chobrâdè trantchila inke dèvan

Avoui hou ke vo j’àmon tan

Auteur inconnu

Grand-mère
 
Quand vous étiez jeunette Grand-mère
Vous avez grandi et appris avec peu de francs
Ce qu’il fallait faire pour aller de l’avant
Vous étiez déjà le secours des enfants
Près de vos parents avec les années
Donnant de bon cœur, tout ce qu’il faisaient
Vous avez préparé votre gagne-pain
Et fait ce berceau de crin et de bois blanc
Vous voyiez loin, plus loin que Milan
Vous étiez jolie et pleine de bon sang
Sûr de trouver un jour dans l’an,
Celui qui vous aimait et que vous aimiez tant
Après quelques printemps, quelques nouvel an
Vous avez voulu donner vos jolies mains
A un époux, à vos enfants
Pour les garder comme à vingt ans
Vous avez filé, bercé et prié
Vous avez gardé tant de beaux souvenirs
Peint le tilleul, la forêt et les vanils
Brodé des étoiles et des écrits
Vous faisiez de beaux habits tous les ans
Des tricots, des mitaines pour la Saint-Jean
Des bonnets, des bas pour carnaval
Mèmement des fois, vous faisiez le pain
Au jardin vous avez planté des oignons
Les choux précoces, les choux d’automne
Les pommes de terre nouvelles pour le patron
Et tout ce qu’il faut pour la bénichon
Sur la galerie au grand-père
Vous mettiez des fleurs blanches
Des narcisses, des roses devant le banc
Nous vous remercions grand-mère
Restez tranquille ici devant
Restez avec ceux qui vous aiment tant
 
traduction R.G.
juin 2015
 
 
 
On konchê 
Lou dechandro ondzè do mê d’âvri, lou kà dè l’amikala di patêjan dè la Yanna «Lè Yerdza» bayivan on konchê o mohyi dè Vuthernin-dévan-Remon to frè rènovâ. Po l’okajyon, lè yannarè l’an invitâ lou kà d’omo dè la Grevire, a non «Pyéji dè tsantâ». Lou mohyi portan balébin gro irè gayâ pyin, chobrâvè pou dè pyathe badère. Lè Yerdza l’an ourâ le konchê pè on tsan orthodoxe «Tibié Paiom».
Pu ouna dodzanna dè tsan in patê è in franché. Lè gruèrin invelâ no j’an tsantâ katouârdzè pithe dé lo rèpèrtéro. Ti lè tsan di dou kà chon j’à bin grantin aplodi l’in d’an mimamin rédémandâ kotyè j’on, bènira dè rè our tsantâ lou patê dè no j’anhyan. La préjidinta dou Kà lè Yerdza a rèmarhyâ lou publiko, ti lè tsantèri è ti hou ke travayon po le Kà.
Lè dou tsan d’inthinbyo: Poi è Lè j’armayi di Kolonbètè l’an hyou in byoutâ chi bi konchê. Pu to le mondo iran invitâ à la dzoyàja vèprâ o Kabarè to prouto.        R.G. mai 2015
 Un concert 
Le samedi onze du mois d’avril, le Chœur de l’amicale des patoisants de la Glâne donnait un concert à l’église de Vuisternens-devant-Romont tout fraîchement rénovée. Pour l’occasion, les Glânois ont invité le Chœur d’homme de la Gruyère qui s’appelle «Plaisir de chanter». L’église pourtant bel et bien grande était presque pleine, il restait peu de place libre. «Les Ecureuils» ont ouvert le concert par un chant orthodoxe «Tibié Paiom», puis une douzaine de chants en patois et en français. Les Gruériens invités nous ont chanté quatorze pièces de leur répertoire. Tous les chants des deux chœur ont été bien longtemps applaudis. Ils en ont même redemandé quelques uns, heureux d’entendre chanter le patois de nos ancêtres.
La présidente du Chœur Les Yerdza a remercié le public, tous les chanteurs et tous ceux qui travaille pour le Chœur. Les deux chants d’ensemble: Poi et Les armaillis des Colombettes ont clos en beauté ce magnifique concert. Puis tout le monde était invité à la joyeuse soirée, au restaurant tout proche.     
 
             R.G. mai 2015

 

Duna lethon

Lou furi ti lè j’an no bayè ouna lethon dè pahyinthe. Du le mé dè mâ la natera, no tsanpè vê lou furi. Lè bi dzoua no fan a chondji ou botyè. I no j’inviton ou promenârdè din lè dzà ou travo ou kurti. Ma to chin lè tyè po no fére invide. Ti lè j’an lè rèbritsè no fan prindre pahyinthe. Lè bi è lè krouyo dzoua chè kontrèyon po no fére a krêre ke no chin fro dè l’evê. Lou chèla pye tso inkoradzè lè premi botyè. Lè takounè, dèje lo lèvè byan, ginyon dza lè hyotsètè di nê, k’abadon achebin la prinma kouvêrta dè nê ke chabrè. Volon ti dou ithre lè premi. To budzè tru tô, tru rido. Ma ti lè j’an, lè Chin dè yache chon prè po no rapèlâ ke chon adi inke, kemin di chudâ dè gârda po rèveri lou furi tru prêchâ dè no rèdzoyi. Ma, apri hou lethon dè pahyinthe, din on gran élan, lou furi fournè to dè gran pê avê la viktouâre.

R.G. avril 2015

Une leçon

Le printemps toutes les années nous donne une leçon de patience. Depuis le mois de mars, la nature nous pousse vers le printemps. Les beaux jours nous font penser aux bouquets fleuris. Ils nous invitent aux promenades dans les forêts, aux travaux du jardin. Mais tout ça c’est que pour nous faire envie. Toutes les années les retours de froid nous font prendre patience. Les beaux et les mauvais jours se chicanent pour nous faire croire que nous somment dehors de l’hiver. Le soleil plus chaud encourage les premières fleurs. Les tussilages (taconnets), dessous leur duvet blanc, guignent déjà les perce-neige qui lèvent aussi la fine couverture de neige qui reste. Ils veulent tous deux être les premiers. Tout bouge trop tôt, trop rapidement. Mais toutes les années les Saints de glace sont prêts pour nous rappeler, qu’ils sont toujours là, comme des soldats de garde pour retourner le printemps trop pressé de nous réjouir. Mais après ces leçons de patience, dans un grand élan, le printemps finit toujours par remporter la victoire.

R.G. avril 2015

 

To tsandzè
L’é a pâ tan grantin, la grocha partya di j’omo, di fèmalè vèkchan a la kanpanye, din lè velâdzo. Lè dzin modâvan djamé dè lo méjon, lo velâdzo, dè lo kraja, chavan pâ ti yère nè ékrire. Lè dzounè j’omo tchithâvan po le premi kou lo méjon por alâ fére l’ékoula dè rèkruva. Lè dzin iran tinyê chu piathe vêre là pê lè travo dè chèjon. La natera di kou bèniràja ma chovin krouya, chin pidji impojâvè chè lê. Lè dzin vinyan pâ viyo. Lê kondji, lè vakanthe n’ègjichtâvan pâ. Le konfouâ, la libertâ n’iran pâ konyu, lè machinè non pye. To chè fajê a bré. Lè duvè djêrè l’an rèvèyi le mondo, ma pâ chin dolà. Léchi tsêre lè viyè kothemè va pâ cholè. To l’a tsandji tru rido, vouè to l’è ingadji din chta rèbuya, ma nyon pô dre chin ke bayèrè o djuchto du j’ora in léva. L’è le momin dè chè chovinyi do tin pachâ l’é a pâ tan grantin, è pâ krêre ke la natera pô to chuportâ è in teri kotyè lethon. No chin ti rèchponchâbyo dou bin ou dou mô ke no l’i fan.                      
R.G.
mars 2015
Tout change
Il n’y a pas tant longtemps, la grande partie des hommes et des femmes vivaient à la campagne, dans les villages. Les gens ne partaient jamais de leur maison, leur village, leur vallée. Ils ne savaient pas tous lire et écrire. Les jeunes hommes quittaient pour la première fois leur maison pour aller faire leur école de recrue. Les gens étaient tenus sur place chez eux, par les travaux de saison. La nature des fois généreuse, mais souvent mauvaise, sans pitié imposait ses lois. Les gens ne venaient pas vieux. Les congés, les vacances n’existaient pas. Le confort, la liberté n’étaient pas connus, les machines non plus. Tout se faisait à bras. Les deux guerres ont réveillé le monde, mais pas sans douleurs. Laisser tomber les vieilles coutumes, ne va pas tout seul. Tout a changé trop vite. Aujourd’hui tout est engagé dans ce bouleversement, mais personne ne peut dire ce qui arrivera à l’avenir. C’est le moment de se souvenir du temps passé, il n’y a pas tant longtemps et ne pas croire que la nature peut tout supporter et en tirer quelques leçons. Nous sommes tous responsables du bien ou du mal que nous lui faisons.                                               R.G.

 

L’an novi
Lè dzoua pâchon tru rido, inke no rè o Boun-an. L’è l’okajyon dè vo dre on gran bon dzoua dè Boun-an.
Apri la fitha internachionala dè patê dè l’an pachâ, la ya dè nouthra amikala dè patêjan l’a rèprê kemin dè kothema. Lè dzoua chè chon chyèvu, ma pâ ti parê, di kou dzoyà, di kou innoya, kemin lou tin, apri lè nyolè è la pyodze lou chèlà rèvin.
Vêr no, to l’è pâ to dè gran idéalo. Ma no chin in paradi, kan on vê chin ke chè pâchè din bin di payi, yo la populachyon chuto lè j’infan inochin dêvon chufri dè la djêra è mimamin muri dè la fan. Ma no pyin rin fére po lè édji. Chê a rin dè pyorâ, dè chè fére do pochyin. La ya l’è dinche chu la têra. Adon léchin kore lè krouyo chovinyi è vouêrdin tyè lè mèyà, dinche la ya cherè pye bala por no.
Rèvinyin a nouthra amikala: Kotyè minbro no j’an tchithâ po to dè gran. Kotyè novi minbro lè jon rinpyathi. Du d’evê pachâ no j’an on novi dirèkeu po nouthron Kà-mixte, Moncheu François Jenelten. No li kouâjon to dè bon, kemin a ti no minbro po l’an novi.
Janvier 2015
Le Nouvel-an
 
Les jours passent trop vite, nous voici de nouveau au Nouvel-an. C’est l’occasion de vous dire un grand bonjour de Nouvel-an.
Après la fête internationale de patois de l’année passée, la vie de notre amicale des patoisants a repris comme de coutume. Les jours se sont suivis, mais pas tous pareils, des fois joyeux, des fois ennuyeux, comme le temps après les nuages et la pluie, le soleil revient.
Chez nous tout n’est pas toujours idéal. Mais nous sommes en paradis, quand on voit ce qui se passe, dans bien des pays ou la population, surtout les enfants innocents doivent souffrir de la guerre et même mourir de faim. Mais nous ne pouvons rien faire pour les aider. Il ne sert à rien de pleurer, de se faire du souci, la vie est comme ça sur la terre. Alors laissons tomber les mauvais souvenirs et gardons que les meilleurs, comme ça la vie sera plus belle pour nous.
Revenons à notre amicale. Quelques membres nous ont quitté pour toujours. Quelques nouveaux membres les ont remplacés. Depuis l’hiver passé, nous avons un nouveau directeur pour notre Chœur-mixte, Monsieur François Jenelten. Nous lui souhaitons tout de bon, comme à tous nos membres pour l’année nouvelle.             RG
Janvier 2015

Lè katrou tsandêlè dè l’Avan

Katrou tsandêlè bourlâvan chu la trâbya. To por on kou, l’ouna i di: A tyè mè chè-the dè portâ la lumiére, chu ch’ ta têra? Mè ke chu lou Dzouyou, ne vêyou rintyè mokontintèmin è trichetèche!
E i chè dèhyinte!
La chèkonda l’a de: Mè i chu l’amihyiâ è lou bouneu. Portyè kontinuâ a bayi ma tsalà a hô dzin ke ne konyiechon tyè la dyêra è lè travunyiè? Adon, i ch’ è achebin dèhyinte!
La trèjima l’a de: Mè i chu la pé è la douhyà dô Bon Djiu. Ma i moujou toparê, ke vô pâ la pinna d’èhyirâ ch’ti mondou ke vo pâ mé dè Li. E i chè dèhyinte!
La katrima i bourlâvè adi. Adon on infanè l’è rintrâ din la tsanbra. Ma, kan l’a yiu chin, l’a de in pyorin to trichtou. Vo j’irâ totavi katrou è ora t’i Cholèta po no éhyirâ ankora.
L’è lou momin dè fithâ la vinyiête o mondou dè nouthron Chanieu è dè no J’in rèdzoyi .
La tsandêla li a rèbrekâ: Prin on piti trotè dè bou. Prin on bokon dè fû vêr mè è va inprindre lè trè j’otrè, pachke mè, i chu l’échpèranthe!
Bounè fithè.
Polon a Charle a Fonje

 Décembre 2014

Les quatre chandelles de l’Avant

Quatre chandelles brûlaient sur la table. Tout à coup, une dit: A quoi me sert-il de porter la lumière sur cette terre? Moi qui suis la joie, je ne vois rien que mal, contentement et tristesse. Et elle c’est éteinte!
La seconde a dit: Moi je suis l’amitié et le bonheur. Pourquoi continuer à donner ma chaleur à ces gens qui ne connaissent que la guerre et les disputes? Alors elle s’est aussi éteinte!
La troisième a dit : Moi je suis la paix et la douceur du bon Dieu, Mais je pense tout de même, qu’il ne vaut pas la peine d’éclairer ce monde qui ne veut plus de Lui. Et elle s’est éteinte!
La quatrième brûlait toujours. Alors un petit enfant est entré dans la chambre. Mais quand il a vu ça, il a dit en pleurant: ça me rend tout triste, vous étiez toujours quatre et maintenant, tu es toute seule à nous éclairer encore. C’est le moment de fêter la venue au monde de notre Seigneur et de nous en réjouir. La chandelle lui a répliqué: Prend un petit morceau de bois et vas allumer les trois autres, parce que moi je suis l’espérance.
Bonnes fêtes.
Traduction RG
Décembre 2014

La rindya

Chu lè hôtè on premi manti dè nê l’a dza krouvâ lè patchi. Lè tropi l’an rupâ tota la boun’êrba. Le trin di chenayè akonpanyè lè vatsè è modzon tantyè din la pyanna, l’an léchi lè montanyè è lè tsalè dan la granta tyêja dè l’evê k’aproutsè to bounamin. Kanbin lo fô léchi lo tsalè tan amâ lè j’armayi, lè vajiyê è chuto lè fèmalè chon benéje dè rètrovâ la tsalà dè lo foyidzo è on bokon dè konfouâ. L’è diora le momin dè fithâ lè rindya. Du le Jura o Valè lè tchinton reman l’an ti omintè ouna rindya a lo kalandrê d’outon. L’è l’okajyon dè rènyâ avoui lè tradihyon po lè dzin di velè, di velâdzo è ouna redâye dè tourichte ke vinyon adi mé ti lè j’an, po fére la fitha è medji dè la hyà, de la motèta, do chèré è do fro fabrekâ dè tsotin o fu dè bou din la tsoudère do trintsâbyo di tsalè. I fan achebin kotyè provijyon è mankon pâ dè rècharâ lè lin d’amihyâ avoui le mondo payijan. L’è achebin fitha po lè j’infan kan vêyon on tropi dè tchivrè é ke pyon anyatâ lè tsevri.
To le mondo l’è dzoyà, ma lè bithè , nyon lo j’a rin démandâ. Chon-the totè d’akouâ è bènirajè dè dèfelâ botyatâye kemin di bochon dè Tsalandè. A vêre lè chenayire alâ fyêrtarnin, chinbyè ke chon totè bénirajè dè chè pavanâ dévan tan dè kouryà è dè rètrovâ lo pyathe a l’èthrâbyo po l’evê.
 
Robert Grandjean
octobre 2014

 

La désalpe

 

Sur les hauts alpages, un premier manteau de neige a déjà couvert les pâturages. Les troupeaux ont mangé toute la bonne herbe. Le bruit des sonnailles accompagne les vaches et génisses jusque dans la plaine. Elles ont laissé les montagnes et les chalets dans le grand silence de l’hiver qui approche tout doucement. Quand même il faut laisser leurs chalets tant aimés, les armaillis, les gardes génisses et surtout les femmes sont contents de retrouver la chaleur de leur foyer et un peu de confort. C’est bientôt le moment de fêter les désalpes. Du Jura au Valais, les cantons romands ont tous au moins une désalpe à leur calendrier d’automne. C’est l’occasion de renouer avec les traditions pour les gens des villes et des villages et un grand nombre de touristes qui viennent toujours plus nombreux toutes les années, pour faire la fête et manger de la crème, de la tomme, du sérac et du fromage fabriqué l’été au feu de bois dans la chaudière de la cuisine des chalets. Ils font aussi quelques provisions et ne manquent pas de resserrer les liens d’amitié avec le monde paysan. C’est aussi fête pour les enfants, quand ils voient un troupeau de chèvres et qu’ils peuvent caresser les cabris.

Tout le monde est joyeux, mais les bêtes? Personne ne leurs a rien demandé. Sont-elles toutes d’accord et contentes de défiler fleuries comme des arbres de Noël? A voir celles qui portent les sonnailles aller fièrement, il semble qu’elles sont toutes heureuses de faire les belles devant tant de curieux et de retrouver leur place à l’étable pour l’hiver.

RG.

octobre 2014

 

 

Tchin pou tsotin
 
Lè dzin krêyon k’on’a djamé jo yu on ache pou tsotin, gayâ ti lè dzoua la piodze è pâ rin tyè ouna gota, ma di djijannè dè litre, è chovin bin frê po la chajon. Djêmé, mé dè dou dzoua dè chèlà.
Ma lè pye viyo chè chovinyon dè l’an mil-no-than-chouchantè-trè. Lou tin irè le mimo tyè cheti an. To le fin lè jâ troulâ, lou rèkouâ achebin. Lè payijan n’avan ran dè machinè po fènâ. Lè chètchà in grandze n’ègjichtâvan pâ, kemin ora. Chi pou tin l’a dourâ tantyè à la bénichon dè la pyanna. No j’an keminhyi lè mèchon le trèdzè dè chaptanbre, è fournê lou chê d’octobre. No fudrè onkora dè la pahinthe che l’è parê chetin an.
I vu pâ vo dèkoradji, ma no j’an bin du fére avouê chi tin. Lou chèlà l’è to dè gran rèvinyê, è in kotyè dzoua, i takounè bin di tsoujè. Le richto dè l’ outon, le tin irè bin bi tantyè a Tolèchin. Pu in novanbre rè on mache dè piodze.   R.G.
Quel vilain été
Les gens croient, qu’on n’a jamais vu un aussi vilain été, presque tous les jours la pluie et pas seulement un peu, mais des dizaines de litres et souvent bien froid pour la saison. Jamais plus de deux jours de soleil.
Mais les plus vieux se souviennent de l’année 1963. Le temps était le même que cette année. Tout le foin a été mouillé et le regain aussi. Les paysans n’avaient pas de machines pour faner. Les séchoirs en grange n’existaient pas comme aujourd’hui. Ce vilain temps a duré jusqu’à la bénichon de la plaine. Nous avons commencé les moissons le 13 septembre et finit le 6 octobre. Il nous faudra encore de la patience si c’est la même chose cette année.
Je ne veux pas vous décourager, mais nous avons bien dû faire avec ce temps. Le soleil est toujours revenu et en quelques jours il arrange bien des choses. Le reste de l’automne était bien beau jusqu’à la Toussaint. Puis en novembre de nouveau beaucoup de pluie.      
R..G
septembre 2014

La Krê dou Grô Koujinbê

To lé hô chu le patchi
Chin djêmé tè mafiti
Yô t’èthin tè dou bré gri
Po vèyi chu le payi.
Din la vêrdyâ, din la nê
L’è du to yin k’on tè vê.
Ma; tsakon dê le chavê
Ti la krê du Koujinbê.
Lè modzè outoua dou pi
Bin drêtè, chin pi budji
To t’in rondzin lou medji
Chinbyè ke ch’invan prèyi.
Po ti hou ke chon mortê
D’avê chuportâ lou krê.
Din le mâlà, din la tsanthe
Ti chunyo d’alyanthe.
L’è po chin ke t’an drèhyi
Kotiè brâvo dou payi.
Po dre y dzin lou dèvê
Dè chotinyi le bon drê.
Ti la krê dou Koujinbê
Ke l’è drèhya din la yê
In djija d’on gran mêrthi
Ou’Chinyà po to le payi.
Norbert Brodard
Août 2014
La Croix du Gros Cousimbert
 
Tout là-haut sur le pâturage
Sans jamais te fatiguer
Où s’étendent tes deux bras gris
Pour veiller sur le pays.
Dans la verdure, dans la neige
C’est de tout loin, qu’on te voit.
Mais chacun doit le savoir
Tu es la croix du Cousimbert.
Les génisses autour du pied
Bien droite, sans même bouger
Tout en ruminant leur nourriture
Il semble qu’elles s’en vont prier.
Pour tous ceux qui sont meurtri
D’avoir supporté leur croix.
Dans le malheur, dans la chance
Tu es signe d’alliance.
C’est pour ça, qu’ils t’ont dressée
Quelques braves du pays.
Pour dire au gens leurs devoirs
De soutenir le bon droit.
Tu es la Croix du Cousimbert
Qui est dressée dans le ciel
En guise de grand merci
Au Seigneur pour tout le pays

Traduction: R.G.

Août 2014

 

Travayi la demindze

On yâdzo, lè payijan dèvechin dèmandâ la permichyon dè fènâ, mèchenâ, oubin rèkordâ la demindze. On payijan pâ tan chkrupuleu avê rèvou cha mèchon ouna demindze dè gran bi tin, on’ an dè chètsrèthe, richkâvè ran dè pyovê. N’avê bin chur ran dèmandâ a moncheu l’inkourâ.

Din chi tin, irè on gro pètchi. L’inkourâ l’a apèchu, i va le trovâ, po le dèpuchtâ: tyè moujâdè vo. Vo chédè portan ke vouè l’y-è demindze, è ke n’è pâ on dzoua a travayi. Chin n’è pâ bin bi: Le Bon Dyu l’a travayi chê dzoua è chè rèpoujâ le chatyimo. L’y-è achebin dinche ke no dêvin fére. Lou payijan l’a bin akutâ, pu li rèbrekè: Vouê, vouê d’akouâ, le ché prà, ma le Bon Dyu l’avê fournê chon travo, ma pâ mè.

Ora nyon mé dèmandè la pèrmichyon. Lè Kuré l’an promatère dè travo chin chan, è bin d’ ôtro pochyin.

Travailler le dimanche

Autrefois les paysans devaient demander la permission de faner, moissonner ou faire les regains le dimanche. Un paysan pas tant scrupuleux avait rentré, sa moisson un dimanche de grand beau temps, une année de sécheresse, il ne risquait rien de pleuvoir. Il n’avait bien sûr rien demandé à Monsieur le curé. Dans ce temps, c’était un gros péché. Le curé l’a aperçu. Il va le trouver, pour le gronder. Que pensez-vous, vous savez pourtant qu’aujourd’hui c’est dimanche et que ce n’est pas un jour à travailler, ce n’est pas bien beau. Le bon Dieu a travaillé six jours et s’est reposé le septième. C’est aussi comme ça que nous devons faire. Le paysan l’a bien écouté puis lui répond: oui, oui d’ accord je le sais assez, mais le bon Dieu avait finit son travail, mais pas moi.
Maintenant plus personne ne demande la permission. Les prêtres ont assez de travail sans ça et bien d’autres soucis.
R.G.
juillet 2014

 

Lè travo dè chèjon

La nê chè règrènya. Lou chèla l’a révèyi lè premi botyè. Lè dzà, verdêyon, diora ti lè âbro cheron vuthu dè lo roba dè tsotin. L’êrba l’a krè, vatsè è modzon chon modâ po lè dyithè, dèvan dè montâ i j’intsotenâdzo.

Din la pyanna, lè fin chon mà, l’oura è la piodze lè j’on vèchâ. Lè payjan l’an inkotyi lè machinè k’atindon le bi tin a la lodze. I akuton lè novalè do tin è vouêton le baro. Che la radio anonthè do bi tin, lou chèlà, in kotyè dzoua to l’è rèvou. A la fin di fin, lè tsan d’ouârdzo tsandzon dza dè kolà ,pâchon do vê ou dzôno ma cheron mà ou mê dè juyè dèvan lè rèkouâ.

Ou bâ lè mèchon atindon le mê d’ou. Du grantin pâ mé fôta dè lè chèyi a la fô, ramachâ à bré lè j’andin po l’èthindre o chèlâ, l’abotsalâ , portâ chu le lin, oubin betâ in molyètè. Ora lè grochè machinè fan to chi travo d’on kou ,avoui on omo cholè.

Lè rèkouâ bayivan prà dè travo kan on lè fajê to a bré, déjandanyi, rintsotâ , intètyi , dètsimâ , rèveri , amothalâ, tsèrdj i a la fortse, pinyi le tsê, pu betâ la pricha.

Ou mê dè chaptanbre fayê trére lè pre-dè têra, ch’abohyâ po lè ramachâ, lè betâ din ouna krebye, por alâ la vudyi din on cha oubin chu le tsê a panêre. A la méjon fayê lè léchi chètsi, dévan dè lè chyêdre po lè betâ à la kâva po l’evê. Du la bénichon lè premirè pomè chon marè po fére do thidre, lè betâ in bochè po fère la gota. Fô achebin rèvoudre le kurtiyâdzo è lè botyè dévan lè premirè dzalâye.

Pu vin To lè Chin, la nyola, di kou la premire nê. Fô betâ a rèthe lè vatsè è lè modzon. L’è le momin dè grapiyi chu la tètse dè fin. Fô achebin menâ le fèmê dévan ke chê dzalâ è vudji lou krà a lujé.

Kan to l’è rèvou fô chondji à inkotyi le bou din lè dzà.

R.G.

juin 2014

 

Les travaux de saison

 

La neige s’est retirée. Le soleil a réveillé les premières fleurs. Les forêts reverdissent, bientôt tous les arbres seront habillés de leur robe d’été. L’herbe a grandi, vaches et génisses sont parties pour les gites avant de monter au pâturage d’été.

Dans la plaine, les foins sont mûrs. Le vent et la pluie les ont versés. Les paysans ont préparé les machines qui attendent le beau temps à la remise. Ils écoutent les nouvelles du temps et regardent le baromètre. Si la radio annonce du beau temps, le soleil, en quelques jours tout est réduit. A la fin des foins, les champs d’orge changent déjà de couleur, ils passent du vert au jaune, mais ils seront mûrs au mois de juillet, avant les regains.

Dans la plaine les moissons attendent le mois d’août. Depuis longtemps, plus besoin de les faucher à la faux, ramasser à bras les andins, pour l’étendre au soleil, faire des javelles, porter sur le lien ou mettre en moyette. Maintenant, les grosses machines font tout ce travail d’une fois avec un homme seul.

Les regains donnaient beaucoup de travail quand on les faisait tout à bras, étendre les andains, enligner, entasser, défaire les tas, retourner, amonceler, charger à la fourche, peigner le char, puis mettre la presse

Au mois de septembre, il fallait arracher les pommes de terre, se baisser pour les ramasser, les mettre dans une corbeille, pour aller les vider dans un sac ou dessus le char à ridelle. A la maison il fallait les laisser sécher avant de les trier pour les mettre à la cave pour l’hiver. Après la bénichon, les premières pommes sont mûres pour faire du cidre, les mettre en tonneau pour faire la goutte. Il faut aussi réduire les légumes, les fleurs avant les premières gelées

Puis vient la Toussaint, le brouillard, des fois la première neige. Il faut mettre à crèche les vaches et les génisses. C’est le moment de grimper sur le tas de foin. Il faut aussi mener le fumier avant qu’il soit gelé et vider le creux à purin.

Quand tout est réduit, il faut penser à préparer le bois dans les forêts.

R.G.

Juin 2014

 

Ouna motcha

On tràvè prou minâdzo ke màrtson bin, ma n’in da achebin, pè mâlà ,proumatère ke van tot’ a rèkoulon; chè marmedzon, chè tsèrkoton, é chin kontâ ke chè rèparmon pâ dé lou j’èthrelyi onko prou chovin. Chinbyè drôlo, l’y-è onko chovin hou ke l’y-an l’ê dè lou j’amâ kemin di tzèrdzinyolè dèvan dè lou pachâ la kouàrda ou kou, ke chon lè pye prèchâ dè lou chamalyi, n’an pethou pyèkâ dè lou j’aniètâ ke chè beton a lou dèkucheri. Chin ke l’y inradzè dourè pâ grantin.
On dèvêlené, pè vè lè ondzàrè, on jandârme in fajin cha tomâye ,l’y ou to don kou on boukan, ouna chèta d’infê ,non dè non! tiè -the choche ke chè di on derè ke to vô vinyi avô, i trachè a la foudre po chavê chin ke n’in dè. In arouvin pri dou foua dè kemouna, i trâvè ouna fèmala tota inpyorachia, è on trotè pye yin, on gran bougro ke l’y avi ouna mina dè pèchièdre, tyè-the chin, tyè fotremachi-vo pèr inke, ke lou fâ le gabelou! La fèmala l’y rèpon in chegotin: l’y è le myo ke mè rôchè. Kemin rèpon l’omo a pouta yére, n’akutâdè pâ ha dzanyàja, l’y é to chinpyamin fotu ouna motcha, èthe la tôpâ chin?
Bin vouê, rèpon la fèna, ma che me n’omo mè bayè ouna ouchtâlye, è ke la mereto : chan vo règârdè pâ.

Une gifle

On trouve beaucoup de ménage qui marche bien, mais il y en a aussi par malheur, assez qui vont tout à reculons. Ils s’insultent, se chicanent, et sans compter qu’ils ne se privent pas de se battre encore assez souvent. Il semble drôle que c’est encore souvent ceux qui ont l’air de s’aimer comme des chardonnerets avant de se passer la corde au cou, qui sont les plus pressé de se chamailler. Ils n’ont pas aussitôt fini de se caresser, qu’ils se mettent à se déchirer. Ce qui enrage ne dure pas longtemps.
Un soir, vers onze heures, un gendarme, en faisant sa tournée, entend tout à coup un boucan, un bruit d’enfer, non de non: qu’est-ce que c’est, qu’il se dit! On dirait que tout va venir en bas. Il coure rapidement pour savoir ce qu’il en est. En arrivant près du four de commune, il trouve une femme toute en larmes et un peu plus loin, un grand bougre qui avait une mine de revenant. Qu’est-ce que cela? Qu’est-ce que vous perdez votre temps à rien, par là? La femme lui répond en pleurant à chaude larme. C’est le mien qui me bat. Comment répond l’homme au vilain regard, n’écoutez pas cette menteuse. Je lui ai tout simplement donné une gifle, est-ce la battre ça.
Bien oui, répond la femme, mais si mon mari me donne une correction et que je la mérite: cela ne vous regarde pas.   
R.G.
Mai 2014
Lè katro chéjon
 
Ti lè j’an, dè furi,
Din lè adzè è lè patyi,
Ch’inprin la hyà di pekoji
Po nouthron pye gran pyéji
 
Dè tsotin, che fâ bi tin,
Du la peka do dzoua, din lè chapin,
Lè j’oji tsanton, n’on ran dè pochyin
I no rèdzoyon dè gran matin
 
E kan vin l’outon,
Din lè dzon è lè bochon,
Tsantè lou rio dè lé d’amon
Chon pye bi redzingon
 
In n’evê, o mê dè fèvrê,
Pè lè dzà, o rèvê è a l’adrê,
Lè brakonié rodon din la nê
I chè katson bin a chokrê
 
Les quatre saisons
 
Toutes les années au printemps,
Dans les haies et les pâturages,
S’allume la fleur des primevères
Pour notre plus grand plaisir
 
En été s’il fait beau temps,
Depuis le lever du jour, dans les sapins,
Les oiseaux chantent, ils n’ont pas de soucis
Ils nous réjouissent de grand matin
 
Et quand vient l’automne,
Dans les joncs et les buissons,
Chante le ruisseau de là-haut
Son plus beau refrain
 
En hiver, au mois de février,
Par les forêts, au revers et à l’adroit,
Les braconniers rodent dans la neige
Ils se cachent bien à l’abri.       
RG
mars 2014

 

 

 

Majalâ

On yâdzo, ti lè minâdzo vouêrdavan oumintè on kayon. Chin n’irè pâ ran por avê dè la tsê gayâ to l’an. Alâvan a la fêre do mê d’âvri ou dè mé. Kan fajê min frê, atstâvan on ou dou piti kayon. I gouarmâvan hou kayon avoui lè richto do minâdzo, lè dèbri do kurti, di grochè kouthè, di pre dè têra di ruta, dè l’êrba, on bokon dè kourtse, to chan bayivè on bon go a la tsê. A Tolèchin le kayon pèjâvè a pou pri than kilo, pu enveron than van kilo o Bounan. Irè le momin dè majalâ.
Chin chè pachâvè a la méjon. Le boutchi arouvâvè pè vê vouèt’ara, avoui chè j’uti din cha lota. Lou patron avê tsoudâ l’ivouè, inkotchi la mê è lou trabetsè. I fayê adon chayi le kayon avoui ouna kouârda a on pi dèrê po le nyâ. On kou tchâ, le boutchi le chanyivè, ma la patrena vouèrdâvè lou chan po fére do boudin, do chantsè oubin di pilâ. Pu fayê le brire din la mê é le betâ chu lou trabetsè po le nètèyi. Kan irè bin poupro, le boutsi li ronnyivè la titha dévan dè le pindre pê lè pi dèrê, po l’i ourâ la bourdze, po chayi le boui, la pèchubya, lou fèdzo, lou kà, lè pormon, l’èchtoma, vouèrdâvan to chan. Don lou majalâre, keminhyivè lou dékopâdzo pu chobrâvè a fére lè linju, lè choucheche è lè betâ a foumâ à la bouârna. On betâvè lè tsanbètè, le pan dè bacon è lè ôtro mochi a chalâ kotyè dzoua din la tena, dèvan dè lè beta a foumâ.     
RG

Février 2014

Faire boucherie

Autrefois tous les ménages gardaient au moins un cochon. Ce n’était pas rien pour avoir de la viande presque toute l’année. Ils allaient à la foire du mois d’avril ou de mai, quand il faisait moins froid. Ils achetaient un ou deux petits cochons. Ils affourageaient ce cochon avec les restes du ménage, les déchets du jardin, des côtes de bettes, de l’herbe, des pommes de terre, des choux-raves, un peu de son, tout ça donnait un bon goût à la viande. A la Toussaint, le cochon pesait à peu près cent kilos, puis environ cent-vingt kilos au Nouvel-An. C’était le moment de faire boucherie.
Cela se passait à la maison, le boucher arrivait vers huit heures avec ses outils dans sa hotte. Le patron avait chauffé l’eau, préparé la baignoire et le «trabetsè» (table à claire-voie), il fallait alors sortir le cochon avec une corde à un pied derrière, pour l’attacher. Une fois tué, le boucher le saignait mais la patronne gardait le sang pour faire du boudin, du sang fricassé ou bien des omelettes. Puis il fallait le baigner dans une baignoire en bois, puis le mettre sur le «trabetsè» pour le nettoyer. Quand il était bien propre, le boucher lui coupait la tête avant de le pendre par les pieds de derrières pour lui ouvrir le ventre pour sortir les intestins, la vessie, le foie, le cœur, les poumons, l’estomac; il gardait tout ça. Alors le boucher commençait le découpage, puis il restait à faire les saucissons, les saucisses et les mettre à fumer à la borne. On mettait les jambons, les pans de lard et les autres morceaux à saler quelques jours dans la «tine» (grande seille en bois), avant de les mettre à fumer.                       
RG
Février 2014

 

 

Bon dzoua dè boun’an

A ti hou ke yêjon la Foye Fribordzêja, k’on di achebin «Foye dè Remon», i vo prèjinto mè veu lè mèyà po l’an novi. I chondzo chuto a vo lè j’anhyan din lè mèjon dè rèpou. Vo j’an du tchithâ vouthra méjon. L’è veré ke l’è pâ tan fachilo dè modâ du intche-chè, kan on l’i a pachâ tota cha ya, por alâ din hou méjon, kan fô léchi chè kothemè, cha méjon, chon yi, chon vêladzo, l’è pâ tan alègro.

Ma moujâdè vê on bokon a la ya di anhyan kan k’i avê rin dè foyidzo dinche. Lè viyo iran pâ vouêthâ. Hou k’iran cholè dèvechan portâ le bou, fére le fu po tsoudâ lou forni, kouêre lo rèpé. N’avan ran d’ivouè tsoda, pâ dè machinè po fére la buya. Ch’iran malâdo oubin ke l’avan fota dè otyè n’avan rin dè tèlèfone, chobrâvan di kou dutrè dzoua cholè, chin éde. Nyon vudrè rèvêre chi viyo tin. Lé vo j’ithè o tso, bin nourê, chin pochyin po lou lindèman, vo j’é mimamin fê di novi j’èmi.

Adon to dè bon po l’an ke vin dè keminhyi.

RG

Janvier 2014

 

Bonjour de nouvel-an

A tous ceux qui lisent la Feuille Fribourgeoise, qu’on dit aussi «Feuille de Romont», je vous présente mes vœux les meilleurs pour l’an nouveau. Je pense surtout à vous les anciens dans les maisons de repos. Vous avez dû quitter votre maison. C’est vrai qu’il n’est pas tant facile de partir de chez-soi quand on y a passé toute sa vie, pour aller dans ces maisons. Quand il faut laisser ses habitudes, sa maison, son lit, son village, ce n’est pas tant agréable.

Mais pensez donc un peu à la vie des anciens ; quand il n’y avait pas de foyer comme ça. Les vieux n’étaient pas gâtés. Ceux qui étaient seuls devaient porter le bois, faire le feu pour chauffer leur fourneau et cuire leur repas. Ils n’avaient pas d’eau chaude, pas de machines pour faire leur lessive. S’ils étaient malades ou s’ils avaient besoin de quelques choses, ils n’avaient pas de téléphone. Ils restaient des fois plusieurs jours seuls sans aide. Personne ne voudrait voir ce vieux temps. Là-bas, vous êtes au chaud, bien nourris, sans souci pour le lendemain. Vous avez même fait de nouveaux amis.

Alors tout de bon pour l’année qui vient de commencer.

RG

janvier 2014

 

 

La premire nê

 

No chin rètornâ a l’evê.

La nê lè rèvinyête chu les frithè, chu lè pyannè, lè routè, chu lè tê di tsalè alpithro è di méjon, chu le tê dè nouthr’ n’ékoula è dè nouthron mohyî, chu lè voua di tsemin dè fê, chu la gâre achebin.

A l’ékoula Moncheu le Réjan no j’a fè a konpôjâ ouna rèdakchyon chu chi dzoua.

No chin rè in botinè, in garôdè, in mantô, in bounè è in metannè.

Vo j’i yu lè dzà totè byantsè!

Vo j’i yu nouthrè kantonyé ke l’an dou travô in chorèpye: dèblèyi lè routè, lè trotouâre, èkovâ lè tsemin.

Le tsaha-nê l’a dû veri du-trè j’àrè chti matin.

Di kolonè dè j’oto ne puyan pâ chirkulâ kemin le volan.

Bin di perchenè chon arouvâyè in rètâ a lou travô. Di trin chon j’ou attardâ.

Di j’inbara po chèrtin ma dou pyéji po di j’ôtro.

Ha nê bayèrè kan mimo dou bouneu i j’amateu dè chki è farè le tsârmo di chtachyon dè montanyè.

Louis Esseiva

Décembre 2013

 

La première neige

Nous sommes retournés à l’hiver.

La neige est revenue sur les sommets, sur les plaines, les routes, sur les toits des chalets alpestres et des maisons, sur le toit de notre école et de notre église, sur les voies des chemins de fer, sur la gare aussi.

A l’école, Monsieur l’instituteur (le régent) nous a fait composer une rédaction sur ce jour.

Nous revoici en bottes, en guêtres, en manteau, en bonnets et en mitaines.

Vous avez vu les forêts toutes blanches!

Vous avez vu nos cantonniers qui ont du travail en surplus: déblayer les routes, les trottoirs, balayer les chemins.

Le chasse-neige a dû tourner deux à trois heures ce matin.

Des colonnes d’autos ne pouvaient pas circuler comme elles voulaient.

Bien des personnes sont arrivées en retard à leur travail. Des trains ont été attardés.

Des embarras pour certains mais du plaisir pour d’autres.

Cette neige donnera quand même du bonheur aux amateurs de ski et fera le charme des stations de montagnes.

décembre 2013

La bal’orgoyàjà

Kan chu vinyête ou mondo din chi gale piti velâdzo dè la Grevire, lè j’anhyan dejan, te ché le pye bi poupon dè l’Intyamon.

A l’ékoula, lè mouênè mè fajan pouta mina, dzalajè de mè vêre dèbredâye, chejinta è dzoyàja.

A tyindz’an lè dzounelè de l’indrê mè verivan ou toua parê tyè di j’â chu on grétê botyatâ.

A vint’an, kan alâvo danhyi, iro ouna vretâbya poupé, l’avé pâ fôta dè chounabon po atri lè grahyà, nin d’avé a chubré.

A trint’an, on bokon rèvonda dè ti lè pyéji, irè l’àrà dè mè maryâ ma di martyan n’in chobrâvè pâ mé tan. Kan lé kudji rèyi, lè mèyà iran dza prê è lè j’ôtro djuchto bon po goyachi din lè

A karant’an, mè chu rètrovâye cholèta chu la ruva dou tsemin avui la pouêre dè muri dè la pouta fan.

A thinkant’an, iro prèchke kontinta dè pâ avê on ronnèri pri dè mè, cheri j’ou djucho bouna po li fére totè chè dyindyètè. Kan vêyo di j’otrè fèmalè, i dyon ke lou j’omo chon rintyè bon po lou fére dou papè i rèproudzo.

Ora ke chu on tro pye viye, chu obdya dè rèvoudre m’orgouè, lé rinmé tyè la bije po mè bayi di dzoutè, l’oura por abadâ mè kotiyon è la pyata dou forni po rètsoudâ le richto, ma kemin di le rèvi, mârya tè, mârya tè pâ, te tin rèpintri.       Nono Purro

La belle orgueilleuse

Quand je suis née dans ce joli village de la Gruyère, les anciens disaient voici le plus beau bébé de la Haute-Gruyère.

A l’école, les sœurs me faisaient vilaine mine, jalouse de me voir débridée, agréable et joyeuse.

A quinze ans, les jeunets de l’endroit me tournaient autour, comme des abeilles sur un cerisier fleuri.

A vingt ans, quand j’allais danser, j’étais une poupée, j’avais pas besoin de parfum pour attirer les bons-amis, j’en avais assez.

A trente ans, un peu rassasiée de tous les plaisirs, c’était l’heure de me marier, mais des prétendants, ils n’en restaient plus beaucoup. Quand j’ai essayé de choisir, les meilleurs étaient déjà pris et les autres, juste bons pour pinter dans les auberges ou bien tirer la chemise à toutes les filles faciles de l’endroit.

A quarante ans, je me suis retrouvée seule sur le bord du chemin avec la peur de mourir d’envie de me marier.

A cinquante ans, j’étais presque contente de ne pas avoir un ronchonneur près de moi, j’aurais été juste bonne pour lui faire tous ses caprices. Quand je vois des autres femmes, elles disent que leurs hommes sont seulement bons pour leur faire de la purée aux reproches.

Maintenant que je suis un peu plus âgée, je suis obligée de réduire mon orgueil, j’ai plus rien que la bise pour me donner des baisers, le vent pour me lever mes jupes et la plaque du fourneau pour réchauffer le reste. Mais comme dit le proverbe : marie-toi, marie-toi pas, tu t’en repentiras.

RG novembre 2013

 

Prèyire a Nouthra Dama

 

di pouro

Vo j’ithè la Dona di pouro dè totè lè nahyon. Vo chobrâdè din chi inbyo chanktuéro a la ruva dè la dzà pri do rio ke tsantè por Vo, dzoua-r’è né vo louandze, din ouna mélodia ke fâ tan bi oure.

Vo j’ithè la Dona dè Jéju Nouthron Choveu. Vo choladjidè lè dolà dè hà ke vinyion Vo prèyi, inpyorâ vouthra bontâ.

Vinyidè ou chèkoua dè hà ke choufron dè la maladi, dè la fan dan le mondo, dè hà ke l’an do pochyin po lo famye, lo piathe dè travo, ma ke Vo fan konfyanthe è chè réfyon chu Vo.

Vo j’ithè chu le pachâdzo di pèlerin dè Chin Dzâtyè dè Compostelle, ke fan ouna débredâye pri dè Vo, po Vo dèmandâ dè l’éde. Bayidè là pro nièrga è korâdzo po afrontâ lè difikultâ dè lo pèlerinâdzo.

Kan vindrè nouthron dêri dzoua chu têra menâdè no chôpyé, avoui Vo din vouthron bi Paradi.

Bouna Dona chopyé. Dinche chi-the.

RG octobre 2013

 

Prière à Notre Dame

 

des pauvres

Vous êtes la maman des pauvres de toutes les nations. Vous habitez dans cet humble sanctuaire à l’orée de la forêt près du ruisseau qui chante pour Vous, jours et nuits, vos louanges dans une mélodie harmonieuse.

Vous êtes la mère de Jésus Notre Sauveur. Vous soulagez les douleurs de ceux qui viennent Vous prier, implorer votre bonté.

Venez au secours de ceux qui souffrent de la maladie, de la faim dans le monde, de ceux qui ont des soucis pour leur famille, leur place de travail, mais qui Vous font confiance et se fient à Vous.

Vous êtes sur le passage des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle qui font un arrêt près de Vous, pour Vous demander de l’aide. Donnez leur assez de force et de courage pour affronter les difficultés de leur pèlerinage.

Quand viendra notre dernier jour sur cette terre, menez-nous, s’il vous plaît avec Vous dans votre Paradis.

Bonne maman, s’il vous plait. Ainsi soit-il.

RG octobre 2013

 

 

 

Lou vin t’é katro è vin t’è thin do mi d’ou, la chochyètâ kantonala di patêjan fribordzê l’a betâ chu pi la fitha remanda è internachyonala di patêjan. Irè chon toua dè rèchyêdre ha fitha organijâ ti lè katr’an din oun’otra kotse. La Chavouê, Lou Piémont, la Franche Comté, Lou Jura è la Chuiche Remanda. Le dèri kou irè a Bourg-St-Maurice in Chavouê.

 

Fitha di patêjan

Le dechandro du midzoua, lè j’invela chon j’à akuyi a Espace-Gruyère a Bulo. L’an ti rèchu on kado chovinyi. Moncheu Marcel Thürler, préjidin do komité d’organijachyon lo j’a adrèhyi on méchâdzo dè binvinyête. Pu l’é a j’à la préjintachyon do pays dè Friboua, di tsan è di lekturè in patê. Du lou rêpé prê ti inthinbyo, la vêya folklorike è di patêjan l’a dourâ tantyè pè vê la mi-né avoui mujika è danthe.

La demindze, la fitha, l’a keminhyi o mohyi dè Bulo pè la mécha dè Chin-Nikolé dè Flue, tsantâ in patê pè le Kà Intrè-no dè la Charna è le Kà Lè Yerdza dè la Yanna. Ha novala mécha konpojâ, parolè è mujika pè J.-P. Rime, l’è jà fermo aprèchya pê ti lè dzin k’iran ou mohyi. L’abé Fragnière l’a fê le pridzo in patê.

Pu lou kortéje di patêjan dè perto l’è modâ du le mohyi tantyè a la pyathe dè fitha, yo l’é a j’à la partya ofichyèle è le goutâ dè bénichon. On mache dè dzin din lè ruvè tapâvan di man po aplôdi lè bindè dè patêjan Din lou dumidzoua, apri lè dichkour ofichyèle, lé a j’à la nominachyon di mantinyâre do patê. Trè minbro dè l’amikala di patêjan dè le Yanna l’an rèchu lou titre è l’inchunyo di mantinyâre dou patê: Huguette Clerc, dè Vuthèrnin, Antoine Aubry, dè Chomintchi, è Robert Grandjean, dè Remon. L’é a achebin jà lou rèjulta do konkour d’èkritura. Trè mimbro dè nouthra amicala l’an réchu on pri: Paul Girard, dè Lyifrin, Francis Bussard, dè Remon, è Robert Grandjean, dè Remon.

Chu la louye, on mache dè binda l’an inimâ to lou dumidzoua. La dzornâ chè fournête din le dzouyo é la boun’imeu. Ti lè patêjan vouêrdèron on bon chovinyi dè ha bala fitha.

Fête des patoisants

Les vingt-quatre et vingt-cinq août, la société cantonale des patoisants fribourgeois a mis sur pied la fête romande et internationale des patoisants. C’était son tour de les recevoir. Cette fête est organisée tous les quatre ans dans un autre endroit, soit la Savoie, le Piémont, la Franche-Comté, le Jura et la Suisse romande. La dernière fois, c’était à Bourg-St-Maurice, en Savoie.

Le samedi après-midi, les invités ont été accueillis à Espace-Gruyère, à Bulle. Ils ont tous reçu un cadeau souvenir. M. Marcel Thürler, président du comité d’organisation, leur a adressé un message de bienvenue. Puis il y a eu la présentation du Pays de Fribourg, des chants et des lectures en patois. Après le repas pris tous ensemble, la veillée folklorique et des patoisants a duré jusque vers minuit avec la musique et danse.

Le dimanche, la fête a commencé à l’église de Bulle par la messe de St-Nicolas de Flüe chantée en patois par le Chœur Intrè-no (Entre-nous), de la Sarine, et le Chœur Lè Yerdza (Les Ecureuils), de la Glâne. Cette nouvelle messe composée, paroles et musique par M. J.-P. Rime, a été unanimement appréciée par la foule innombrable présente à l’église. L’abbé Fragnière a prononcé le sermon en patois.

Puis le cortège des patoisants de partout est parti de l’église jusqu’à la place de fête où il y a eu la partie officielle et le dîner de bénichon. Une grande foule au bord des rues applaudissait les nombreux groupes de patoisants. Dans l’après-midi, après les discours officiels, il y a eu la nomination des mainteneurs du patois. Trois membres de l’amicale des patoisants de la Glâne ont reçu le titre et l’insigne de mainteneur du patois: Huguette Clerc, de Vuisternens, Antoine Aubry, de Sommentier, et Robert Grandjean, de Romont. Il y a aussi eu le résultat du concours littéraire. Trois membres de notre amicale ont obtenu un prix: Paul Girard, de Lieffrens, Francis Bussard, de Romont, et Robert Grandjean, de Romont. Sur scène, de nombreux groupes ont animé tout l’après-midi. La journée s’est terminée dans la joie et la bonne humeur. Tous les patoisants garderont un bon souvenir de cette belle fête.

RG septembre 2013

 

RG

 

 

On dzoua dè fin din on yâdzo

 

Du la peka do dzoua, ti lè pu do velâdzo tsantâvan lo kokoriko. Lou rèlodzo do mohyi l’âvé dza fiê thon kou chu la grocha hyotse. Ti lè payijan chè chon leva, l’è l’ara d’alâ gouernâ dè vatsè è lè tsavo. Pu fô aryâ è alâ kola, dèvan dédzonnâ avouê le tsèroton k’arouvè dza avouê le tsê d’êrba, pu achtou détsêrdji, i apyèyivè lè dou tsavo a la fôcheuje por alâ chèyi lou fin. Lè piti payijan apyèyivan tyè ouna vatse oubin on bâ. Pè vê vouèt’ara, lè j’infan lè pye grô arouvâvan avouê ouna fortse chu l’épola po dèjandanyi è la charvinta avouê le krebyon di dji j’arè pindu a chon bré. Piti rèpé bin vinyê apri duvè a trè j’arè dè travo pènâbye.

 

Kan la rojâ irè lèvi, fayè veri le fin chèyi la vèye. Pu irè l’ara dè goutâ. To le mondo iran a la méjon po chi rèpé dè midzoua. Lou patron bayivè adon a tsakon chon travô. Lè j’on amothalâvan le fin chè a la fortse oubin avouê on piti rathi. Dou j’omo ramachâvan le fin avouê la granta fortse, è on otro chu le tsê. Lè j’infan lè pye gran, è la dona rathalâvan apri le tsê. Lè j’infan pye dzouno vouèrdâvan è èmotsèyivan lè tsavô apyépi o tsê. Kan fayê avanthi le tsè, bramavan «tin tè» a chi kirè chu le tsê. Chan dourâvè tantyè a la vèprâ, kan irè rè l’àra d’alâ aryâ.

 

Le tsêroton amenavè a la méjon lè tsê dè fin bin tsêrdji, ke fayê ankora du la marinda, dètsêrdji chu le chola. Di dzoua irè dji a ondz’àrè de la né kan l’avan fournê. Iran ti mafi ma kontin. Alâvan dremi chin pochyin è pâ inchordoyi pè la chèta di machiné.

 

Ora to l’a bin tsandji, nyon pô rèvinyi in d’arê.

 

RG août 2013

Un jour de foin autrefois

Dès la pointe du jour, tous les coqs du village chantaient leur cocorico. L’horloge de l’église avait déjà frappé cinq coups sur la grosse cloche. Tous les paysans se sont levés, c’est l’heure d’aller affourager les vaches et les chevaux. Puis il faut traire et aller couler avant de déjeuner avec le charretier qui arrivait déjà avec le char d’herbe. Puis aussitôt déchargé, il attelait les deux chevaux à la faucheuse pour aller faucher le foin. Les petits paysans attelaient seulement une vache ou un bœuf. Vers huit heures, les enfants les plus grands arrivaient sur le champ avec une fourche sur l’épaule, pour désandainer, et la servante avec le petit panier des dix heures pendu à son bras, petit repas bienvenu après deux à trois heures de travail pénible.

Quand la rosée était partie, il fallait tourner le foin fauché la veille. Puis c’était l’heure d’aller dîner. Tout le monde était à la maison pour ce repas de midi. Le patron donnait alors à chacun son travail. Les uns amoncelaient le foin à la fourche ou bien avec un petit râteau. Deux hommes ramassaient le foin sec avec la grande fourche et un autre sur le char. Les enfants les plus grands et la maman râtelaient après le char. Les enfants les plus jeunes gardaient et chassaient les mouches des chevaux attelés au char. Quand il fallait avancer le char, ils criaient «tiens-toi» à celui qui était sur le char.

Cela durait jusqu’à la fin de l’après-midi quand c’était de nouveau l’heure d’aller traire. Le charretier amenait à la maison les chars de foin bien chargés qu’il fallait encore, après souper, décharger sur le soliveau. Des jours, c’était dix à onze heures du soir quand ils avaient fini. Ils étaient tous fatigués mais contents. Ils allaient dormir sans soucis et pas assourdi par le bruit des machines.

Maintenant tout a bien changé. Personne ne peut revenir en arrière.

RG Août 2013

 

On krouyo furi

 

Nyon n’a jô yu on ache krouyo furi. Atan dè pyodze, ache pou dè chélà. Apri on n’evê frê avoui on gran moua è ouna granta kuva. Mimamin lè dzin lè pye viyo n’on djamé yu chan. I pyovechê gayâ ti lè dzoua; totè lè demindze, totè lè fithè chon j’a arojâ. L’é y a omintè nyon dè dzalà.

Lè bithè ke patherâvan, troupâvan l’êrba pyinna dè têra. Vatse è modzon n’an pâ pu poyi, la nê chobrâvè mimamin tantyè i djithè, fajê frê. L’a fayu tsoudâ lè tinyèmin ti lè dzoua. Lè payjan l’an fê lè travo dè furi kan fajê kotyè ré dè chèlà, ma din la têra tru mouva. Din totè lè bachèrè, l’ivouè l’è chobrâye to dou lon do furi. Din lè dzordi, lè hyà iran kotâye, lè j’â n’an pâ pu travayi. L’é arè ran dè mà chti furi è prou chur pou dè frete chti l’outon.

Lè Chin dè yache l’an ti bin mèretâ lo rènon. Lè dzin iran grindzo è prà dè malâdo. Béniràjamin to pran fin. Lou chèlà l’è dè gran rèvinyê. Ma chti an l’a fayu on mache dè pahyinte, tantyè ou dèri dzoua do mi dè mé. Lou chèlà dè juin no j’a rèbayi do korâdzo è arandji bin di tsoujè.

Lou mê dè juin djin to.                             RG

Un mauvais printemps

 

Personne n’a eu vu un aussi mauvais printemps. Après un hiver froid avec un grand museau et une grande queue. Même les gens les plus vieux n’ont jamais vu cela. Il pleuvait presque tous les jours; tous les dimanches, toutes les fêtes ont été arrosées. Il n’y a au moins personne de jaloux.

Les bêtes qui pâturaient, piétinaient l’herbe pleine de terre. Vaches et génisses n’ont pas pu alper, la neige restait même jusqu’aux gites, il faisait froid. Il a fallu chauffer les appartements tous les jours, les paysans ont fait les travaux de printemps quand il faisait quelques rayons de soleil mais dans la terre trop humide. Dans toutes les cuvettes, l’eau est restée tout le printemps. Dans les vergers, les fleurs étaient fermées, les abeilles n’ont pas pu travailler. Il n’y aura pas de miel ce printemps et probablement peu de fruits cet automne.

Les Saints de glace ont bien mérité leur renom. Les gens étaient grincheux et plusieurs malades. Heureusement, tout prend fin. Le soleil est toujours revenu. Mais cette année, il aura fallu beaucoup de patience, jusqu’au dernier jour du mois de mai. Le soleil de juin nous a redonné du courage et a arrangé bien des choses.

Le mois de juin joint tout.                        RG

 

Lou chindolè

 

Lé konyu, lé a on pâr dè j’an

On tsemenè, piti chindê

Din la dzà, dèje lou tsahy

I ch’è fôfelâvè to dè gran

 

Kemin îrè pyéjin dè lou chouêdre !

I jigjagâvè dè tsatyè pâ

Deché, delé, chin pire ch’arèthâ

On richkâvè bin dè lé chè pêdre

 

Dôlon dè li, chè ruvè garnyè

No mothrâvan on mache dè hyà

Dé j’èrâbyou tsanpithrou, dô chyà

Totè chouàrtè dè j’èrbè hyoryè

 

On véyê dô tiyou charvâdzou

Kotiè kuchiyon, dô bourdzinti

On ch’è cheré de din lou kurti

D’on gran è retsou perchenâdzou

 

O ! Fajé bon, in pyin mé dè mé

Ch’è dzubyâ innan dè ch’ti chindolè

Gugâ a liji, tré to cholè

Elâ ! Ora i n’ègjichtè pâ mé

 

L’an to chinpyamin fé muri

Mâ mè, bin chur, djèmé ne l’àbyèri

Ch’îrè gale ! Grantin l’é moujèri

Ache bin lou tsôtin tyè lou furi.

Le petit sentier

Je l’ai connu, il y a une paire d’années

Un petit chemin, petit sentier

Dans la forêt, sous le château

Il se faufilait toujours

 

Comme il était plaisant de le suivre

Il zigzaguait de chaque coté

De ci de là, sans même s’arrêter

On risquait bien de s’y perdre

 

Le long de lui, ses rives garnies

Nous montraient de nombreuses fleurs

Des érables champêtres, du sureau

Toutes sortes d’herbes fleuries

 

On voyait du tilleul sauvage

Quelques troènes, du bois-gentil

On se serait dit dans le jardin

D’un grand et riche personnage

 

O ! Il faisait bon, en plein mois de mai

Se glisser en avant de ce petit sentier

Guigner à loisir, totalement seul

Hélas maintenant il n’existe plus

 

Ils l’ont tout simplement fait mourir

Mais moi bien sûr, jamais ne l’oublierai

S’il était joli ! Longtemps j’y penserai

Aussi bien l’été que le printemps

Traduction RG

Jeudi 6 juin 2013

La fitha di donè

L’è diora la fitha di donè. N’oubyâdè pâ dè rèmarhyâ la vouthra. Ha ke vo j’a bayi la ya, ke la vèyi dzoua è né chu vo. Li ke brinâvè voutrhon bri po vo j’indremi. L’è li ke vo j’a alèvâ, aprê a martchi, a dèvejâ, a prêyi, a travayi. Ha  k’irè inke po vo koncholâ vo chonyi, kan vo j’iran to malirà, avui di grochè lègremè, lè j’âlyon to kontchi, lè man oubin lè dzenà inchanyolâ.

Vouè chondzidè a to chin ke l’a fê, ke l’a choufê por vo. Moujâdè a li fére on piti kado, on konpyimin. Inbranchidè la chu lè duvè dzoutè, chan li faré on gran bouneu. L’é a tan dè donè malirajè chu ha têra.          RG

mai 2013

 

La fête des mères

 

C’est bientôt la fête des mères. N’oubliez pas de remercier la vôtre. Celle qui vous a donné la vie, qui a veillé jour et nuit sur vous. Elle qui balançait votre berceau pour vous endormir, C’est elle qui vous a élevé, appris à marcher, à parler, à prier, à travailler. Celle qui était là pour vous consoler, vous soigner, quand vous étiez tout malheureux, avec des grosses larmes, les habits tout sales, les mains ou les genoux ensanglantés.

 

Aujourd’hui pensez à tout ce qu’elle fait, qu’elle a souffert pour vous. Pensez à lui faire un petit cadeau, un compliment. Embrassez la sur les deux joues, ça lui fera un grand bonheur. Il y a tant de mamans malheureuses sur cette terre.

RG mai 2013

 

La piodze

 

Du To lè Chin, n’è pâ l’ivouè ke no j’a mankâ. On vê adi di lordè goyè pèr to. Ma on in avê bin fôta. Pra dè borni iran a chè, lè rèjêrvè iran ou bè. Rin chè répâyè atin tyè le tin. A chta chajon atan dè piodze ne grâvè pâ tan.

 

Chan mè rapalè l’an mil-no-than chouchantè trè, no j’a fayu la chuportâ gayâ to le tsotin è l’outon. Irè chur pâ tota bènête.

 

Lè payjan l’an robâ le fin, to troulâ, intrè lè trinne. Lou rèkouâ din lè échyèryè è lè mèchon apri la bénichon. On mache dè travô in dèpye, po dè la krouye martchandi. Po fourni lè pre dè têra l’an gayâ ti puri. Nyon n’an pu chènâ lè byâ ou mé d’oktobre kemin dè kothema.

 

On chin rapalè, kan bin on di, k’on àbyè ache rido lè mâleu, k’on ch’abituè o bouneu. On di chovin, «drôlo dè tin», ma l’è nouthra mèmouâre, ke no mankè.          RG

 

La pluie

 

Depuis la Toussaint, ce n’est pas l’eau qui nous a manquée. On voit encore des grosses gouilles partout. Mais on en avait bien besoin. Beaucoup de fontaines étaient à sec, les réserves étaient au bout. Rien ne se repaye autant que le temps. A cette saison, autant de pluie ne gêne pas beaucoup.

 

Cela me rappelle l’année mille neuf cent soixante-trois. Il nous a fallu la supporter presque tout l’été et l’automne. Elle était sûrement pas toute bénie.

 

Les paysans ont dû voler le foin, qui avait tout été mouillé, entre les traines. Le regain dans les éclaircies, et les moissons seulement après la bénichon. Beaucoup de travail en plus, pour de la mauvaise marchandise. Pour finir les pommes-de-terre ont presque toutes pourri. Personne n’a pu semer les blés au mois d’octobre, comme d’habitude.

 

On s’en rappelle, quand même on dit qu’on oublie aussi vite les malheurs, qu’on s’habitue au bonheur. On dit souvent « drôle de temps », mais c’est notre mémoire qui nous manque.          

RG mars 2013

 

 

On novi dikchenéro

 

Le vintè dou do mê dè mâ, la chochyètâ kantonala di patêjan fribordzè l’a chayi on novi dikchenèro, franché – patê è patê – franché. Po l’okajyon, l’an fê ouna fitha i Kolonbété.

 

Duvè komichyon drè trè minbro, l’an travayi, chin ithre payi, on dzoua pè chenannè, do tin chat’an, po uniformijâ è chinplifyâ l’èckitura dè la linvoua dè nouthrè j’anhyan è no j’inkoradji a la mantinyi. L’an j’à on gro travo, ma l’an bin rèuchê. No pyin lè rèmarhyâ. Nouthron prèjidin Djan-Luvi Torinbè, rèprèjintâvè la Yanna din ouna komichyon. L’è por no on anà. Ma por li ouna grocha tzèrdze, no pyin le rémarhyâ.

 

Chi dikchenéro préjintè bin. Po la kouvêrta in kola, on bi bleu hyâ, kemin le hyi apri l’orâdze oubin lè j’yè d’ouna brechala amouriàja. Lou byan dè l’otra pâ, avouê le nê dè nouthron tyinton è le titre in rodze, kola d’ouna frêya bin màra.

 

Che vo fâ invide, che vo j’an fan d’in atsetâ on, vo j’in tràvèri din tote lè Bankè Raiffeisen.

Un nouveau dictionnaire

Le vingt-deux du mois de mars, la société cantonale des patoisants fribourgeois a sorti un nouveau dictionnaire français – patois et patois – français. Pour l’occasion, ils ont fait une fête aux Colombettes.

Deux commissions de trois membres ont travaillé sans être payés, un jour par semaine pendant sept ans pour uniformiser et simplifier l’écriture de la langue de nos ancêtres et nous encourager à la maintenir. Ils ont eu un gros travail, mais ils ont bien réussi. Nous pouvons les remercier. Notre président, Jean-Louis Thorimbert, représentait la Glâne dans une commission. C’est pour nous un honneur, mais pour lui une grosse charge, nous pouvons le remercier.

Ce dictionnaire présente bien. Pour la couverture en couleurs, un beau bleu clair, comme le ciel après l’orage ou les yeux d’une jeune fille amoureuse, le blanc de l’autre côté, avec le noir de notre canton et le titre en rouge, couleur d’une fraise bien mûre.

S’il vous fait envie, si vous désirez en acheter un, vous en trouverez dans toutes les Banques Raiffeisen.        

RG avril 2013

 

Dè furi

Ou furi la vèrdya è le dzono chè kontrêyon. La vèrdya chô dè perto achetou lé premi ré do chèlà dè mâ. Ma lou mé d’avri tandzè to. Lè premi botyè dzono invayon la natera. I beton do dzouyo é dè la biotâ ou payijâdzo do furi.

Pè lè j’adrê, lè lintron chè rèvèyon pè milyon, kemin di batayon dè chudâ, ti veri kontre lou chèlà ke kemandè. Din la pyanna, lè tsan dè kolza dzalà è orgoyà, priniyon ti lè dzoua mé dè kolà po fére di gro takon dzono. I chinbyè ke lou Kréateu l’a chènâ dè l’ouâ. Kan lou chèlà ch’abadè ou déchu di vani po chètyi la rojâ, adon totè lè hyà chè mothron kemin lè damejalè a Pâtyè mothron lo novi kotiyon. Lè tsan chè léchon brechi pè l’oura do furi, po mi ateri è tsarmâ lè j’â in fithè dèvan tan d’abondanthe. Ma kemin po la ya di omo, lou tin pâchè rido, apri kotyè dzoua, lou chèlà po pâ mé mantinyi la kola ke déhyenè. Diora lou kolza l’arè léchi tsêre cha vithire d’ouâ. La bala ya dourè pâ grantin. Devan dè muri, lè lintron beton ouna roba dè chêya biantse kemin ouna brechala po chè mariâ. Ma lè nothè duron tyè on dzoua, I chufi d’on mindro chi po lè dèvithi è lè vêre montâ ou hyi kemin di andzè ke modon po lou paradi.

Chinbyè ke to l’è fotu, ke la ya di hyà chê a rin. Ma ou pye prèvon dè lo Kà on dzerno l’a fê on merâhyo, è pou t’ithre achebin déjo lou kà dè la dzouna mariaye.

Dinch va la ya.                                       

RG

 

Au printemps

Au printemps, le vert et le jaune se chicanent. Le vert sort de partout dès les premiers rayons du soleil de mars. Mais le mois d’avril change tout. Les premières fleurs jaunes envahissent la nature. Elles mettent de la joie et de la beauté au paysage de printemps.

Par les adroits, les dents-de-lion se réveillent par millions comme des bataillons de soldats, tous tournés contre le soleil qui commande. Dans la plaine, les champs de colza jaloux et orgueilleux prennent tous les jours plus de couleurs, pour faire de grandes plaques jaunes. Il semble que le Créateur a semé de l’or. Quand le soleil se lève au dessus des vanils pour sécher la rosée, alors toutes les fleurs se montrent comme les demoiselles à Pâques montrent leurs nouveaux cotillons. Les champs se laissent bercer par le vent du printemps, pour mieux attirer et charmer les abeilles en fête devant tant d’abondance. Mais comme pour la vie des hommes, le temps passe vite, après quelques jours, le soleil ne peut plus maintenir la couleur qui décline. Bientôt le colza aura laissé tomber son vêtement d’or. La belle vie ne dure pas longtemps. Avant de mourir, les dents-de-lion mettent une robe de soie blanche, comme une jeune fille pour se marier, mais les noces ne durent qu’un jour. Il suffit d’un moindre courant pour les déshabiller et voir monter au ciel, comme une légion d’anges qui part pour le paradis.

Il semble que tout est perdu, que la vie des fleurs ne sert à rien. Mais au plus profond de leur cœur, un germe a fait un miracle et peut être aussi sous le cœur de la jeune mariée.

Ainsi va la vie.                                       

RG Avril 2013

 

Bon dzoua dè boun’an

 

Patêjan dè la Yanna, inke no rè ou bè dè l’an. Hou dodzè mê l’an vanâ, chinbyè adi pye rido ti lè j’an. Kotyè j’on, no j’an tchithâ, di père-gran, mére-gran, ma di pye dzouno achebin. Permi là on pou kontâ ouna kobya dè patêjan. Chê a ran dè lègremâ, la ya l’è dinche. No fô vouerdâ lè pye bi chovinyi è veri la pâdze po rèkeminhyi chti an novi, pyin dè korâdze po chon travo. L’é arè achebin di bi è bon dzoua a totè lè chajon. Apri la piodze revin le bi tin.

Adon vo kouâjo a ti ouna boun’ annâye, pyinna dè dzouyo. Ke chti an dou mil «trèdzè» vo bayè do bouneu, pâ tru dè rébritsè è ouna bouna chindâ a ti lè j’èmi patêjan.

* *

*

Bonjour de nouvel-an

 

Patoisants de la Glâne, nous voici de nouveau au bout de l’année. Ces douze mois ont passé, il semble toujours plus vite toutes les années. Quelques uns nous ont quittés, des grands-pères, des grands-mères, mais des plus jeunes aussi. Parmi eux, on peut compter un  nombre de patoisants. Il ne sert à rien de pleurer, la vie est comme ça. Il nous faut garder les plus beaux souvenirs et tourner la page pour recommencer cette année nouvelle, plein de courage pour son travail. Il y aura aussi des beaux et bons jours à toutes les saisons. Après la pluie revient le beau temps.

Alors je vous souhaite à tous une bonne année pleine de joie. Que cette année deux-mille « treize » vous donne du bonheur, pas trop de mauvais jours et une bonne santé à tous les amis patoisants.

RG

Janvier 2013

On bi konchê

Chti an lou Kà-mixte dè Velârabou l’a invita lou Kà-mixte di patêjan dè la Yanna «Lè Yerdza» po lou konchè dè Tsalandè, le djijechate dè novenbre. Lou Kà-mixte dè Velârabou, kontè chèdzè minbro, diridji pè Moncheu Metchi Clerc, l’a ourâ lou konchê o mohyi gayâ pyin. L’an tsantâ in franché ouna djijanna dè tsan pou konyu, pu la «Préyire a Nouthra Dona do Bou», in patê. In chèkonda partya lou Kà di patêjan diridji pè Madama Sophie Delaloye, l’a keminhyi pè on novi tsan in patê: «Fontanna d’abondanthe» dè la Mècha dè Chin Nikolé dè Flue. Pu l’an tsantâ ouna djijanna dè tsan in patê è on in franché. Pe fourni lè dou Kà l’an tsantâ inthinbyo: «Le secret du ruisseau» è «Poï» in patê. Lè dou Kà chon j’à bin aplôdi, po chi farmo bi konchê. Du lou konchê, po hyour la vèya, to le mondo irè invita à la granta chala dè l’ékoula: La Fourmilière. Lè Yerdza chon j’à farmo bin réchu è chon chobrâ bin dzoyà tantchè apri la miné. Ti vouêrdèron on bon chovinyi è rèmârhyon lè organijateu dè chi tan bi konchê.

RG décembre 2012

Un beau concert

Cette année, le Chœur-mixte de Villaraboud a invité le Chœur des patoisants de la Glâne «Les Ecureuils» pour leur concert de Noël, le dix-sept novembre.

Le Chœur-mixte de Villaraboud compte seize membres dirigés par Monsieur Michel Clerc. Il a ouvert le concert à l’église bien pleine. Il a chanté en français une dizaine de chants plus ou moins connus, puis la «Prière à Notre Dame du Bois», en patois.

En seconde partie, le Chœur des patoisants, dirigé par Madame Sophie Delaloye, a commencé par un nouveau chant en patois: «Fontaine d’abondance», de la messe de saint Nicolas de Flüe. Puis il a chanté une dizaine de chants en patois et un en français.

Pour finir les deux chœurs ont chanté ensemble «Le secret du ruisseau» et «PoÏ». Les deux chœurs ont été bien applaudis pour ce très beau concert.

Après le concert, pour clore la soirée, tout le monde était invité à la grande salle de l’école : La Fourmilière. Les Yerdza ont été très bien reçu. Ils sont restés bien joyeux toute la soirée jusqu’après minuit. Tous garderont un bon souvenir et remercient les organisateurs de ce beau concert.

RG Décembre 2012

Lè pèchenê

Lè pèchenê chon di dzoi drôlo. Che lé a on kou pè mâleu, oubin pè nègledzinthe, kotyè pèchon mouà din on rio, i fan di bramaye pâ pochubyo, muri dinche inpojenâ, l’è toparê mo fê. Tyin l’è chi nègledzin ke fâ muri dinche ho pouro péchon.

Ma vô-the mi muri inpojenâ, oubin d’on bon kou chu la titha, po le pyéji do pèchenê è fourni din ouna pila. Ha poura bithe ke volê djuchto vivre cha ya, chè dzubyâ din l’ivouè d’ouna ruva a l’otra, chè katchi dèjo ouna pêra, oubin ouna rachena po chè rèpojâ. Chè méfiavè bin di j’oji pèchenê, ma pâ di j’omo.

Lè pèchenê l’an ti lè drê, i l’an payi lou permi, loyi le rio, lo j’a fayu dè la pahyinthe, to chin lo bayè le drê dè tchâ è medji lè pèchon, la konhyinthe trantchila.

Ma o momin dè tchâ chi pèchon, l’an-the pâ on bokon dè retsenia ? Pout’ithre bin, ma kemin din la natera achebin, la réjon dou pye yo, l’è totèvi la mèyà. RG

Les pêcheurs

Les pêcheurs sont des gens drôles. Si il y a une fois par malheur ou bien par négligence quelques poissons morts dans un ruisseau, ils font des cris. Pas possible, mourir comme ça empoisonné, c’est quand même mal fait. Quel est ce négligeant qui fait mourir comme ça ces pauvres poissons.

Mais vaut-il mieux mourir empoisonné ou bien d’un bon coup sur la tête, pour le plaisir d’un pêcheur et finir dans une casserole. Cette pauvre bête qui voulait juste vivre sa vie, se glisser dans l’eau d’une rive à l’autre, se cacher dessous une pierre ou une racine pour se reposer. Il se méfiait bien des oiseaux pêcheurs, mais pas des hommes.

Les pêcheurs ont tous les droits. Ils ont payé le permis, loué le ruisseau, il leur a fallu de la patience. Tout ça leur donne le droit de tuer les poissons, ont-ils pas un peu de retenue ? Peut être bien, mais comme dans la nature aussi, la raison du plus fort est toujours la meilleure.

RG

Octobre 2012

Prèyire po la Chuiche

(com) – Mon Dyu, vo ke no j’i on payi inkonparâbyo è ke tantyè che, vo l’i inparâ, bayidè adi chu li in abondanthè vouthrè Bènédikchyon: chu chè j’otoritâ, chu chè relidzyon, chu chè j’èkoulè, chon amré, cha payjanèri, chon komêrche è chè j’induchtri; chu ti chè travayà è travayàjè de la vela è di tsan. Fédè mon Dyu ke no puéchan dzoyi dè ha vertâbya pé, ke no puyin agothâ chin Vo. Ke no trovichan le bouneu è le bin din vouthrè chintè lê.

Dèlevrâdè-no dè ti lè mô, Chinyà, è vouêrdâdè-no a l’êvri dou dondji. No vo le dèmandin pê Jéju-Kri vouthron Fe è nouthron Chôveu ke l’a amâ cha têra tantyè a chè lègremè in moujin i mâlà ke puyan tsêre è fondre chu li.

Chinte dona Màri, Mére dè Dyu a koué nouthrè j’anhyan l’an bâti tan dè bi chovinyi è dè tsapalè, din nouthrè kanpanyè, chu nouthrè montanyè, in ruva di tsemin è di ryô; vo lè j’andzè, ke vèyidè chu nouthrè velè è nouthrè kanpanyè, chin è chintè dè vêr-no, vo chuto Kolin dè Flue ke vo j’i bayi tan dè bon j’ègjinpyo ou payi, prèyidè avui no è por no. Ke nouthra konduite a totè j’èpràvè, chan di j’inpârè a nouthron Payi.

Dinche chi-the. Âmen.

Prèyire aprêcha din nouthron dzouno tin d’infan è vouardâye din on viyo triko.

Louis Esseiva

Prière pour la Suisse

Mon Dieu, Vous qui nous avez donné un pays incomparable et que jusqu’ici, Vous l’avez protégé, donnez toujours sur lui en abondance vos bénédictions: sur ses autorités, sur ses religions, sur ses écoles, son armée, sa paysannerie, son commerce et ses industries; sur tous ses travailleurs et travailleuses de la ville et des champs. Faites mon Dieu que nous puissions jouir de cette véritable paix, que nous ne pouvons goûter sans Vous, que nous trouvions le bonheur et le bien dans vos saintes lois.

Délivrez-nous de tous les maux, Seigneur, et gardez-nous à l’abri du danger. Nous Vous le demandons par Jésus-Christ votre Fils et notre Sauveur qui a aimé sa terre jusqu’aux larmes en pensant aux malheurs qui peuvent tomber et fondre sur lui.

Sainte mère Marie, maman de Dieu, à qui nos ancêtres ont bâti tant de beaux souvenirs et de chapelles dans nos campagnes, sur nos montagnes, au bord des chemins et des ruisseaux, vous les anges, qui veillez sur nos villes et nos campagnes, saints et saintes de chez nous, vous surtout Nicolas de Flüe qui avez donné tant de bons exemples au pays, priez avec nous et pour nous, que notre conduite à toutes épreuves soit des protections à notre pays.

Ainsi soit’il.

Prière apprise dans notre jeune temps d’enfant et gardé dans un vieux tricot.

Traduction: RG

novembre 2012

La bénichon

A la bénichon, lyè dè kothema dè bin régalâ chè èmi è chè invelè. Le dzoua devant, pêr la méjon, to lè chin déchu dèje. Lè femalè chon bin okupâye pê l’othô. Tan dè travo, tan dè pochyin po bin rèchuêdre, è mantinyi chon renon. E pu fô dèniyâ la bochèta. N’a pâ moyin dè fére ôtramin.

Yôdena dou Rèvê, l’avi n’a filye ke kortijâvè on kavaliyé dè pêr d’avo. La Mariana irè jou chomelyére pêr lé. L’è dinche ke l’avan fi konechanthe. Tyè ke, ora falyi rèchuêdre le bi kavaliyè. Ma ou Rèvê n’avan pâ tan l’akuè. L’avan tyè on piti bin, duvè vatse, on modzon, on kayon, kotyè kounelè, è dzenilye, on bokon dè têra avui on dzordi, pu irè gayâ to.

Portan la dona Yodena voli parèthre. Falyi ke le martyan dè cha filye, ch’indalichè kontin. L’avé dza fê di krokè, di brechi, di pan d’èni, ma po fère di bunyè, la toupena dè buro irè vudya. Chè kroji la titha tota la né po chin chalyi. Lou lindèman, chin va vê cha vejena, è li fâ: «Divê Sidonie, che te mè léchè kouêre mè bunyè din ton buro, té lécho kouêre ta tsanbèta din mè tsou». Sidonie, bouna dzin, l’è j’avoua to tso d’akouà de rendre charvucho a cha poura vejena, è lé a enkora bayi on mochi dè tsanbèta. Yodena bèniraja è pâ mé in pochyin, povê bin rèchuêdre le martchan dè cha filye. Po la rèmarhyâ l’é a porta on krebilyon pyin dè cha bonbeniche. Ran dè meyà tyè di bon vejin, a nekoué on pô demanda ou bin rindre charvucho dè bon kà.

La bénichon

A la bénichon, il est de coutume de bien régaler ses amis et ses invités. Les jours avant, à la maison tout est sans-dessus-dessous. Les femmes sont bien occupées à la cuisine. Tant de travail, tant de soucis pour bien recevoir et maintenir son renom. Et puis il faut délier la bourse. Il n’y a pas moyen de faire autrement.

Claudine du Revers avait une fille qui courtisait un cavalier de par en-bas. La Marianne avait été sommelière par là-bas. C’est comme ça qu’ils avaient fait connaissance, C’est que maintenant, il fallait recevoir le beau cavalier. Mais au Revers, ils n’avaient pas tant les moyens. Ils avaient seulement un petit bien, deux vaches, une génisse, un cochon, quelques lapins et poules, un peut de terre avec un verger, puis c’était à peu près tout.

Pourtant la mère Claudine voulait paraître. Il fallait que le fiancé de sa fille s’en aille content. Elle avait déjà fait des croquets, des bricelets, des pains d’anis mais pour faire des beignets ! la toupine du beurre était vide. Elle s’est creusé la tête toute la nuit pour s’en sortir. Le lendemain, elle s’en va vers sa voisine et lui fait: «dis voire Sidonie, si tu me laisses cuire mes beignets dans ton beurre, je te laisse cuire ton jambon dans mes choux.»

Sidonie, bonne personne, a été tout de suite d’accord de rendre service à sa pauvre voisine et lui a encore donné un morceau de jambon. Claudine, heureuse et plus en soucis, pouvait bien recevoir le fiancé de sa fille. Pour la remercier, elle lui a porté une petite corbeille pleine de ses pâtisseries. Rien de meilleur que des bons voisins à qui on peut demander ou bien rendre service de bon cœur.    RG

Septembre 2012

La Nêrivuyè

Inke on rio ke chè po pâ gabâ dè chon non è dè chon chorènon. Bin chur, chu rantyè la Nèrivouè. L’ivouè nêre. Chin fô-the méfia? L’è veré ke n’in da mé d’ouna din lou payi, è mimamin dou vêladzo: La Nêrivuyè du che et Nèrivouè d’Intyamon. Pou t’ithre bin, ma mè chu la Nêrivuyè to kour.

Yo ke châvon pâ le patê, lè dzin fan lou fin moua po dre Noiraigue. Pèr inke mè dion chin konpyumin: la Nêrivuyè. E pu, fô kan mimo ithre malin po trovâ l’ivouè byantse, kemin ho d’Erbivouè ou bin néré, kemin ho dè La Nêrivuyè. Di go è di kolà, n’in fô pâ dichkutâ, chu la Nêrivuyè. No j’an ouna botoye dè ton ivouè, l’è pâ pye néré tyè ha d’la Yanna, nouthra bouna ivouè d’la Nêrivuyè. Pro chur ke l’è on gro mo veri, pou t’ithre mimamin lou dyâbyou, ke t’a batsi. Tan pi, fo tè dè chan.

Inke la ke chô di Mochè, lè marè do Krè, ke ch’inbrilyè din la Yanna, pri d’la Dzà, ke kortijè kotyè tin la Grevire, pri dè Châlè è ke no rètràvon pri do moulin dè Mouna é dans le gran bou di Biolè, intrè Ruvêre è Velâryâ. Inke la ke ch’inkotchè a dègiyi chu lè ruvè do Moulin Rodze, la brava Nêrivuyè. Ma to chan l’è po chè dèmorâ on bokon, chu chon tsemin. Fothe pâ k’ora kotyè payjan, pè le bâ do Môchon, on bokon dzalà dè chi bi rio ke fâ tan dè bin chu chon tsemin, chè betichan a li robâ chon non, ho dè La Nêrivuyè, n’a tyè a chè tyiji, la poura. Chè travè du j’ora din n’a bachère, to in bou è in kontoua, pyinna dè moulin: Afamâ dèjo Ferlin, Lè Kannè a Machounin è ti lè otro, chin kontâ lè réchè, brâva Nêrivuyè.

Poura Nêrivuyè! va-the pâ chè pèdre din la Yanna intrè Tsavanè è Tsinnin, pri don moulin. E no li pyin pâ li gravâ dè chè nèyi. Fô portan vêre lou mo ke chè bayè po fére pyéji i dzin. Por alâ a gotse, a drête, po veri chu pyathe. L’è to t’in konplimin po tsakon. Luvi do Verné

La Neirigue

Voici une rivière que ne peut se vanter de son nom et de son surnom. Bien sûre, je suis seulement la Neirigue, l’eau noire. Faut-il s’en méfier? C’est vrai il y en a plus qu’une dans le pays et même deux villages: La Neirigue d’ici et Neirivue d’Intyamon. Peut être bien, mais moi je suis la Neirigue tout court. Où ils ne savent pas le patois, les gens font la fine bouche pour dire Noiraigue. Par ici, il me disent sans compliment la Neirigue. Et puis, il faut quand même être malin pour trouver l’eau blanche, comme ceux d’Albeuve, ou bien noire comme ceux de La Neirigue. Des goûts et des couleurs, il n’en faut pas discuter, je suis la Neirigue. Nous avons une bouteille de ton eau, elle n’est pas plus noire que celle de la Glâne, notre bonne eau de la Neirigue. Sûrement que c’est un de mauvaise humeur, peut être même le diable qui t’a baptisée, tant pis, fiche toi de ça.

La voici qu’elle sort de la Mosse, les marais de Le Crêt, qu’elle s’élance dans la Glâne (district) près de La Joux, qu’elle fréquente quelques temps la Gruyère près de Sâles et que nous retrouvons près du Moulin de Mouna et dans le grand bois des Biolles entre Rueyres et Villariaz. La voici qu’elle se prépare à tomber sur les roues du Moulin Rouge, la brave Neirigue.

Mais tout ça c’est pour s’amuser un peu sur son chemin. Ne faut-il pas maintenant que quelques paysans de par le bas du Mosson un peu jaloux de ce ruisseau qui fait tant de bien sur son chemin, se mettent à lui voler son nom : ceux de La Neirigue. Elle n’a qu’à se taire, la pauvre. Elle se trouve désormais dans une ravine tout en forêt et en contours, pleine de moulins: Afamâ dessous Ferlens, Les Tanières à Massonnens, et tous les autres, sans compter les scieries. Brave Neirigue.

Pauvre Neirigue, ne va-t-elle pas se perdre dans la Glâne entre Chavannes et Chénens près d’un moulin? Et nous ne pouvons pas l’empêcher de se noyer. Il faut pourtant voir le mal qu’elle se donne pour faire plaisir aux gens, pour aller à gauche, à droite, pour tourner sur place. Elle est toute en compliments pour chacun.        LsP (traduction RG)

Juillet 2012

Athinbyâye di patêjan

Le patêjan dè la Yanna chè chon rètrovâ po l’athinbyâye dè l’amikala, la dêrire demindze do mé d’avri, o Kabarè dè Machounin a dji j’arè on kâ. Ouna thantanna dè minbro iran prèjin pè on bi dzoua, ma avui ouna groch’oura.

Djan-Luvi Torinbê, préjidan, a ourâ l’athinbyâye in chaluan lou parin dè nouthron drapo M. F. Rime, lou préjidan è on délègâ dè l’amikala do tyinton. Din chon rapouâ nouthron préjidan no j’anonthè, kotyè démichyon è chê mimbro ke no j’an tyithâ po le Gran Patchi, parmi là Mitchi Marro, préjidan d’anà, anhyan dè nouthr’amikala è préjidan kantonal. Béniràjamin non j’an vouète novi mimbro. No chin a di mé dè than-thinkanta mimbro.

La chèkretéra Madama Rose-Marie Felder no j’a lyê to in patê la rèlyuva dè la dèrire athinbyâye. Le préjidan kantonal, M. Marcel Thürler, no j’a bayi di informachyon po la fitha intrènachionala di patê, ke chrè betâ chu pi a Bulo, l’an ke vin le vint’è katro è vint’ è thin do mé d’ou. No j’a achebin dèvejâ do novi dikchemêro ke cherè prè po la fitha. I l’è ora in chouchkripchion. Madama Huguette Clerc, préjidanta do Kà «Lè Yerdza», no kontè lè j’akuyête do Kà do lon dè l’an pacha. Nouthron bochê no j’a prêjintâ lè konto ke bohyon avui on gale bénéfitho è ouna fortena un bouna chindâ.

Nouthron préjidan rèmârhyè to le mondo, chuto lè perchenè ke vinyon travayi po lè loto. Ti hà ke chè bayon la pêna dè tsèvanhyi è mantinyi nouthron bi patê.

Po hyoure l’athinbyâye, lou Kà «Lè Yerdza», diridji pè Madama Sophie Delaloye, no j’a tsantâ kotyè redzingon, devan dè pacha a trâbya po le goutâ payi pè l’amikala. Do tin do rèpé, lou prain è koyè j’otro l’an kontâ di fariboulè. La dzornâ chè fournête dan le dzoulyo, pè di tsan do Kà.        RG

Assemblée des patoisants

Les patoisants de la Glâne se sont retrouvés pour l’assemblée de l’amicale le dernier dimanche du mois d’avril au café de Massonnens, à 10 heures et quart. Une centaine de membres étaient présents par un beau jour, mais avec un gros vent.

M. Jean-Louis Thorimbert, président, a ouvert l’assemblée en saluant le parrain de notre drapeau, M. Francis Rime, le président et un délégué de l’amicale du canton. Dans son rapport, notre président nous annonce quelques démissions et six membres qui nous ont quittés pour le Paradis, parmi eux M. Michel Marro, président d’honneur, ancien président de notre amicale et président cantonal. Heureusement, nous avons huit nouveaux membres. Nous sommes toujours plus de cent cinquante membres.

La secrétaire, Mme Rose-Marie Felder, nous a lu en patois, le procès-verbal de la dernière assemblée, Le président cantonal, M. Marcel Thürler, nous a donné des informations pour la fête internationale des patois, qui sera mise sur pied à Bulle, l’année prochaine, les vingt-quatre et vingt-cinq du mois d’août. Il nous a aussi parlé du nouveau dictionnaire qui sera prêt pour la fête. Il est maintenant en souscription. Mme Huguette Clerc, président du Chœur «Lè Yerdza», nous raconte les activités du chœur durant l’année passée. Notre boursier, M. Antoine Aubry, a présenté les comptes qui bouclent avec un joli bénéfice et une fortune en bonne santé.

Notre président remercie tout le monde, surtout les personnes qui viennent travailler aux lotos, tous ceux qui se donnent la peine de promouvoir et maintenir notre beau patois. Pour clore l’assemblée, le Chœur «Lè Yerdza», dirigé par Mme Sophie Delaloye, nous a chanté quelques refrains avant de passer à table pour le diner payé par l’amicale.

Pendant le repas, le parrain et quelques autres ont raconté des sornettes. La journée s’est terminée dans la joie par des chants du chœur.

Juin 2012

On an brijevire

Lè j’Egyptiens chon j’ou lè premi a partadji l’anâye in trè-than chouchantè thin dzoua. On kalandrê chè ch’irè adon fê, chin tru dè pochyin po lè chê j’arè ke fayê betâ in dèpye! Avu lè j’an, chin l’a bayi on dèjakouâ intre le kalandrê é pu la natura di chèjon.

L’a doura tantyè karantè-chê j’an dévan J. C. L’è adon ke Jules César bayè l’ouâdre i j’achtronome d’Alexandrie dè betâ to chin adrê. L’an invanhyenâ l’an brijevire, trè-than chouchatè chê dzoua. Arouvè ti lè katr’an. Chon lè j’an k’on pou partadji lè dari nonbro in katro (2000 – 2004 – 2008 – 2012). L’è dinche k’in katr’an, lè chê j’arè chè chon tranchformâ in on dzoua. Ma po dre ou djuchto, irè chê j’arè inveron: le kalandrê dèvechê onko ithre amèlyorâ.

In mil-thin-than vouètantè dou, chi bon pape Grégoire XIII chè kroji la titha, po trovâ rèmêdo a chi pathinpo… L’a dèchidâ d’abandenâ l’an brijevire kotyè kou. Chinpyamin kan irè la darire dou chyèkle (1800 – 1900 – 2100). Lè j’ôtr’an (1600 – 2000 – 2400) k’on pou partji in katro lè dou premi nonbro, chon chobrâ. Chin trayin chè fâ trè kou, in katro chyèkle, kalandrê grégorien.

Cheti an, anâye brijevire, che vo j’ithè vinyê ou mondo on vintè-nà dè fèvrê, adon cheti an, vo j’an fére bonbanthe! Ti lè katr’an, rin dè tru. Vo kouâjo to dè bon, pu pahyintâdè tantyè a dou-mil chèdzè.

C. Chardonnens

Avril 2012

Une année bissextile

Les Egyptiens ont été les premiers à partager l’année en trois cent soixante-cinq jours. Un calendrier a été fait sans trop de soucis pour les six heures qu’il fallait mettre en plus! Avec les années, cela a donné un désaccord entre le calendrier et la nature des saisons.

Cela a duré jusque, quarante-six ans avant J.-C. C’est alors que Jules César donne l’ordre aux astronomes d’Alexandrie de mettre tout ça en ordre. Ils ont inventé l’année bissextile, trois cent soixante-six jours qui arrive tous les quatre ans. Ce sont les années dont ont peut partager les derniers nombres en quatre (2000 – 2004 – 2008 – 2012). C’est comme ça qu’en quatre ans, les six heures se sont transformées en un jour. Mais pour dire juste, c’était six heures environ: le calendrier devait encore être amélioré.

En mille cinq cent huitante-deux, ce bon pape Grégoire XIII s’est creusé la tête pour trouver un remède à ce méli-mélo… Il a décidé d’abandonner l’année bissextile quelques fois, simplement quand c’était la dernière du siècle (1800 – 1900 – 2100). Les autres années (1600 – 2000 – 2400), dont on peut partager en quatre les deux premiers nombres, sont restées. Ce remue-ménage se fait trois fois en quatre siècles, le calendrier grégorien.

Cette année, année bissextile, si vous êtes venu au monde un vingt-neuf février, alors cette année, vous avez pu faire bombance! Tous les quatre ans, rien de trop. Je vous souhaite tout de bon, puis patientez jusqu’en deux mille seize.            Traduction RG

Ma dona

Ma dona, l’è ouna dona, kemin totè lè donè, ma i l’è la maye. Nyon, nè ran ne porè la rinpyahyi. Nyon n’ègjichtèrè chu têra chin ouna dona.

Du ke chu vinyê o mondo, tâ vèlyi chu mè a pou pri dzoua è né. To piti l’avé fôta dè tè por to, mè bayi a medji, mè tinyi o poupro, mè koncholâ kan piorâvo, mè brechi po m’indremi, po mé churvèyi kan mè rèvèyivo. Te mâ âpre a medji, a dèvejâ, a tsantâ, a martyi. Vouéro dè kou, kan iro malâdo, te chobrâvè pri dè mè, abohyâ chu mon bri. To t’in pochyin por mè, te povê pâ dremi. Te m’â totèvi amâ, to dè gran d’amâ, djamé vouêthâ. Kemin tè rèmarhyâ? L’é pâ to dè gran chu tè mothrâ ma rèkonyechanthe è tota me n’amihyâ.

Te m’â âpre la vayà di tsoujè dè la ya, l’inportanthe dè la familiye. Ti por mè on ègjinpyo. Tâ chu m’inkoradji, mè fére konfianthe chin mè kovâ. T’ire avui mè din lè krouyo momin kemin din lè dzoua dè dzouyo. Ti adi le chotin dè la familye, le ré dè chèla din la méjon. Ouna dona l’è tan bouna ke mimamin le Bon Dyu in a volu ouna.

Mai 2012 RG

Ma Maman

Ma maman, c’est une maman comme toutes les mamans. Mais c’est la mienne. Personne, ni rien ne pourrait la remplacer. Sur terre, personne d’existerait sans une maman.

Depuis que je suis venu au monde, tu as veillé sur moi à peu près jour et nuit. Tout petit, j’avais besoin de toi pour tout: me donner à manger, me tenir au propre, me consoler quand je pleurais, me bercer pour m’endormir, pour me surveiller quand je me réveillais. Tu m’as appris à manger, à parler, à chanter, à marcher. Combien de fois quand j’étais malade, tu restais près de moi, penchée sur mon berceau. Tout en soucis, tu ne pouvais pas dormir. Tu m’as toujours aimé, tout le temps chéri, jamais gâté. Comment te remercier? Je n’ai pas toujours su te montrer ma reconnaissance et toute mon amitié.

Tu m’as appris la valeur des choses de la vie, l’importance de la famille. Tu es pour moi un exemple. Tu sais m’encourager, me faire confiance, sans me couver. Tu es avec moi dans les mauvais moments, comme dans les jours de joie. Tu es encore le soutien de la famille, le rayon de soleil dans la maison. Une maman, c’est tellement bon que même le Bon Dieu en a voulu une.      RG

Fèvrê

Teché rè le mi dè févrê
Avu chè j’ourè è chon frê
Nê ti lè dzoua chin dèbredâ
Din ti lè ka l’evê chè fâ
Lè dzin ch’invan tréto rèthrin
Trênon pâ chu lè tsemin
Chon vou dèvejâ on bokon
On’ è bin mi a la méjon
 
Mari a Dzojè dou tsahi
Pê bi pê pou fô la fuyi
Che vo j’i pâ fan dè chobrâ
Oun’àra dè tin a mouatâ
L’è na gajèta ke châ to
L’a on têrubyo beta fro
L’otri l’é kudji la fouryâ
Ma pê mâlà chu j’ou yètâ
 
Faji on tin a to veri bâ
No j’iran a demi dzalâ
On kou dè bije li a veri
Chon pyodzè k’ chè krèyê tinyi
Avu chon drôlo dè tsêpi
Din la chê l’è jelâ fourni
Chè kotiyon l’an abadâ
Chu j’ou prê po lè li teri bâ
 
No chin in pyin Kamintran
Avu chè fithè chon brelan
On vi pêrto di dèdjijâ
Bin vuthu è to bregolâ
A nothra Mari dou tsathi
Li mankâvè chon pou tsêpi
Li fudrè po le rètrovâ
Kontâ chu lè bi dzoua dè mâ.
André Brodard

Février

Voici le mois de février
Avec ses vents et son froid
Il neige tous les jours sans débrider (arrêter)
Dans tous les cas l’hiver se fait
Les gens s’en vont tout resserrés
Ne traînent pas sur les chemins
Si on veut parler un peu
On est bien mieux à la maison
 
Marie à Joseph du château
Par beau, par vilain (temps) il faut la fuir
Si vous n’avez pas envie de rester
Une heure de temps à parler
C’est un journal qui sait tout
Elle a une terrible aisance à parler
L’autre jour j’ai essayé de la fuir
Mais par malheur j’ai été pris
 
Il faisait un temps à tout retourner
Nous étions à demi gelés
Un coup de bise lui a retourné
Son parapluie qu’elle croyait tenir
Avec son drôle de chapeau
Dans la haie est allé finir
Ses jupons se sont levés
J’ai été pris pour les lui tirer en bas
 
Nous sommes en plein carnaval
Avec ses fêtes et son remue ménage
On voit partout des déguisés
Bien habillés et tout bariolés
A notre Marie du château
Il lui manquait son vilain chapeau
Il faudra pour le retrouver
Compter sur les beaux jours de mars.
 
Traduction RG
Féverier 2012

Lè novalè invinhyon

Hou novalè pititè machinè, ke l’an di non in anglè, k’on pô betâ din lè fatè, chon pyinè dè boton è dè chunyo. Chon por no prechke di invinhyon do dyâbio Pâ fachilo dè pèjâ chu le bon boton ou bon momin. Hou boton ke chon tan piti è a pou pri ache charâ tyè lè gran chu on épi dè gro biâ. Avui mè gro dê, i péjo chovin chu dou ou trè d’on kou, fô adon to rèkeminhyi oubin to lè éfahyi ache rido tyè che l’avé volu déhindre la lanpa do pêyo. Por no, tru dè boton, tru dè fonkchion, to chin l’è tru inbouêlâ. Portan hou invinhyon pyon chovin no fachilitâ la ya, è no fére a gânyi do tin.

Pô lè infan, chan lo va to cholè, chon prèchke vinyè ou mondo avui hou boton. Lo piti dê prin è vidzo danthon chu lè boton, kemin di j’â chu lè botyè. Chè pyéjon è àmon lo démorâ di j’arè avui hou pititè machinè novalè. I l’an achetou to konprê po dzuyi è lo dèmorâ in gatoyin lè boton.

Cheron the ache adrê tyè no po tinyi on mandze dè fortse oubin ouna remache. Charon the inpyéyi lè j’uti è lè badjè ke no fô a la méjon.  Lé in da ke konechon pâ nyi lou non. Châvon pâ chin ke l’è on martalè oubin ouna réchèta. Ma tyè voli vo a tsakon chon tin. No j’an pacha le noutho. Por là cherè otramin i dêvon fére avui la mouda d’ora, outramin i chabrèron in rètâ kemin di tâko total lo ya.

RG

Mars 2012

Les nouvelles inventions

Ces petites machines qui ont des noms en anglais, qu’on peut mettre dans les poches, pleines de boutons et de signes, sont pour nous presque des inventions du diable. Pas facile pour nous de peser sur le bon bouton au bon moment. Ces boutons qui sont tellement petits et à peu près aussi serrés que les grains sur un épi de maïs. Avec mes gros doigts, je pèse souvent sur deux ou trois d’un coup. Il faut alors recommencer, ou bien tout est effacé
aussi vite que si j’avais voulu éteindre la lampe de la chambre. Pour nous trop de boutons, trop de fonctions, tout ça c’est trop embrouillé. Pourtant ces inventions peuvent souvent nous faciliter la vie et nous faire gagner du temps.

Pour les enfants, ça leur va tout seul. Ils sont presque venus au monde avec ces boutons. Leurs petits doigts fins et vifs dansent sur les boutons, comme des abeilles sur les fleurs. Ils se plaisent et aiment jouer des heures avec ces petites machines nouvelles. Ils ont tout de suite compris pour jouer et s’amuser en chatouillant les boutons. Seront-ils aussi adroits que nous pour tenir un manche de fourche ou de balai ? Sauront-ils utiliser les outils qu’il nous faut à la maison ? Il y en a qui ne connaissent même pas leur nom, ils ne savent pas ce que c’est qu’un petit marteau ou bien une scie. Mais que voulez vous, à chacun son temps. Nous avons passé le nôtre. Pour eux, ce sera autrement. Ils doivent faire avec la mode d’aujourd’hui, autrement ils resteront en retard, comme des arriérés toute leur vie.

R

Mars 2012

Le benè

Konyidè-vo Djan Takenè
Chi ke chè dèmàrè to chol
D’amon dou bou de la Tsatêre ?
Pouro Djan, chin mè fâ bin mô
Dè vêre ke n’a rin, ma rin,
Tyè la krochèta dè chon pére.
 
Ma Djan ne chè fâ pâ dè pochyin.
Va chovin innoyo lè vejin
Ou chè katsè din na kotse.
 
Lè dèmori li fan tan pyéji,
Ma fâ pâ grantin po lè breji,
È chubiè avui dou dê din la botse.
  
Chè vouêtè chovin ou merià.
Di vouêrbè, l’è tan bénirà
Ke va in choutin chu na piôta.
 
Todoulon fro pê ti lè tin,
Outon, evê, furi tsôtin.
N’a rin ke l’ôchè fôta.
 
Di tsôthè avui di takon,
Pou d’afére kemin âyon
Ke fan a pou pri cha vithire.
N’è pâ fê po on finyolè,
Li ke l’è tyè on gringalè,
 
Chin le fâ bin a rire.
On pou le vêre kore a chô,
Ke fachè frê, ke fachè tsô.
Pê lè chindê, pê lè tsarêrè.
 
Akutè tsantâ lè j’oji.
Chin va tsôpou, l’a bin liji
Dè to ke dzoa, n’a rin a fére.
 
L’è dèchtra yô Djan Takenè.
Damâdzo ke chi k’on bene;
I pou lèvâ kemin on tsaroton.
Ma l’a bi ithre dinche yô
N’è rin dè pye tyè on tabornyô
Ke nyon ne vou po diêrthon.
 
Lè j’infan li korchon apri,
Ma n’oujon pâ tan l’aprotchi.
Che l’è j’atrapâvè, l’avan ti pouêre,
Ch’alâvè di kou chè rèveri
Takenè lè j’inpunyèrè
 
Po lou bayi a tsakon l’ou j’afére.
Lè filyè,  po le fére ingréyi,
Li dyon : tè fê no j’inbranchi.
I rijolè, fâ pâ dè manêrè;
Chè mèfiè bin on bokon,
I vouêtè che l’i a kôkon
 
Ke chè fo dè li pêr darê !

Le benê

Connaissez-vous Jean Taquenet
Celui qui s’amuse tout seul
En dessus du bois de la Chatière ?
Pauvre jean, cela me fait bien mal
De voir qu’il n’a rien, mais rien,
Que la canne de son père 
Mais Jean ne se fait pas de souci.
Il va souvent ennuyer les voisin 
Ou se cache dans un coin.
Les jouets lui font tant plaisir,
Mais ne fait pas longtemps pour les casser,
Et siffle avec deux doigts dans la bouche.
Il se regarde souvent au miroir.
Par moments, il est si bienheureux
Qu’il va en sautant sur une jambe.
Toujours dehors par tous les temps,
Automne, hiver, printemps, été.
Il n’a besoin de rien.
Des pantalons tout rapiécés,
Peu d’affaires comme habits
Qui font à peu près son complet.
Il n’est pas fait pour un fignoleur,
Lui qui n’est qu’un petit chétif,
Cela le fait bien rire.
On peut le voir courir très vite,
Qu’il fasse froid, qu’il fasse chaud,
Par les sentiers, par les chemins.
Il écoute chanter les oiseaux.
Il s’en va doucement, il a le temps
De tout le jour, il n’a rien à faire.
Il est très fort Jean Taquenet.
Dommage qu’il ne soit qu’un benêt;
Il peut lever comme un charretier.
Mais même s’il est si fort
Il n’a rien de plus qu’un dadais
Que personne ne veut comme domestique.
Les enfants lui courent après,
Mais ils n’osent pas tellement l’approcher.
S’il les attrapait, ils avaient tous peur,
S’il allait parfois se retourner
Taquenet les empoignerait
Pour leur donner à chacun leurs affaires.
Les filles, pour le chicaner,
Lui disent : ils te faut nous embrasser.
Il rigole, il ne fait pas de manières;
Il se méfie bien un peu,
Il regarde s’il y a quelqu’un
Qui se moque de lui par derrière !
Juin 2011
Marcel Déforel, Vuaden

Lè grétè

I l’è révinyê le tin di grétè. Lou mê dè juyè no rapalè gayâ ti lè j’an di chovinyi dè nouthr’infanthe, kan lè grétè chon màrè. Kan no j’iran dzouno, tyin piéji dè grapiyi chu lè gro grétè lou dèvêlené a la frètyà, po medyi hou fri chavouryà é in bayi i fiyè k’oujâvan pâ grapiyi avoui lo kotilyon. Lè dzounètè an akrotchivan i j’oroyè kemin di pindan. Ma lou tin di grétè dourè pâ grantin, chè fô dèpatchi dévan ke lè j’oji l’é j’an totè medji.

I rèvêyo mon chènya dépindre la granta étchila dè trinta étsélon tota in bou, k’irè révoucha, pyinna dè putha, à la lodze. Pu no lè infan inpahyin no l’édyivan a la porta é la drèhyi kontre lou gro grétê qu’irè dza pye viyo tyè mon chènya. Achtou in pyathe, no grapiyvan lè j’ètsèlon po medyi a pyin moua ha bala frete dzutâja è chukrâ, dè kola rodze ou bin nêré. No j’in d’avan tantyè ou j’oroyè è lè man totè nêré. Lou chènya alâvè chayi lou krato è lou bochè iin bou, po le betâ a gonhyâ dutrè dzoua tan ke tinychè l’ivouè, pu l’inpyâvè dè grétè bin màrè po dichtilâ.

La dona in fajê gayâ ti lè dzoua du kunyu, do papè, di pilâ è n’in betâvè on mache in boko po l’evê. Ora l’è bin pye fachilo avoui lè dzalère. I l’in dèpèpenâvè po fére la konfiture è vouêrdâvè lè pépin po fére di pèpeni, po rètsoudâ lè lyi in n’evê, dinche rin n’irè perdu.

Oral lè grété chon chovin mèpréjiè, lè dzin n’on pâ mè liji dè lè ramachâ, àmon mi lè adztâ din lè boutekè. L’è adon la bénichon po lè éthorni è lè korbé k’arouvon in binda kemin ouna nyola. L’an achtou to medyi. On in vê achebin inke bâ déjo lè grétê a la ruva di tsemin. Damâdze dé lèchi pêdre ha bouna frete.                        RG

Les cerises

Il est revenu le temps des cerises. Le mois de juillet nous rappelle presque chaque année, des souvenirs de notre enfance, quand les cerises sont mûres. Quand nous étions jeunes, quel plaisir de grimper sur les gros cerisiers le soir à la fraîcheur, pour manger ces fruits savoureux et en donner aux filles qui n’osaient pas grimper avec leur jupe. Les jeunettes en accrochaient aux oreilles comme des pendentifs. Mais le temps des cerises ne dure pas longtemps, il faut se dépêcher avant que les oiseaux ne les aient toutes mangées.

Je revois mon père dépendre la grande échelle de trente échelons, tout en bois, qui était réduite, pleine de poussière, à la remise. Puis nous les enfants impatients, nous lui aidions à la porter et la dresser contre le gros cerisier, qui était déjà plus âgé que mon père. Aussitôt en place, nous grimpions sur les échelons pour manger à pleine bouche ces beaux fruits juteux et sucrés, de couleur rouge ou noire. Papa allait sortir le panier à cerises et le tonneau en bois pour le mettre à gonfler quelques jours, jusqu’à ce qu’il tienne l’eau. Puis il le remplissait de cerises bien mûres pour distiller.

Maman en faisait à peu près tous les jours, du gâteau, de la compote, des omelettes et en mettait beaucoup en bocaux pour l’hiver. Maintenant, c’est bien plus facile avec les congélateurs. Elle en dénoyautait pour faire la confiture et gardait les noyaux pour faire des petits sacs remplis de noyaux pour réchauffer les lits en hiver. Ainsi rien n’était perdu.

Maintenant les cerises sont souvent méprisées. Les gens n’ont plus le temps de les cueillir. Ils aiment mieux les acheter dans les magasins. C’est alors la bénichon pour les étourneaux et les corbeaux qui arrivent en bande comme un nuage, ils ont aussitôt tout mangé. On en voit aussi par terre sous les cerisiers au bord des chemins. Dommage de laisser perdre ces bons fruits.   RG

juillet 2011

Prêyire dè l’armayi

Mon Chanyieu è mon Djiu

Kan lè j’ourè fan a kréjenâ la traléjon dè mon tsalè, i moujou a Vouthra fouàrthe, è mè hyinnou bin bâ dèvan Vo

Kan l’èludzou èbuè yuva è ke la piodze inbêrdzè lè j’âchêyiè dè mon tê, féjou lou chunyiou dè la krê.

Kan lou tenêvrou fâ dé roubatâyiè è ke l’éko lè rivouyiè d’on vani a l’ôtrou, vouêtou kontre la yê avoué lou pye gran rèchpè.

Kan, apri l’orâdzou, lè krè vêrdêyion è lè rotsachon bryion, Vo rèmârthiou, O mon Djiu, d’avé protédji dzin è bithè.

Kan vêyiou l’èrba chè réabadâ è lè hyià rèprindre lô balè è tsôdè kolà, Vo rindou grâthe ô mon Djiu.

Kan la brijon dé hyotsètè è dé chenayiè chè mèthyiè é yithâyie dé j’armayi è montè vêr Vo kemin n’a tsanthon, mon kà frebyiè dè dzouyio.

L’eye ke rèvin vê chon’âyire, lou krâtsèran ke règânyiè chon ni po nuri chè piti, i baton dé j’âlè po Vo béni, ô mon Djiu.

Lè marmôtè è lè linjê Vo rèmârthyion kan lou chèlà lè rètsàdè. Lè brantsè dé chapalè è dé tsoumyà chè brinnon hô è bâ Vo Chaluâ.

Ti Vo chon rèkonyiechin è to Vo rin grâthe, ô mon Djiu.

E mè, Vouthr’n’inbyiou chêrvetâ, Vo rèmârthyiou dè m’avé léchi rèpoyi chti an.

Vo rèmârthyiou po totè lè grâthè è lè binfê ke Vo m’akordâdè, dzoua apri dzoua ; po la tsanthe ke Vo mè bayidè, dè pové m’aprotchi, du j’an a j’an, dè Vouthron paradi, è dè tinyi in man, n’a trotse dè bale-j’èthêlè è dè chtirvâdzè.

Mon djiu, chô pyié, prindè in bouna vouêrda ma fèna è mè j’infan ke chon chobrâ din la pyanna è fédé ke lè rètrovichou, a la rindya, chan tyè nè, è ti in bouna chindâ.

Dinche ché-the

La ratoluva dè la Toua

Prière pour l’armailli

Mon Seigneur et mon Dieu,

Quand les vents font craquer la poutraison de mon chalet, je
pense à votre force, et je m’incline bien bas devant Vous.

Quand l’éclair ébloui ma vue et que la pluie éclabousse les bardeaux de mon toit, je fais le signe de la croix.

Quand le tonnerre fait des roulées et que l’écho les renvoie d’un vanil à l’autre, je regarde vers le ciel avec le plus grand respect.

Quand, après l’orage, les collines verdoient et les petits rochers brillent, je vous remercie, o mon Dieu, d’avoir protégé gens et bêtes.

Quand je vois l’herbe se relever et les fleurs reprendre leurs belles et chaudes couleurs, je vous rends grâce ô mon Dieu.

Quand le tintement des clochettes et des sonnailles se mélange aux youtsées des armaillis et monte ver Vous comme une chanson, mon cœur frémit de joie.

L’aigle qui revient vers son aire, le grand corbeau qui regagne son nid pour nourrir ses petits, ils battent des ailes pour Vous bénir, ô mon Dieu.

Les marmottes et les lézards vous remercient quand le soleil les réchauffe.

Les branches des sapins et des grands arbres dans les pâturages se balancent de haut en bas pour vous saluer, tous vous sont reconnaissants et tout vous rendent grâce ô mon Dieu.

Et moi, votre humble serviteur, je vous remercie de m’avoir laissé réalper cette année. Je vous remercie pour toutes les grâces et les bienfaits que vous m’accordez jour après jour. Pour la chance que vous me donnez de pouvoir m’approcher d’année et année de votre paradis, et de tenir en main une touffe d’édelweiss et de rhododendrons.

Mon Dieu, s’il vous plait, prenez en bonne garde ma femme et mes enfants qui sont restés dans la plaine et faites que je les retrouve, à la désalpe, sains et saufs, et tous en bonne santé.

Ainsi soit-il!                           Traduction: RG

octobre 2011

Ouna Gran-mére

Ouna vilye gran-mére portan oujâve piakâvè pâ dè travayi du lou matin tantyè a la nè. L’a vouêrdâ l’inchtin do travo dè chè j’anhyan. Ma chè duvè filyè l’an pâ ertâ chi l’inchtin. Fô dre ke l’in dan pâ fôta, Iran filyè dè payjan, ma chon ora fènè dè milionére. La vilye dzemotè in fajin chon travo, chuto po fére vèrgonye a ho duvè balè damè, k’amon mi ch

chè ruthi o chèla, tyè tinyi on mandze dè fochya.

On kou lè filyè propoujon a l’anhyanna d’alâ, po chè rèpojâ, in vakanthe aux iles Canaries. Mè in vakanthe, kan i lé a to chi travo pèr inke. Vo volê mè betâ in kâje avoui di j’oji, di kanari. Chu toparê pâ kura, di kanari! di j’oji! âmo mi mè dzenilye, fére mon kurti, lava lè ketalè. Pu avoui mon mô i rin, àmo mi alâ vê mon mêdze. I châ tan bin m’anyatâ, mè machâ yo i fô. Alâdè cholètè vè vo kanari, mè i châbro inke

Une grand-mère

Une vieille grand-mère, pourtant usée, ne cesse de travailler du matin au soir. Elle a gardé l’instinct du travail de ses ancêtres. Mais ses deux filles n’ont pas hérité cet instinct. Il faut dire qu’elles n’en ont pas besoin. Elles étaient filles de paysans, mais elles sont maintenant femmes de millionnaires. La vieille gémit en faisant son travail, surtout pour faire honte à ces deux belles dames qui aiment mieux se rôtir au soleil que tenir un manche de pioche.

Une fois, les filles proposent à l’ancienne d’aller, pour se reposer, en vacances aux îles Canaries. Moi ! En vacances quand il y a tout ce travail par ici ! Vous voulez me mettre en cage avec des oiseaux! des canaris! Je ne suis quand même pas folle, des canaris ! des oiseaux! J’aime mieux mes poules, faire mon jardin, laver la vaisselle. Puis, avec mon mal de dos, j’aime mieux aller chez mon médecin, il sait tellement bien me caresser, me masser où il faut. Allez seules vers vos canaris, mois je reste ici.           RG

Novembre 2011

Chin Nikolé

Le bon Chin Nikolé va pèrto din le mondo
Chon pour ’âno mafi, trebrotè din cha bârba
Din chon patê di: kemin fâ frê chu têra
Rintrin vuto lé-hô, to pri dou bon Chin Piéro.
 
Pachin pri don tsahyi, in ‘amon don vêladzo,
Le Chin prin di vêrdzètè, lè j’infan chon pâ châdzo.
L’âno achtou rèprin, in cha linvoua dè bithe,
Elâ mé on’in prin, krêyo ke mé n’in chàbrè.
 
Lé, to pri din on tsan, l’é a ouna méjenèta
Yô chàbrè on’infan, ke fâ bin cha préyire
Kan mimo l’è kota, i intrè bounamin,
Din lè chorkè in bou, l’i betè pa prà dè tsoujè.
 
Kan l’è modâ dou hyi, la granta Marièta
In rijolin li di: pachâdè vê la Yanna,
Ache prèchin le pâ, dé chi ke le chotin
Le bon Chin Nikolé, fâ di infan kontin.
 
Saint Nicolas
 
Le bon Saint Nicolas va partout dans le monde
Son pauvre âne fatigué, baraguine dans sa barbe,
Dans son patois, il se dit: comme il fait froid sur terre
Rentrons vite là-haut, tout près du bon Saint Pierre.
 
Passant près d’un château, d’en haut d’un village
Le Saint prend des petites verges, les enfants sont pas sages
L’âne aussitôt reprend dans sa langue de bête,
Hélas plus on en prend, je crois que plus il en reste.
 
Là-bas, tout près dans un champ, il y a une maisonnette
Où habite un enfant qui fait bien sa prière
Quand même c’est fermé, il entre doucement
Dans les socques en bois, il met beaucoup de choses.
 
Quand il est parti du ciel, la grande Mariette
En riant lui dit: passez vers la Glâne
Aussi pressons le pas, de celui qui le soutient
Le bon Saint Nicolas, fait des enfants contents.
Traduction RG
Décembre 2011

Lè grétè

I l’è révinyê le tin di grétè. Lou mê dè juyè no rapalè gayâ ti lè j’an di chovinyi dè nouthr’infanthe, kan lè grétè chon màrè. Kan no j’iran dzouno, tyin piéji dè grapiyi chu lè gro grétè lou dèvêlené a la frètyà, po medyi hou fri chavouryà é in bayi i fiyè k’oujâvan pâ grapiyi avoui lo kotilyon. Lè dzounètè an akrotchivan i j’oroyè kemin di pindan. Ma lou tin di grétè dourè pâ grantin, chè fô dèpatchi dévan ke lè j’oji l’é j’an totè medji.

I rèvêyo mon chènya dépindre la granta étchila dè trinta étsélon tota in bou, k’irè révoucha, pyinna dè putha, à la lodze. Pu no lè infan inpahyin no l’édyivan a la porta é la drèhyi kontre lou gro grétê qu’irè dza pye viyo tyè mon chènya. Achtou in pyathe, no grapiyvan lè j’ètsèlon po medyi a pyin moua ha bala frete dzutâja è chukrâ, dè kola rodze ou bin nêré. No j’in d’avan tantyè ou j’oroyè è lè man totè nêré. Lou chènya alâvè chayi lou krato è lou bochè iin bou, po le betâ a gonhyâ dutrè dzoua tan ke tinychè l’ivouè, pu l’inpyâvè dè grétè bin màrè po dichtilâ.

La dona in fajê gayâ ti lè dzoua du kunyu, do papè, di pilâ è n’in betâvè on mache in boko po l’evê. Ora l’è bin pye fachilo avoui lè dzalère. I l’in dèpèpenâvè po fére la konfiture è vouêrdâvè lè pépin po fére di pèpeni, po rètsoudâ lè lyi in n’evê, dinche rin n’irè perdu.

Oral lè grété chon chovin mèpréjiè, lè dzin n’on pâ mè liji dè lè ramachâ, àmon mi lè adztâ din lè boutekè. L’è adon la bénichon po lè éthorni è lè korbé k’arouvon in binda kemin ouna nyola. L’an achtou to medyi. On in vê achebin inke bâ déjo lè grétê a la ruva di tsemin. Damâdze dé lèchi pêdre ha bouna frete.              RG

juillet 2011

Les cerises

Il est revenu le temps des cerises. Le mois de juillet nous rappelle presque chaque année, des souvenirs de notre enfance, quand les cerises sont mûres. Quand nous étions jeunes, quel plaisir de grimper sur les gros cerisiers le soir à la fraîcheur, pour manger ces fruits savoureux et en donner aux filles qui n’osaient pas grimper avec leur jupe. Les jeunettes en accrochaient aux oreilles comme des pendentifs. Mais le temps des cerises ne dure pas longtemps, il faut se dépêcher avant que les oiseaux ne les aient toutes mangées.

Je revois mon père dépendre la grande échelle de trente échelons, tout en bois, qui était réduite, pleine de poussière, à la remise. Puis nous les enfants impatients, nous lui aidions à la porter et la dresser contre le gros cerisier, qui était déjà plus âgé que mon père. Aussitôt en place, nous grimpions sur les échelons pour manger à pleine bouche ces beaux fruits juteux et sucrés, de couleur rouge ou noire. Papa allait sortir le panier à cerises et le tonneau en bois pour le mettre à gonfler quelques jours, jusqu’à ce qu’il tienne l’eau. Puis il le remplissait de cerises bien mûres pour distiller.

Maman en faisait à peu près tous les jours, du gâteau, de la compote, des omelettes et en mettait beaucoup en bocaux pour l’hiver. Maintenant, c’est bien plus facile avec les congélateurs. Elle en dénoyautait pour faire la confiture et gardait les noyaux pour faire des petits sacs remplis de noyaux pour réchauffer les lits en hiver. Ainsi rien n’était perdu.

Maintenant les cerises sont souvent méprisées. Les gens n’ont plus le temps de les cueillir. Ils aiment mieux les acheter dans les magasins. C’est alors la bénichon pour les étourneaux et les corbeaux qui arrivent en bande comme un nuage, ils ont aussitôt tout mangé. On en voit aussi par terre sous les cerisiers au bord des chemins. Dommage de laisser perdre ces bons fruits.

RG juillet 2011

Omâdzo a Metchi Marro

dè Velârinbou

In chti bi dzoua dè tsôtin, ma bin trichto po lè patêjan dè la Yanna è dou tyinton dè Friboua, le demikro, chê dè juyè 2011, lè dêri j’oneu chon j’ou rindu a Metchi din le mohyi dè Velârinbou. Le dechando, dou dè juyè 2011, la krouye novala chè rèpindya, Metchi n’irè pâ mé dè chti mondo, irè modâ ou payi di j’èthêlè.

O bin chur, no chavan ke le mô l’avé rèprê è ke maliràjamin la partya irè gayâ pèrdya, môgrâ to le korâdzo è la fouârthe dè karaktéro dè nouthron n’èmi Metchi. Djèmé ne chè pyinyê dè chon chô. Totèvi, no dejê in rijolin, to va bin, ne vu pâ mè léchi fére, ne m’aron pâ.

Ma a l’inpochubyo nyon l’i è tinyê. Vouè, Metchi l’è dèlevrâ di choufranthè ke l’i a fayu chuportâ cht’ou dêri j’an. Lè patêjan dè la Yanna «Lè Yêrdza» chon in dyu. No pyàrin on n’èmi,on patêjan pachenâ dè la linvoua dou patê,in le dèvejan, le tsantan, è chuto in chè dèvouin chin kontâ po la tsèvanthe dè chi bi lingâdzo.

Metchi l’a prèjidâ l’Amikala di patêjan dè la Yanna «Lè Yêrdza» dè 1992 a 2001.

L’a prèjidâ è tsantâ ô Kà mikchte di tsantêryô patêjan dè la Yanna bin kotyè j’an.

In 1995, irè prèjidin dou komité d’organijachyon dè la fitha kantonal di patêjan fribordzê ke chè pachâye din la Yanna, a Dronyin pri dè Remon.

In 1997, l’a prèjidâ è organijâ la fitha dè la bènèdikchyon dou novi drapô di patêjan dè la Yanna.

Bin kotyè j’an, Metchi l’a fê partya dou komité kantonal dè la chochyètâ di patêjan fribordzê.

N’in dirè le viche-prèjidin è mimamin prèjidin dou j’an dè tin.

Du 2007, l’a prèjidâ la komichyon dè rèdakchyon dou novi dikchenéro dou patê fribordzê.

A la fitha intèrèjional di patêjan ke chirè pachâye a St.-Christophe, din lou Val d’Aoste in 1997, Metchi l’avé rèchu lou titre dè: Mantinyâre dou Patê, è bin chur l’è j’ou dèkorâ dè la «Bal’èthêla» è agrafâye chu chon bredzon, n’in dirè fyê a dyuchto titro.

In 2009, a la tenâbya dè l’amikala di patêjan dè la Yanna, no j’an jou le bouneu dè nomâ Metchi, Prèjidan d’Anà dè nouthra chochyètâ po to chon dèvouèmin.

Vouè no moujin achebin a Yôdena ch’n’èpàja, è a tota cha famiye.

No lou prèjintin tota n’outhr’amihyâye.

Metchi tâ bin chèrvi la kouja dou patê è no tè dyin «MARTHI».

Metchi du lé hô, avu ti lè patêjan ke te rètràvè, chuto n’àbya pâ «Lè Bènèdiktin» ke l’an onkora fôta d’ithre èhyiri po fourni chi novi dikchenéro.

Metchi rèpouja in pé. No tè dyin «ADYU».

Dyan-Luvi Torinbê

Prèjidin di Patêjan dè la Yanna

«Lè Yêrdza» è chon komité

Hommage à Michel Marro

de Villarimboud

En ce beau jour d’été, mais bien triste pour les patoisants de la Glâne et du canton de Fribourg, le mercredi 6 juillet 2011, les derniers honneurs ont été rendus à Michel en l’église de Villarimboud. Le samedi 2 juillet 2011 la triste nouvelle s’est répandue, Michel n’était plus de ce monde, il était parti au pays des étoiles. Bien sur, nous savions que la maladie l’avait rattrapé et que malheureusement la partie était pratiquement perdue, malgré le courage et la ténacité dont notre ami Michel avait fait preuve tout au long de sa longue épreuve. Jamais il ne se plaignait de son sort, il nous disait toujours en rigolant, je ne vais pas me laisser faire, tout va très bien. Mais à l’impossible nul n’est tenu. Aujourd’hui Michel est délivré de ses souffrances endurées durant ces dernières années.

Les patoisants de la Glâne «Lè Yêrdza» sont en deuil. Nous pleurons un Ami, un patoisant passionné par la langue du patois, le parlant, le chantant, et surtout en se dévouant sans compter au sein de diverses sociétés et comités. Michel a présidé l’Amicale des patoisants de la Glâne «Lè Yêrdza» de 1992 à 2001.

Il a présidé et chanté au chœur mixte des patoisants de cette même société de nombreuses années.

En 1995 il présida le comité d’organisation de la fête cantonale des patoisants fribourgeois qui s’était passée dans le district de la Glâne, à Drognens.

En 1997 il organisa la fête de la bénédiction du nouveau drapeau des patoisants de la Glâne à Romont.

Durant de nombreuses années, il assuma la vice-présidence de la société des patoisants fribourgeois. Durant 2 ans il en fut le président ad intérim.

Et depuis 2007, il présidait la commission de rédaction du nouveau dictionnaire du patois fribourgeois.

Lors de la fête interrégionale des patoisants qui se passa à St-Christophe dans le Val d’Aoste en 1997, Michel reçu la distinction de Mainteneur du Patois, et fut décoré de l’insigne «La Belle Etoile» (Edelweiss), insigne qu’il portait fièrement sur son bredzon.

En 2009, Michel fut honoré par les patoisants de la Glâne en le nommant Président d’honneur de la société pour tout son dévouement.

Nos pensées vont aussi à Claudine, sa chère épouse, et à sa famille à qui nous présentons toute notre sympathie.

Michel tu as servi la cause du patois et nous te disons «MERCI».

Michel là-haut, avec les patoisants qui nous ont précédés, n’oublie pas «Les Bénédictins» qui ont encore besoin de la «Lumière» pour la rédaction du dictionnaire.

Michel repose en paix. Nous te disons «Au Revoir».

Jean-Louis Thorimbert

Président le l’Amicale des patoisants de la Glâne «Lè Yêrdza» et son comité

Intrè no dè Friboua

 

Texte en patois de la Gruyère

Textes remis par Joseph Oberson Marly

LE PITI RENÂ

To le mondo âmè bin vêre lè bèthètè chèrvâdzè ke vèkechon è kon vê tralenâ din lè dzà, lè prâ, lè patyi è lè vani. Chon totè amâyè, a pâ le renâ ke prà dè dzin tênon. L’an j’à la radze è pu n’in fan dè totè lè kolà din lè dzeniyirè.

Mon piti renâ, kemin prà dè pouro dyâbyo, l’a pâ j’à tan dè tsanthe. Vo j’alâdè vêre portyè :

Kemin lè j’ôtrè bèthètè dè che n’èchpéche, cha mâr l’a betâ bâ tota na nyâ dè piti renâ din na tanna tota nêre. Lé dedin, on vèyê po ârhya. L’è jou lètyi è poutyi in n’ouâdre, kemin fan totè lè mârè. Ha galéja bôlatse dè pê dzemâvè dè pyéji ou fon dè chon ni. Du tin j’intin, kan cha mâr modâvè, i chintè on bokon le frè, ma irè bin alityi è chè dègremiyivè bin

Kan l’a ourâ lè j’yè, l’a apèchu na pitita hyartâ d’la pâ d’la chayête è achtou k’l’è j’ou proumatêtre vedzè, l’a chuèvu cha mâr fro d’la tanna. Adon, l’a dèkrouvâ la vèrdyà di j’êrbè è di grantè chapalè. Piti a piti, l’a keminhi a chè dèmorâ in choutolin deché delé è a chouêdre cha mâr k’alâvè fére di tornâyè dè tsathe. To alâvè bin, irè dzoyà è chin pochyin. Ma on dzoua l’afére la veri. On di ke totè lè bounè tsoujè l’an na fin è chin l’y è achebin arouvâ.

Na né on bokon chonbra, po nuri cha nyâ, cha mâr l’è j’à fére chè j’inpyêtè din na dzeniyire è l’a rèvou cha martyandi din di kâro. Chin, irè chin konto chu la radze di dzin ke l’avi teri bâ. Tan rujâye k’irè, ha poura bèthèta, ke moujâvè tyè a nuri chè piti, lè jou chorèprècha in trin dè dètèrâ ouna dè chè prêchè è l’è tsejête d’on kou dè fuji. Le piti renâ l’a djuchto pu ch’èmuchi chin ithre yu. L’è dinche ke l’a j’à la ya chôva. Tramâ è èpouiri, l’è chobrâ grantin ou fon dè cha tanna dèvan dè rèchayi, ma la fan l’a jou réjon dè cha mijére.

Du inke, le piti renâ chè bayè achyin. L’a dzourâ chu che n’ârma ke chè farè pâ prindre pèr on brakonyé, mimamin kan i oudrè i dzeniyè.

Joseph Oberson

Le dêri Tsalandè

Guchtine d’la Pouta l’è vinyête ou mondo din na famiye dè pouro geu. Chè parin l’avan mé dè j’infan tyè d’èrdzin. L’è pochin k’iran lodji pè la kemouna, din na krouye dzébe ke lè j’ourè è la bije travèchivan in chubyin.

Dè boun’àra, chè parin l’an akovintâye vè on payjan po gânyi cha ya. Chin lou fajê na botse dè min a nuri. La poura li l’è tsejête vè di viy’avâro k’chavan mi infatâ tyè bayi. Che tsouyivan chu la trâbya, li rèparmâvan pâ le travô. L’y fayi èthuâ dou matin ou né. A l’èkoula, l’a léchivan alâ tyè pè vouêrbè kan li avi pâ tru dè travô. Po chon gadzo, bayivan dutrè j’èku pèr an a chon chènya è la vithivan avui du viyè fruchkè ke nyon volimé betâ.

A vint’è thin k’an, chè maryâye è inke la tsanthe l’a rè pâ gâtâye. L’è tsejète chu na kuvinye è l’a pâ j’à le bouneu d’avi di j’infan. Na djijanna d’an pe tâ, chè rètrovâye cholèta. On devèlené dè pâye, che n’omo, ke rintrâvè in trabetsin, avui na pechinta kouète, l’a fê na pouta kantse- bardâye è l’a pachâ avô on rotsachon. Kan l’an trovâ, le lindèman matin, che n’ârma l’avi dza pachâ delé. Du adon, Guchtine l’è chobrâye cholèta din chon piti lodzèmin k’chè trovâvè dèjo le bourgo d’la méjon dou Prâ i Fènè. Le grô Luvi, k’irè fortenâ , li loyivè chin bon martchi è rèkonyechinta Guhctine li rindê di fyê chèrvucho. Po gânyi cha ya, ha fèmala fajê di buyè è di dzornâ din la kotse. L’avi prou travô. Lè j’on iran fèrmo galé avui li, la payivan bin è chovin li bayivan on bokon dè tsê è dou kurtiyâdzo. Ma li avê achebin lè ruchtin k’l’a fajan travayi kemin on n’èhyâvo è rounâvan po la payi.

Ou Prâ i Fènè, lè dzoua dè fithè, kemin Pâtyè, la bènichon, Tsalandè, Guchtine faji partya d’la famiye. L’avi l’okajyon dè bin medji è dè bêre on bon vêro. Kan on n’avanthè in n’âdzo, chin fâ dou bin è pyéji.

A fouârthe dè travayi, la chindâ dè Guchtine keminthivè a béchi è kemin l’avi pâ tan lè moyin d’alâ vè le mêdzo, chè chonyivè avui di tijannè. I konyechè totè lè j’êrbè. Luvi è cha fèna li dejan bin ke dèvechè chè chonyi, ma Guchtine n’in voli rin chavê.

xyTsandèlàja                                                                 Chandeleur

Nouthrè j’anhyan l’amâvan dza                               Nos ancêtres l’aimaient déjà
La Tsadèlàja dè fèvrê                                               La Chandeleur de février
La fithâvan chi mime dzoua                                    Ils la fêtaient ce même jour
Irè on dzoua a pan bènê                                           C’était un jour à Pain béni
 
Pê lè mohyi to pyin dè dzin                                     Dans les églises pleines de gens
La profèchyon ch’in va to pyan                               La procession s’en va doucement
Ma ch’è promênon pâ po rin                                    Mais ils ne se promènent pas pour rien
Avu hou galé hyêrdzo byan                                     Avec ces jolis cierges blancs.
 
Lè chêrvin i fan lou fôri                                           Les servants font des sourires
In troupin din lou kotiyon                                        En marchant dans leur « cotillon »
Nouthron kuré ch’è fâ to bi                                      Notre curé se fait tout beau
Cha tsapa breyè tot’ou rion                                      Sa chape brille tout autour
 
Lè bi hyêrdzo chon ti inprê                                     Les beaux cierges sont tous allumés
Fan na hyêrtâ dè paradi                                           Ils font une clarté de paradis
Chu l’ouchtâ, lè grô tsandèlê                                   Sur l’autel, les grands chandeliers
Fan èchpré dè lou bin tinyi                                      Font leur possible pour bien se tenir
 
Tsakon frebiyè dè pyéji                                          Chacun frémit de plaisir
È Nouthra-Dona du l’é hô                                       Et Notre Dame de là-haut
Âmè tan chi chon dè bouji                                      Aime tant ce parfum de bougies
K’invouyè chè grâthè to tsô.                                   Qu’elle envoie ses grâces aussitôt
 
Po lè rèchyêdre, nouthrè dzin                                   Pour les recevoir, nos gens
Àron lou kà chin tarlatâ                                           Ouvrent leurs cœurs sans tarder
Ch’on na boun’àra chin pochyin                             Ils sont une bonne heure sans soucis
In vouitin lè hyêrdzo foumâ                                    En voyant les cierges fumer.
Lè j’ârmè chon inke achebin                                    Les âmes sont ici aussi
Ou Purgatéro, po chi dzoua                                     Au Purgatoire, pour ce jour
Le têrubyo fu ch’è dèhyin                                       Le terrible feu s’est éteint
Lè pouârtè koton a dou toua                                    Les portes ferment à double tour        .
 
Puchke l’è la fitha dou fu                                        Puisque c’est la fête du feu
Vouè le fu ne fâ tyè dou bin                                   Aujourd’hui le feu ne fait que du bien
Lè j’andzè chon vuto dèbu                                     Les anges sont tôt levés
Fan dou kunyu po ti lè Chin                                   Ils font de la tarte pour tous les Saints.
 
Le bon Diu l’i vin di j’innon                                  Au bon Dieu il vient des envies
Dè kotâ lè pouârtè de l’infê                                    De fermer les portes de l’enfer
È d’invouyi prà dè tsêrbon                                     Et d’envoyer beaucoup de charbon
Vê lè pourè dzin ke l’an frê                                    Chez les pauvres gens qui ont froid
 
Din le kà di mètyintè dzin                                     Dans le coeur des méchantes gens
Nouthra Dona l’a tan chohyâ                                Notre Dame a tant soufflé
Ke le fu cholè ch’è dèhyin                                    Que le feu s’est éteint tout seul
È l’an fan dè lou konfèchâ                                    Et ils ont l’intention de se confesser
 
Din lè potajé di méjon                                           Dans les cuisinières des maisons
Lè fèmalè, in lou chinyin                                       Les femmes, en se signant
Fetson di mache dè tsavanton                                Enfilent des quantités de morceaux de bois
La choupa tsantè in kouêjin                                   La soupe chante en cuisant
 
Lè fu tsanton dè totè pâ                                         Les feux chantent de toutes parts
Mimamin le chèlà, hô-lé.                                       Même le soleil, là-haut.
La lena , vo puédè kontâ                                        La lune, vous pouvez compter
I tsantèrè tota la né !                                               Elle chantera toute la nuit !
 
  
Pierre Quartenoud (1902-1945)

Dona                                                        Maman

Kan no j’iran tré-ti piti                         Quand nous étions tous petits
Dona no j’a tan poupenâ                       Maman nous a bien pouponnées
Tan dyindyotâ è tan brechi                   Si dorlotés et tant bercés
Ô kemin no j’a j’ou amâ                       Oh comme elle nous a aimés
 
Kan no chin j’ou ôtyè pye grô              Quand nous avons été un peu plus grands
Por a tsô-pou no j’alèvâ                        Pour peu à peu nous élever
Betâvè di chou din on trô .                    Elle mettait des sous dans un bahut.
Tsouyivè to po no j’amâ                       Elle économisait tout, pour nous aimer.
 
Chènya no j’a bin j’ou kontâ                Père nous a bien souvent conté
Ke no j’iran di pourè dzin                    Que nous étions de pauvre gens
Kan-bin no j’avan pou d’êrdzin           Quand bien-même nous avions peu d’argent
Dona no j’a tou-kome amâ.                  Maman nous a quand-même aimés.
 
Kan le mâlà in brechèyin                     Quand le malheur en trébuchant
Pê vêr no l’è vinyê trakouâ                  Par chez nous est venu trotter
Dona pyorâvè in moujin :                      Maman pleurait en pensant :
«  L’aron pye fôta d’ithre amâ »          «  Ils auront plus besoin d’être aimés ».
 
Che, lè pouro vinyan chovin                Ici, les pauvres venaient souvent
Tapâ dèvan in dèmandin                      Frapper à la porte de devant, en mendiant.
Totêvi l’avan a goutâ                            Toujours ils avaient à dîner
Dejê ke lè fayi amâ                               Elle disait qu’il fallait les aimer
 
Kan le krouyo chi chè lèvâ                  Quand le mauvais courant d’air s’est levé
No j’iran ti on tro in’an                       Nous étions tous presque élevés
Nouthron chènya l’è mouâ chi l’an    Notre père est mort cette année-là.
Dona, po dou, no j’an amâ                  Maman, pour deux, nous a aimés .
 
Todoulon prète a pêrdenâ                         Toujours prête à pardonner
Dejê djêmé dou mô dè nyon                     Elle ne disait jamais du mal de personne
Che vèyê dou mô vê kôkon                       Si elle voyait du mal chez quelqu’un
Dona dejê : «  Lè fô amâ. »                       Maman disait : «  Il faut les aimer »
 
Che no vudran no kontrèyi                       Si nous voulions nous contredire
Brouyi, dzourâ, no marmedji                    Tricher, jurer, nous entredéchirer
No cheran forhyi dè pyakâ ,                      Nous serions forcés d’arrêter,
Dona no j’a tan j’ou amâ                          Maman nous a tant aimés
 
Kan l’arè pachâ nonant’an                       Quand elle aura plus de nonante ans
Pâ dèvan, no le volin pâ                           Pas avant, nous ne le voulons pas
Oudrè rèdyindre lè j’anhyan                    Elle ira rejoindre les ancêtres
Ma cherè po mi no j’amâ.                        Mais, ça sera pour mieux nous aimer.
 
Pierre Quartenoud

 Lè Ratoluvè                                                 Les chauves souris

Apèdyè i lardêrè                                       Collées aux perches de la borne
Vo j’i prou dremê vouè                             Vous avec assez dormi aujourd’hui
Dè vouthrè j’âlè nêrè                                 De vos ailes noires
Kordè i pelèvouè                                        Courez aux papillons
 
Alintoua di méjon                                      Autour des maisons
Kan ch’in vin la vèprâ                                Quand s’en vient la fin d’après-midi
Prindè lè muchyion                                     Prenez les moucherons
Ke fan lè j’inmethâ                                     Qui font les sots.
 
Alâdè, mè galéjè                                         Allez, mes jolies
Le chèlà l’è dza bâ                                      le soleil est déjà bas,
Dèmorâ-vo, benéjè                                      Amusez-vous, heureuses
Dè chin ke fâ bi hyâ.                                   De ce qu’il fait encore clair.
 
L’i a dza grantenè                                       Il y a déjà un peu longtemps
Ke mére-gran chu le ban                            Que grand-mère sur le banc
Y di chon tsapalè                                        Dit son chapelet
In vouêrdin lè j’infan                                  En gardant les enfants.
 
Lè dzounètè, grahyàjè,                               Les jeunettes, gracieuses
Prou chure ch’inpontèron                           Sûrement s’effrayeront
Ma kan cheron èpàjè                                  Mais quand elles seront épouses
A tsô pou, chè faron…                                Peu à peu, elles s’y feront…
 
Lè bouébo pye mètyin                               Les garçons plus méchants
Vo fyêron di kayou                                   Vous lanceront des pierres
Bayidè-vo achyin                                       Prenez garde
Parâdè bin lè kou                                      Parez bien les coups.
 
Lè tsa, din lè tsenô                                   Les chats, dans les chéneaux
Chon prè a vo yètâ                                   Sont prêts à vous happer
Vôlotâdè pye hô                                       Voletez plus haut
In lou rijin ou nâ                                       En leur riant au nez.
 
Y vo dyon pochèdâyè                               On vous dit possédées
Ma mè, n’in krêyo rin                               Mais moi je n’en crois rien
Lè linvouè dètsinâyè                                 Les langues déchaînées
Fan mé dè mô tyè chin                             Font plus de mal que ça.
 
Vôlâdè, ratoluvè                                       Volez, chauves souris
Kan vo j’ari korê                                      Quand vous aurez couru
Vo j’oudri, a tsô-duvè                              Vous irez, deux à deux
Dremi dèjo le tê                                        Dormir sous le toit
 
Pierre Quartenoud

La kapa d’armayi                                             La capette d’armailli

Tsakon chè krê d’avi na bala titha         Chacun croit avoir une belle tête
L’è pâ po dre, l’è kotyè kou veré          C’est pas pour dire…c’est quelques fois vrai
Ma bin chovin, pyantâ hô chu l’âritha   Mais bien souvent, planté haut sur l’arête
Nouthron kayou chinbyè on grô chéré.   Notre “caillou” semble un gros “sérac”.
Ma, pê vêr-no, por ithre bin alêgro         Mais, chez nous, pour être bien content
Y pouârtè rin d’ithre pou, d’ithre bi       Peu importe d’être laid, d’être beau.
Onko bin min d’ithre grâ, d’ithre mégro Encore bien moins d’être gras, d’être maigre
Fô chinpyamin na kapa d’armayi           Il faut simplement une capette d’armailli.
 
Ou dzoua dè vouè lè tsêpi di fèmalè     Aujourd’hui les chapeaux des femmes
Chon bin tan hô k’on n’in vê pâ la fin   Sont si hauts qu’on en voit pas la fin.
Po lè vouityi fô dyora di j’ètyilè           Pour les voir il faut bientôt des échelles
I chon afreu bin lè trè kâr dou tin         Ils sont affreux bien les trois quarts du temps.
Krêdè-vo pâ, mè galéjè dzounètè          Ne croyez-vous pas, mes jolies jeunettes
K’on bi matin la mouda vou vinyi        Qu’un beau matin la mode va venir
Dè fyêre ou fu hou tsêpi dè tokètè        De jeter au feu ces chapeaux de petites sottes
Vudrâ-vo pâ na kapa d’armayi ?          Ne voudriez-vous pas une capette d’armailli ?
 
Ou kontinjan, po dèfelâ in vela                   Au contingent, pour défiler en ville
L’Ètha-major duché bin l’i moujâ               L’Etat-major devrait bien y penser
Chon mô chejin, chon ryon kemin la lena    Ils sont mal-séants, ils sont ronds comme la lune
Hou kâske vê, hou tsiron dè rèkouâ              Ces casques verts, ces tas de regain.
Nouthrè chudâ k’âmon pâ la routina             Nos soldats qui n’aiment pas la routine
L’an dza pâ-mé volu dè lou kèpi                   Ils n’ont déjà plus voulu de leurs képis
È pu chuto…po pyére a na Yôdina               Et puis surtout…pour plaire à une Claudine
Âmèran mi, na kapa d’armayi                      Ils aimeraient mieux, une capette d’armailli.
 
Lè j’inkourâ, po rèveri la pyodze               Les curés, pour détourner la pluie
Di krouyè dzin ke dyon dou mô dè là         Des méchantes gens qui disent du mal d’eux
L’an di tsêpi kemin l’avan-tê de la lodze   Ont des chapeaux comme l’avant-toit de la grange
N’in beton ti, ma l’è bin môgrâ-là             Ils en mettent tous, mais c’est bien malgré-eux
Fô min grantin po trére ouna kapèta          Il faut moins longtemps pour enlever une capette
Po chaluâ a travê le payi                            Pour saluer à travers le pays.
Che l’ôchan drê, àrèran lou bochèta        S’ils en avaient le droit, ils ouvriraient leur porte-monnaie
Por adzetâ na kapa d’armayi                     Pour acheter une capette d’armailli
 
Y j’infanè ke le Bon Diu invouyè          Aux petits enfants que le bon Dieu envoie
L’ou fô bayi po ke chan bon krétyin     Il faut donner, pour qu’ils soient bons chrétiens
Di bon parin è di bounè marênè              De bons parrains et de bonnes marraines
Bin jénéreu è pâ tru avouitin                   Bien généreux et pas trop regardants.
Cheri vouér-mi ch’on vêyê la marêna    Comme ce serait mieux si l’on voyait la marraine
Po chi bi dzoua portâ avui pyéji             Pour ce beau jour porter avec plaisir
To chinpyamin ouna bala totyèta          Tout simplement une belle toque (de dentelle)
È le parin, na kapa d’armayi.                 Et le parrain une capette d’armailli.
 
Apri cht’a ya, no fudrè rindre l’ârma     Après cette vie, il nous faudra rendre l’âme.
Prou chure onko chupyâ kotyè bokon    Probablement encore « rôtir » quelque-peu.
Pu no j’oudrin ti rèchyêdre ouna korna Puis nous irons tous recevoir une couronne
In tsantolin na galéja tsanthon                En chantonnant une jolie chanson.
Po lè tsêpi, chin Piéro cherè krâno         Pour les chapeaux, saint Pierre sera sévère
Ma krêdè-mè, i farè chon fôri                Mais croyez-moi, il fera son sourire
Y dzin dè ché, kanbin l’ou dyon l’è j’âno   Aux gens d’ici, même si on les appelle les ânes
Che l’an betâ, lou kapa d’armayi               S’ils ont mis leur capette d’armailli